Interpellation d'une trentenaire pour trafic de psychotropes à Casablanca    Coronavirus : une cellule de crise créée au sein du consulat général du Maroc à Vérone    Le Roi adresse un message de félicitations au Sultan de Brunei Darussalam    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Repenser l'industrie touristique!
Publié dans Albayane le 10 - 01 - 2018

Il est bien certain que le balnéaire n'est pas le seul créneau sur lequel peut compter le tourisme dans la région Souss Massa. Le tourisme alternatif, sous toutes ses formes et dont le rural occupe une place de choix, demeure une activité d'une importance capitale dans un environnement écologique aussi attrayant que porteur. L'apport décisif de ce secteur vital en termes de capitalisation de ces produits naturels vise à valoriser ces alternatives intégrées.
L'accompagnement qu'on tente de mener, avec persévérance au niveau des projets micro-entreprises, de la protection juridique des produits du terroir, en particulier l'arganier, le safran, la figue de barbarie, la rose…, entre autres, s'avère d »une nécessité notoire. Cette démarche fort ambitieuse est sujette à beaucoup de volontarisme, de méthodologie et de technologie. Cet aspect touristique d'envergure draine, de plus en plus, une clientèle croissante. Nul doute que ces efforts tendent à la diversification des produits touristiques de l'une des destinations prisées du royaume où se côtoient mer, montagne, oasis, désert, verdure, neige...C'est dire que tous les goûts peuvent y trouver leur compte.
Il va sans dire également que le balnéaire a constitué, depuis des lustres, le levier incontestable de l'industrie touristique de la capitale du Souss. Pour ce faire, on avait misé, dès les années 80, à mener une course folle pour l'édification des unités hôtelières de haut standing, avec l'entrée en lice des Tours Opérateurs, au côté des investisseurs et des opérateurs économiques marocains. Cependant, au fil du temps, on s'est bien rendu compte que ces TO pratiquaient une véritable mainmise sur la destination et exigeaient une capacité d'accueil encore plus grossissante. Or, l'on constatera que les complexes hôteliers connaissent de plus en plus des fléchissements criants. Nombre d'hôtels trouvent beaucoup de peine à survivre et tombent éperdument dans le délabrement.
L'option balnéaire de luxe est, en conséquence, mise à rude épreuve. C'est ainsi que le tourisme intérieur n'a jamais pu se hisser aux honneurs, quoique les compatriotes marquent constamment sur leur carnet de vacances le nom d'Agadir comme destination de prédilection. Cet échec a occasionné, à coup sûr, des retombées de taille dans la vision et l'ambition globales tablées sur Agadir, en tant que pièce maitresse de l'économie nationale, avec plus de 28.000 lits qui seraient renforcés par la fondation de la station balnéaire de Taghazout. Toutes ces prévisions butent face à la réalité amère, avec l'effritement de la capacité litière.
Devrait-on se rabattre maintenant sur le tourisme rural, avec ce que présente l'arrière pays, tel Imouzzer, comme potentiel naturel de qualité? Evidemment! Toutefois, il va falloir concilier les deux volets indissociables, en mettant en place une refonte de l'action touristique dans la région, avec l'implication de tous les intervenants du secteur, toutes catégories confondues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.