Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Simeón Oyono Esono Angue : L'ouverture d'un consulat à Dakhla reflète l'engagement de la Guinée équatoriale à soutenir l'intégrité territoriale du Maroc    UE : L'Algérie (re)dénoncée pour ses violations à répétition des droits fondamentaux    Maroc Telecom, « Top Performer RSE » pour la 7e fois consécutive    Polémique Macron et l'islam : Pogba dément avoir annoncé son retrait de l'équipe de France    Deux passeurs algériens arrêtés en Espagne (police)    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    La RSB renaît de ses cendres    Conjoncture : hausse de 0,3% de l'IPC en septembre dernier    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Photo: Il y a 26 ans, la Jordanie et israël enterrent la hache de guerre    Islam de France. Erdogan se fait tirer les oreilles    Trump. L'Arabie saoudite va-t-elle signer la paix avec Israël?    Le roi Mohammed VI écrit au président autrichien    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    Digitalisation de l'agro-industrie, une réponse agile à la crise sanitaire    La CAF signe un accord de partenariat avec l'ICSS    Portugal : Adel Taarabt prolonge avec le Benfica Lisbonne    UFC 254: Le légendaire combattant Nurmagomedov prend sa retraite    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Boeing et l'Université d'Arizona mettent la main dans la main : Désinfection Covid-19    El Jadida : 20 ans de réclusion criminelle pour un officier de police    Marrakech : Pour une cigarette, il met fin à la vie de son ami    Maroclear : Hausse de 6,5% de l'encours global des avoirs conservés en 2019    La Joconde débarque à Marrakech    Injaz Al Maghrib. Sicom In remporte la compétition (vidéo)    Casablanca: grave collision entre une voiture et une grosse moto (VIDEO)    Sahara: Les consulats africains dépriment l'Algérie?    Décès de Abderrazak Afilal Une icône du syndicalisme marocain s'en va    Covid-19: la situation épidémiologique à Casablanca-Settat au cœur du débat    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    Webinaire : La Fondation Attijariwafa bank débat de la protection des données personnelles    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus rien ne doit rester comme avant... 2011 en Tunisie
Publié dans Albayane le 22 - 01 - 2016

Au lendemain de la chute du régime de Zine El Abidine ben Ali, en janvier 2011, emporté par la Révolution du Jasmin, tout le monde savait que plus rien ne sera comme avant au pays Vert. En d'autres termes, le peuple tunisien compte désormais exiger tous ses droits, qu'ils soient politiques, économiques ou autres. La nouvelle explosion sociale qui traverse la Tunisie interpelle le nouveau pouvoir issu des urnes pour s'adapter à cette nouvelle donne.
La persistance des inégalités entre les régions de la petite Tunisie, cinq ans après la révolution, a donné lieu à une nouvelle explosion populaire en ce début de 2016. La mort d'un jeune chômeur tunisien, samedi dernierlors d'un rassemblement de protestation à Kasserine, devant le siège de la wilaya locale, a été immédiatement suivie d'un soulèvement populaire spontané.
«Du déjà vu ?». C'est avec ce questionnement unanime que la presse tunisienne de ce jeudi 21 janvier a mis en garde contre cette nouvelle explosion sociale. Elle voit en effet en Ridha Yahyaoui, mort samedi à Kassérine, un autre Mohamed Bouazizi, le vendeur ambulant qui s'est immolé par le feu le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, et a déclenché le... Printemps arabe.
Plusieurs autres villes du pays, dont Tunis et Sousse ont exprimé leur soutien aux manifestants de Kasserine, où un couvre-feu a été décrété suite aux violents affrontements ayant opposé policiers et manifestants. Mercredi soir, un policier a trouvé la mort dans une localité situé à 30 km de Kasserine, alors qu'il dispersait une manifestation qui a tourné à l'affrontement entre populations locales et forces de l'ordre.
En réaction à cette agitation, le gouvernement tunisien vient d'annoncer une série de mesures pour la région de Kasserine, dont l'embauche de 5.000 chômeurs et la construction de 1.000 logements sociaux. Une réaction aux appels de la presse locale qui exige que les promesses soient rapidement traduites en réalité pour apaiser le climat social en Tunisie.
Le journal Al Maghreb soutient ainsi qu'à l'origine des troubles figure «l'effrayante réalité des inégalités régionales». Pour sa part, le Temps se demande «Quid du développement dans les régions ? Des gouvernements se sont succédé sans que la plaie ne soit soignée. Il ne faut pas s'étonner par la suite si le feu embrase une région entière».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.