QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le spectacle comme œuvre ouverte
Théâtre populaire
Publié dans Albayane le 07 - 06 - 2013


Théâtre populaire
Le Complexe Sidi Belyout, situé au ceour de la cité blanche (Casanégra pour ses habitants) continue de faire de la résistance en abritant des activités culturelles diversifiées. Il a aini accueilli la semaine dernière Le festival maghrébin du théâtre populaire. Une manifestation modeste dans ses moyens mais sympathique dans son déroulement permettant aux amoureux « du père des arts » de se retrouver, dans des cnditions à peine limite (c'est le acs notamment du public qui a perdu les traditions conscrées de la réception d'une œuvre théâtrale...).
Cette manifestation a été aussi l'occasion de découvrir quelques belles trouvailles, quelques pépites au sein de ce long fleuve sinueux qu'est devenu le théâtre, tel le travail présenté par Ayoub El Aiassi, Café la Princière. L'auteur est un jeune cinéaste, lauréat de l'Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech. Il vient d'ailleurs de présenter à Casablanca en avant première, un docu-fiction autour de l'écrivain marocain Abdellah Taia. Il a également réalisé dans le cadre de son travail au seind e l'école plusieurs courts métrages dont l'un est consacré au cinéma marocain. En montant cette pièce de théâtre, El Aiassi reveint en quelque sorte à ses premiers amours. Quoique encore jeune, il a une riche expérience des planches grâce à son mentor Tayeb Seddiki, auquel d'ailleurs il compte consacrer un documùentaire de cinéma, en geste de reconnaissance. C'est dire qu'en matière de théâtre aussi, il vient de la bonne école. Les fins observateurs n'auront pas manqué de relever que la pièce, Le café la Princière est émaillée, dans son discours comme dans sa mise en scène, de clins d'oeils, parfois explicites, d'autres fois en filigrane au grand maître du théâtre marocain.
Cette dimension, intertextuelle, jouant sur différents renvois/ clins d'œil, donne à la pièce sa première originalité dramatique. Le texte écrit par Ayoub El Aiassi, le dispositiof mis en place, le jeu à deux avec l'actrice Hanane Khaldi, sont en fait des perches tendues à l'intelligence du récepteur appelé à « collaborer » à la construction du sens, à vivre ensemble un moment d' échange, voire de plaisir. Jeu de clins d'œil...à commencer par le titre de la pièce. Il situe d'emblée un horizon d'attente balisé pour « les natifs », c'est-à-dire ceux qui partagent avec l'auteur le même référent culturel casablancais...La Princière est un célèbre café du centre ville de la métropole économioque du pays. Un lieu chargé d'histoires et d'anecdotes tant il a vu passer toutes les figures de la scène et de l'écran, non seulement de Casablanca mais de l'ensemble du pays...c'est ce lieu chargé de mémoire que revisite El Aiassi à travers la mémoire d'un des ses « acteurs », au sens socilogique cette fois et non pas scènique, Fouad « Imad ». feu Foaud, faut-il préciser, car le récit est abordé sous forme de flashback ; mené du point de vue de l'épouse du défunt. Le recours à une figure célèbre du lmangae cinématographique, le flashback n'est pas fortuit ; toute la pièce en effet est traversée de ces « emprunts » au langage du cinéma comme ces transitions entre les tableaux de la pièce qui sont menées sous forme de fond au noir...tout le texte est servi par une msie en scène visuelle ; le jeune réalisateur de théâtre n'ayant pas oublié ce qu'il doit à sa formation cinématographique. C'est cet aspect qui a amené certainement le jury à décerner à ce travail, le Prix de « la nouvelle approche », l'équivalent pour le cinéma de la meilleure contribution artistique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.