Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Librairies et grandes surfaces prises d'assaut
Rentrée scolaire
Publié dans Albayane le 09 - 09 - 2013


Rentrée scolaire
Comme c'est le cas tous les ans, la rentrée scolaire est l'occasion inespérée pour les librairies et les grandes surfaces de faire le plein en mettant à la disposition du public les manuels scolaires, les cahiers, les cartables et autres fournitures scolaires nécessaires.
Durant les derniers jours, les librairies et les grandes surfaces sont prises d'assaut par les élèves et leurs parents pour s'approvisionner avant le jour J. Munis de longues listes de fournitures (manuels, cahiers et fournitures diverses), nombreux sont les parents qui préfèrent faire la queue pour régler sur le tas le problème. D'autres préfèrent confier au libraire la liste et revenir plus tard récupérer la commande et régler la facture, qui semble n'avoir pas beaucoup varié par rapport à l'année dernière, selon des libraires.
Contactés par Al Bayane, des libraires à Salé ont souligné que l'approvisionnement du marché en fournitures est satisfaisant et que les prix des produits (cahiers, accessoires, ardoises, cartables) varient selon la qualité requise.
Il y a par exemple des cartables à 100 dirhams qui ne résistent pas plus que deux mois et d'autres à 350 ou 400 dirhams. Idem pour les règles, les équerres, les ardoises, les cahiers, les feuilles doubles, etc.
Mieux encore, nombreux sont les prix de certains manuels adaptés du système français pour leur utilisation dans les écoles privées au Maroc qui ont été revus à la baisse cette année, alors que d'autres manuels ont vu leurs prix augmenter après le changement de leur édition.
En moyenne générale, les parents doivent consentir en ce début d'année scolaire des dépenses variant entre 3000 et 4000 dirhams par élève dans un établissement privé (frais de scolarité et fournitures) et entre 700 et 1500 dirhams dans le public. On imagine alors le douloureux sacrifice qui devrait être consenti par les parents appelés à assurer les frais de rentrée pour plus de deux enfants. Et surtout en cette conjoncture de crise. «Vraiment c'est difficile. Trop difficile. Il va falloir débourser plus de 2000 dirhams uniquement pour s'acquitter des frais des fournitures scolaires, sans oublier des tenues de sport et autres», martèle ce parent, rencontré dimanche par Al Bayane devant une librairie et qui devra assurer les frais de scolarité pour ces deux marmots au collège.
Pour les manuels inscrits au programme du ministère de l'Education nationale, ils sont disponibles en quantité suffisante aussi bien dans les librairies que chez les revendeurs et autres bouquinistes occasionnels qui étalent manuels et fournitures scolaires anciens à même le sol pour le plaisir des couches pauvres.
Et c'est dire, que tout le monde aura enfin de compte son cartable. Mais la grande question qui préoccupe désormais les parents et tous les responsables est de savoir comment améliorer le système d'enseignement au Maroc, jugé défaillant à tous les égards.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.