Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Sebta: Les binationaux continuent de souffrir    Conseil national de la presse: Le règlement intérieur au BO    Article 1062580    Relance de l'économie: Les mesures CGEM coûteront 100 milliards de DH    Un salon virtuel pour les recrutements    Covid19: La Tunisie suspend l'utilisation de la Chloroquine    Mort de Guy Bedos    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Réunion du Bureau politique de l'USFP    279 analyses effectuées à Youssoufia    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Covid-19: le CNDH lance un appel pour le respect des droits humains des travailleurs    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Le Maroc proche de la maîtrise du coronavirus (HCP)    Coronavirus : 35 nouveaux cas, 7.636 au total, jeudi 28 mai à 10h    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Cubains espèrent revoir Castro
Publié dans Agadirnet le 02 - 12 - 2006

LA HAVANE (AP) -- Des banderoles tendues sur les bâtiments restaurés de La Havane exhortent Fidel Castro à vivre jusqu'à 160 ans... Mais de plus en plus de Cubains doivent désormais se rendre à l'évidence: leur Lider maximo n'est plus l'homme charismatique aux commandes de la Cuba révolutionnaire depuis le 1er janvier 1959.
La plupart des habitants de l'île n'ont pas connu d'autre dirigeant. Il y a 50 ans, il débarquait du Mexique en bateau avec d'autres "barbudos" pour lancer la révolution castriste. Mais Fidel Castro, qui se remet d'une intervention chirurgicale depuis quatre mois, était encore trop faible mardi pour le lancement de cinq jours des célébrations pour son 80e anniversaire, reportées depuis l'été.
Et difficile de savoir s'il sera présent samedi pour la grande parade militaire à laquelle plus de 300.000 personnes sont attendues. Ses partisans espèrent ardemment qu'il fera une apparition ce jour-là, jour du 50e anniversaire de la fondation des Forces armées révolutionnaires de Cuba.
Car si Castro devait manquer la grande fête, beaucoup verraient cette absence comme le signe qu'il ne retrouvera jamais le pouvoir, confié temporairement à son frère Raul. Même si le simple fait d'envisager cette hypothèse est considéré comme un sacrilège chez les proches du dirigeant cubain.
"J'espère qu'il assistera à la parade samedi", confie Amparo Mora, femme au foyer de 45 ans. "Il n'a même pas besoin d'être debout, il suffit qu'il soit là, avec des médecins à ses côtés, si c'est nécessaire. Je le veux avec nous. Je le veux avec nous éternellement".
Plusieurs centaines de personnalités venues d'Amérique latine, mais également d'autres pays du monde, participent à ces festivités. Elles ont salué les avancées révolutionnaires du Lider Maximo lors d'un colloque intitulé "Mémoire et avenir: Cuba et Fidel". Mais en l'absence du principal intéressé, ces célébrations ressemblent parfois davantage à une cérémonie du souvenir...
Tomas Borge, fondateur du Front sandiniste de libération nationale au Nicaragua, dément toute transformation de ces festivités en "adieu", tout en soulignant que le legs de Castro est plus important que sa présence physique. "Nous ne dirons jamais au revoir à Fidel", a-t-il déclaré. "Il existera pour toujours (...) donc ce n'est pas un au revoir. C'est un hommage".
Impossible de juger la loyauté des Cubains à l'égard de leur dirigeant. La liberté d'expression, d'entreprise ou politique n'est guère de mise dans l'île. Et des milliers de Cubains tentent de gagner la Floride chaque année pour échapper au régime communiste.
Pour autant, de nombreux Cubains apprécient la gratuité des services de santé et de l'éducation, valable jusqu'à l'université. Beaucoup se souviennent, ou ont appris, que la dictature de Fulgencio Batista, renversée par Castro, était brutale et corrompue. Et parmi les Cubains interrogés, bon nombre semblent véritablement désirer que Fidel Castro se rétablisse et reprenne les commandes.
"Fidel est malade et a besoin de temps pour se remettre, mais je veux qu'il apparaisse à la parade, ne serait-ce que cinq minutes", explique Susana Gonzalez, 25 ans, serveuse. Sa collègue, Yacmi Anni Bachiller, est optimiste sur ses chances de guérison. "Mon grand-père a également 80 ans. Il n'était pas bien pendant un an après une opération de la prostate, mais il est à nouveau sur pied et actif. Fidel aussi s'en remettra".
Sur les places rénovées depuis une dizaine d'années, les touristes européens, appareils photo au poignet, déambulent sous des banderoles proclamant "Vive Fidel, 80 de plus". Mais, même si Castro reprend les rênes, les habitants savent que ce message n'est qu'utopie.
Contrairement à beaucoup de Cubains, la jeune génération connaîtra son ou ses successeurs. La principale de l'école El Salvador de La Havane, Yenisel Lorenzo, estime qu'il restera un guide spirituel. "Nous enseignons aux enfants la solidarité, la fraternité, les valeurs morales. Nous ne parlons jamais de l'absence de Castro. Mais nous suivons toujours ses pensées". AP


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.