Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les grands travaux
Publié dans Albayane le 28 - 06 - 2012

Depuis déjà plus d'une décennie, notre pays s'engage dans une opération nationale d'envergure. Il s'agit, en fait, de l'édification, un peu partout sur le territoire du royaume, de grands projets aux énormes capitaux. Sauf les renégats et les récalcitrants, nul ne pourrait nier cette révolution volontariste qui marque la dernière décade qu'on se plait de baptiser «la nouvelle génération de réformes». D'immenses réalisations ont vu le jour, en un laps de temps, d'autres sont toujours en cours. On citera à titre indicatif, la mise en marche d'une série d'autoroutes, d'une panoplie de stations balnéaires, d'une kyrielle d'installations portuaires et aéroportuaires, d'une pléthore de stades et de salles couvertes de sport, d'un parterre de prouesses hydriques, solaires, énergétique..., d'une nomenclature de plans stratégiques, azur, Maroc vert, émergence...Des esprits malveillants trouvent toujours une petite astuce pour contourner toutes ces performances érigées, dans une nation sans ressources naturelles de haut calibre. Ils s'amuseraient à avancer sans vergogne que seul le monarque en soit l'œuvre et que tous les autres ne sont que des «marionnettes». Ce discours d'amalgame et de déstabilisation ne cesse de s'installer parmi les courants nihilistes, surtout que les soulèvements du printemps démocratiques ouvrent grandes ouvertes ces portes battantes. La politique des grands travaux, piédestal de croissance et clef de voûte d'essor, s'insère, en effet, dans la lignée des réformes de la nouvelle ère. Il est vrai que la prise de conscience de cette manœuvre salutaire a pris énormément de temps pour persuader les décideurs, beaucoup plus préoccupés par les équilibres financiers dictés les instances monétaires mondiales, que de se focaliser sur des choix de haute portée civique. Le PPS en a déjà tiré les sonnettes, il y a plus de deux décennies, affirmant, sans ambages, que les grands travaux constituent une issue incontournables pour permettre au pays de se hisser dans la cour des grands. Les retombées sociales ne feraient que suivre cette dynamique structurelle de base, car il s'avère judicieux de commencer par baliser les chemins des investissements et, partant, du drainage des revenus, afin de se lancer dans des infrastructures et des équipements sociaux fort déficitaires. Aujourd'hui, la simultanéité de ces axes indissociables semble prendre le dessus dans une dynamique de plus en plus agissante. Il n'en demeure pas moins vrai que les fondements institutionnels que le Maroc n'a pas manqué de mettre en fonction, par le biais de ses textes de haute notoriété et de ses contextes de profonde animation, constituent l'assiette essentielle et protectrice des évolutions socioéconomiques. La loi suprême que la nation vient de réviser et améliorer substantiellement est, en fait, un outil garant de cet entrain multidimensionnel. On ne saurait alors renier tout cet élan pour des calculs passéistes et réducteurs.
Toutefois, il va falloir immuniser toutes avancées notoires contre les dérapages et les périls aussi bien intérieurs qu'extérieurs, par le truchement d'un front national fort et pérenne. Les attentes du peuple sont insistantes et les instruments de jugulement sont identifiés par toutes les composantes de la nation. Il n'est plus question de revenir en arrière, car le train du développement est déjà en route !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.