L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Cubains espèrent revoir Castro
Publié dans Agadirnet le 02 - 12 - 2006

LA HAVANE (AP) -- Des banderoles tendues sur les bâtiments restaurés de La Havane exhortent Fidel Castro à vivre jusqu'à 160 ans... Mais de plus en plus de Cubains doivent désormais se rendre à l'évidence: leur Lider maximo n'est plus l'homme charismatique aux commandes de la Cuba révolutionnaire depuis le 1er janvier 1959.
La plupart des habitants de l'île n'ont pas connu d'autre dirigeant. Il y a 50 ans, il débarquait du Mexique en bateau avec d'autres "barbudos" pour lancer la révolution castriste. Mais Fidel Castro, qui se remet d'une intervention chirurgicale depuis quatre mois, était encore trop faible mardi pour le lancement de cinq jours des célébrations pour son 80e anniversaire, reportées depuis l'été.
Et difficile de savoir s'il sera présent samedi pour la grande parade militaire à laquelle plus de 300.000 personnes sont attendues. Ses partisans espèrent ardemment qu'il fera une apparition ce jour-là, jour du 50e anniversaire de la fondation des Forces armées révolutionnaires de Cuba.
Car si Castro devait manquer la grande fête, beaucoup verraient cette absence comme le signe qu'il ne retrouvera jamais le pouvoir, confié temporairement à son frère Raul. Même si le simple fait d'envisager cette hypothèse est considéré comme un sacrilège chez les proches du dirigeant cubain.
"J'espère qu'il assistera à la parade samedi", confie Amparo Mora, femme au foyer de 45 ans. "Il n'a même pas besoin d'être debout, il suffit qu'il soit là, avec des médecins à ses côtés, si c'est nécessaire. Je le veux avec nous. Je le veux avec nous éternellement".
Plusieurs centaines de personnalités venues d'Amérique latine, mais également d'autres pays du monde, participent à ces festivités. Elles ont salué les avancées révolutionnaires du Lider Maximo lors d'un colloque intitulé "Mémoire et avenir: Cuba et Fidel". Mais en l'absence du principal intéressé, ces célébrations ressemblent parfois davantage à une cérémonie du souvenir...
Tomas Borge, fondateur du Front sandiniste de libération nationale au Nicaragua, dément toute transformation de ces festivités en "adieu", tout en soulignant que le legs de Castro est plus important que sa présence physique. "Nous ne dirons jamais au revoir à Fidel", a-t-il déclaré. "Il existera pour toujours (...) donc ce n'est pas un au revoir. C'est un hommage".
Impossible de juger la loyauté des Cubains à l'égard de leur dirigeant. La liberté d'expression, d'entreprise ou politique n'est guère de mise dans l'île. Et des milliers de Cubains tentent de gagner la Floride chaque année pour échapper au régime communiste.
Pour autant, de nombreux Cubains apprécient la gratuité des services de santé et de l'éducation, valable jusqu'à l'université. Beaucoup se souviennent, ou ont appris, que la dictature de Fulgencio Batista, renversée par Castro, était brutale et corrompue. Et parmi les Cubains interrogés, bon nombre semblent véritablement désirer que Fidel Castro se rétablisse et reprenne les commandes.
"Fidel est malade et a besoin de temps pour se remettre, mais je veux qu'il apparaisse à la parade, ne serait-ce que cinq minutes", explique Susana Gonzalez, 25 ans, serveuse. Sa collègue, Yacmi Anni Bachiller, est optimiste sur ses chances de guérison. "Mon grand-père a également 80 ans. Il n'était pas bien pendant un an après une opération de la prostate, mais il est à nouveau sur pied et actif. Fidel aussi s'en remettra".
Sur les places rénovées depuis une dizaine d'années, les touristes européens, appareils photo au poignet, déambulent sous des banderoles proclamant "Vive Fidel, 80 de plus". Mais, même si Castro reprend les rênes, les habitants savent que ce message n'est qu'utopie.
Contrairement à beaucoup de Cubains, la jeune génération connaîtra son ou ses successeurs. La principale de l'école El Salvador de La Havane, Yenisel Lorenzo, estime qu'il restera un guide spirituel. "Nous enseignons aux enfants la solidarité, la fraternité, les valeurs morales. Nous ne parlons jamais de l'absence de Castro. Mais nous suivons toujours ses pensées". AP


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.