411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tambourinaires Amazigh du Moyen- Atlas
Publié dans Albayane le 13 - 04 - 2016

Les tambourinaires, pluriel de : une ou un tambourinaire, dans le contexte du chant instrumentalisé et non pas dans le contexte de : Ahidous. Ce métier ou passion, dans le sens propre du mot, se traduit en tamazight par : BOUALLOUNE et en arabe par : Bnadri.
A travers l'histoire de notre art, ce champ était jadis monopolisé par les femmes qui accompagnaient l'artiste principal jouant de : luth, violon, outar ou de flûte. Ces femmes auxquelles on a donné le surnom de : Chikhates (singulier de chikha), nom de connotation péjorative, pour mettre l'accent sur leurs mœurs licencieuses. Ce jugement est erroné dans la mesure où leurs admirateurs n'arrivaient pas à dresser une ligne droite entre la vie personnelle de la chikha – pour laquelle elle est entièrement libre comme tout autre être humain- et sa vie d'artiste qui attire de nombreux admirateurs. Nuance alors.
La chikha est le féminin de chikh qui signifie le maître ou le connaisseur. Un qualificatif honorifique qui appelle au respect de celui qui en est affublé. Nous acceptons -sans aucune réserve- ce terme quand il s'agit de la visite au Maroc d'une dame de la haute société, issue des pays du Golfe. La chikha est acceptée telle quelle, a fortiori lorsqu'elle intervient dans les différents médias marocains. Le vétéran de la chanson amazigh et celui qui en a posé les premiers jalons est feu Hamou Lyazid. Il était le premier à encourager les artistes males- à la fin des années cinquante- à embrasser le métier de tambourinaire et à l'arracher des mains des femmes qui l'ont exercé bien longtemps avant les hommes. Dans le passé, les jeunes femmes qui voulaient intégrer le domaine artistique devaient être en possession d'un Allouneet savoir l'utiliser en plus.
Actuellement, les hommes sont devenus les maîtres de ce métier dans toutes les troupes artistiques amazigh du chant instrumentalisé. Leur nombre ne cesse de croître ; ce qui explique ce phénomène c'estla quasi disparition de l'Alloune classique, autrement dit : Alloune Abeldi confectionné de la peau de chèvre et communément appeléaslikh / ahitour n lâanzi ou taghat que nos ancêtres ont manipulé pendant des siècles pour se distraire, lors d'une fête ou une cérémonie quelconque, avant l'apparition des nouveaux Alloune synthétiques réglables et qui n'ont pas besoin d'être chauffés à chaque instant comme c'était le cas pour Alloune Amazigh qui cassait le rythme et perturbait la soirée quand Aghjdime ou taghjdimte était à son apogée. Temps mort alors !
La création et l'introduction du nouveau Bendir dans notre art et patrimoine amazigh était une nécessité dictée par :
1- L'évolution des battements sur cet instrument évolué quia donné naissance à une nouvelle caractérisation des nouveaux battements :wahda/ dggan / basse et tsrbia, alors que jadis, il n'y avait que le battement classique que les vrais *Mouaznia*( terme arabe pour désigner * Bouwalloune * au pluriel ; Bnadri, chevronnés qui pouvaient garder le même rythme * Mizane* durant le temps consacré à la prestation.) 2- L'introduction de notre art à la télévision, dans les studios d'enregistrement, dans les maisons et sociétés de productions artistiques et dans les théâtres, lieux ou le feu est interdit pour chauffer les vieux bendir qui avait une autonomie de chauffage minime.
3- L'utilisation du nouveau matériel de sonorisation qui permet à l'artiste principal de contrôler tous les son émis par les différents instruments musicaux employés par la troupe ainsi que les voix d'accompagnement du ou des chanteurs...
L'histoire du patrimoine amazigh n'oubliera jamais nos tambourinaires qu'ils soient : femmes comme, par exemple, Rkia Aâbou- Tafloust - Tawr'hout- lâazafa- Zahra Âaddi - Hnia Bounou. (Photo ci-dessous de droite à gauche les deux tambourinaires : Yamna Kourou etFatima Titich)...cette liste peut être exhaustive...
Quant aux hommes tambourinaires, ils sont légion : (voir photo respectivement de gauche à droite), Ali Oudda- Mouloud Hmouchiet Zayd Ou Hdidou. D'autres noms ne doivent pas être oubliés à l'instar de :Hmad n'Mina- Jâab- Lkhsim- Kdour Bouyaoui- Bennaceur Ou Khouya- Lahcen Azayi- Mohamed 40- Bouzkri Amzil- Bouykifi...des noms qui méritent d'être évoqués.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.