Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans
Publié dans Yabiladi le 26 - 06 - 2022

Musicien et compositeur marocain, Mahmoud Chouki, vit aux Etats-Unis. Celui chez qui l'amour pour la musique a commencé dans ses premières années est maintenant guitariste professionnel et directeur artistique dans plusieurs films.
Musicien et compositeur, Mahmoud Chouki est né à Kénitra en 1984 et a grandi à Larache, où il est entré au conservatoire à l'âge de sept ans. Comme de nombreuses familles du nord du Maroc, ses parents tenaient à lui enseigner la musique, changeant sa vie pour toujours.
Peu après, il a déménagé avec sa famille pour vivre à Temara, puis est également entré au Conservatoire de Rabat. Dès l'âge de quatorze ans, il joue de la guitare, avec le «Moroccan Guitar Band». «J'étais parmi les 4 personnes qui ont représenté le Maroc dans l'un des concours, aux Emirats arabes unis, au Forum des enfants arabes à Sharjah en 1998, et j'ai remporté le premier prix», a-t-il dit à Yabiladi.
«J'ai rencontré un groupe de musiciens de différents pays à un jeune âge et j'ai appris à jouer toutes sortes de musique, y compris folk, rai, classique et autres»
En 2002, alors qu'il avait 17 ans, il obtient un baccalauréat en sciences économiques à Témara, après quoi il part en Espagne pour une tournée musicale, au cours de laquelle il raconte avoir rencontré «un groupe de guitaristes du monde entier». Lors de cette tournée, il a aussi remporté le premier prix du concours organisé pour cet évènement d'un mois.
Il revient ensuite au Maroc, où il intègre le Centre régional d'éducation de Rabat, afin de devenir professeur de musique. Après l'obtention de son diplôme, à l'âge de vingt ans, il travaillera comme professeur de musique à Nador.
Mais à la suite d'un an d'enseignement, il décide de mettre un terme à cette expérience. «J'ai découvert, que je suis encore jeune, et je vis une routine qui se répète quotidiennement, dont je ne voulais pas, et je souhaitais continuer à apprendre», déclare-t-il. La décision de quitter la fonction publique s'est heurtée à l'opposition de sa famille, car elle y voyait un facteur important de stabilité, mais Mahmoud Chouki voulait «apprendre plus de choses, ce qui n'était pas disponible pendant mes études».
Il a alors déménagé à Casablanca, et participant à un groupe et donnant plusieurs concerts tout en enseignant la guitare, dans différents centres privés. «Contrairement au travail public, j'ai eu le temps d'apprendre de nouvelles choses et de développer mon talent», se souvient-il.
Il a également tourné dans plusieurs films, dont «Whatever Lola Wants» de Nabil Ayouch, dans lequel il a été directeur musical de casting et conseiller artistique, à l'âge de vingt-deux ans. «J'ai aussi travaillé avec Ismail Ferroukhi dans son film "les hommes libres", et j'ai aussi travaillé comme guitariste, avec un groupe de chanteurs, dont Ghani Kabbaj, Said Mousker, Elam Gay, Myriam Fares et Nabila Maan», ajoute-t-il.
Après cela, il décide de faire une tournée dans plusieurs villes marocaines afin d'apprendre les instruments de musique qui sont caractéristiques de chaque région. Lors de ce périple, il apprendra à jouer du Gambari, du banjo, et du oud. À la suite de cela, il entre dans le monde de la distribution et de la composition musicale pour enregistrer son premier album, intitulé Mood.
En 2011, il a rencontré des musiciens qui cherchaient des artistes du Maroc pour travailler sur un projet pour un orchestre symphonique. Avec Magical Ouds, «nous avons joué au Qatar, puis à Bahreïn, et j'ai eu l'occasion d'être contacté par une institution en Suisse chargée de l'organisation d'un projet musical qui réunit des artistes d'Orient et d'Occident ; ils voulaient que je représente l'Orient».
«En plus de jouer, mon travail était de rechercher des musiciens du monde entier, et de les réunir dans un groupe afin de travailler et de composer. Le défi était de bénéficier des expériences de chaque membre, même si nous n'avons pas les mêmes cultures, et nous ne parlons pas la même langue. La seule langue qui nous unit est la musique, et depuis 10 ans je participe à ce projet, dont je suis devenu le directeur artistique».
En 2015, Mahmoud Shawky s'est rendu aux Etats-Unis. «J'ai visité plusieurs villes, jusqu'à ce que j'arrive à la Nouvelle-Orléans et que j'en tombe amoureux». Après deux ans, il décide d'y retourner pour s'y installer. «La raison était que cette ville respire la musique, se réveille avec la musique et dort avec la musique, c'est ce que je cherchais, et on s'y sent bien, pas aliéné. Je suis fier de ma marocaineté, mais je suis de la Nouvelle-Orléans».
Aux Etats-Unis, il a travaillé sur la bande originale de «My Beauty», un film américain tourné en France. Il a récemment participé au JAZZfest (Festival International de Jazz de Montréal), en tant que musicien et compositeur. Cette participation, il en est fier, mais un seul regret : ne pas avoir bénéficié de ces opportunités au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.