Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Washington va décider de sa présence militaire en Afrique d'ici à deux mois    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Insolite : Imiter Ghosn    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La BCP s'engage pour la TPE    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le spectacle comme œuvre ouverte
Théâtre populaire
Publié dans Albayane le 07 - 06 - 2013


Théâtre populaire
Le Complexe Sidi Belyout, situé au ceour de la cité blanche (Casanégra pour ses habitants) continue de faire de la résistance en abritant des activités culturelles diversifiées. Il a aini accueilli la semaine dernière Le festival maghrébin du théâtre populaire. Une manifestation modeste dans ses moyens mais sympathique dans son déroulement permettant aux amoureux « du père des arts » de se retrouver, dans des cnditions à peine limite (c'est le acs notamment du public qui a perdu les traditions conscrées de la réception d'une œuvre théâtrale...).
Cette manifestation a été aussi l'occasion de découvrir quelques belles trouvailles, quelques pépites au sein de ce long fleuve sinueux qu'est devenu le théâtre, tel le travail présenté par Ayoub El Aiassi, Café la Princière. L'auteur est un jeune cinéaste, lauréat de l'Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech. Il vient d'ailleurs de présenter à Casablanca en avant première, un docu-fiction autour de l'écrivain marocain Abdellah Taia. Il a également réalisé dans le cadre de son travail au seind e l'école plusieurs courts métrages dont l'un est consacré au cinéma marocain. En montant cette pièce de théâtre, El Aiassi reveint en quelque sorte à ses premiers amours. Quoique encore jeune, il a une riche expérience des planches grâce à son mentor Tayeb Seddiki, auquel d'ailleurs il compte consacrer un documùentaire de cinéma, en geste de reconnaissance. C'est dire qu'en matière de théâtre aussi, il vient de la bonne école. Les fins observateurs n'auront pas manqué de relever que la pièce, Le café la Princière est émaillée, dans son discours comme dans sa mise en scène, de clins d'oeils, parfois explicites, d'autres fois en filigrane au grand maître du théâtre marocain.
Cette dimension, intertextuelle, jouant sur différents renvois/ clins d'œil, donne à la pièce sa première originalité dramatique. Le texte écrit par Ayoub El Aiassi, le dispositiof mis en place, le jeu à deux avec l'actrice Hanane Khaldi, sont en fait des perches tendues à l'intelligence du récepteur appelé à « collaborer » à la construction du sens, à vivre ensemble un moment d' échange, voire de plaisir. Jeu de clins d'œil...à commencer par le titre de la pièce. Il situe d'emblée un horizon d'attente balisé pour « les natifs », c'est-à-dire ceux qui partagent avec l'auteur le même référent culturel casablancais...La Princière est un célèbre café du centre ville de la métropole économioque du pays. Un lieu chargé d'histoires et d'anecdotes tant il a vu passer toutes les figures de la scène et de l'écran, non seulement de Casablanca mais de l'ensemble du pays...c'est ce lieu chargé de mémoire que revisite El Aiassi à travers la mémoire d'un des ses « acteurs », au sens socilogique cette fois et non pas scènique, Fouad « Imad ». feu Foaud, faut-il préciser, car le récit est abordé sous forme de flashback ; mené du point de vue de l'épouse du défunt. Le recours à une figure célèbre du lmangae cinématographique, le flashback n'est pas fortuit ; toute la pièce en effet est traversée de ces « emprunts » au langage du cinéma comme ces transitions entre les tableaux de la pièce qui sont menées sous forme de fond au noir...tout le texte est servi par une msie en scène visuelle ; le jeune réalisateur de théâtre n'ayant pas oublié ce qu'il doit à sa formation cinématographique. C'est cet aspect qui a amené certainement le jury à décerner à ce travail, le Prix de « la nouvelle approche », l'équivalent pour le cinéma de la meilleure contribution artistique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.