L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Repenser l'industrie touristique!
Publié dans Albayane le 10 - 01 - 2018

Il est bien certain que le balnéaire n'est pas le seul créneau sur lequel peut compter le tourisme dans la région Souss Massa. Le tourisme alternatif, sous toutes ses formes et dont le rural occupe une place de choix, demeure une activité d'une importance capitale dans un environnement écologique aussi attrayant que porteur. L'apport décisif de ce secteur vital en termes de capitalisation de ces produits naturels vise à valoriser ces alternatives intégrées.
L'accompagnement qu'on tente de mener, avec persévérance au niveau des projets micro-entreprises, de la protection juridique des produits du terroir, en particulier l'arganier, le safran, la figue de barbarie, la rose…, entre autres, s'avère d »une nécessité notoire. Cette démarche fort ambitieuse est sujette à beaucoup de volontarisme, de méthodologie et de technologie. Cet aspect touristique d'envergure draine, de plus en plus, une clientèle croissante. Nul doute que ces efforts tendent à la diversification des produits touristiques de l'une des destinations prisées du royaume où se côtoient mer, montagne, oasis, désert, verdure, neige...C'est dire que tous les goûts peuvent y trouver leur compte.
Il va sans dire également que le balnéaire a constitué, depuis des lustres, le levier incontestable de l'industrie touristique de la capitale du Souss. Pour ce faire, on avait misé, dès les années 80, à mener une course folle pour l'édification des unités hôtelières de haut standing, avec l'entrée en lice des Tours Opérateurs, au côté des investisseurs et des opérateurs économiques marocains. Cependant, au fil du temps, on s'est bien rendu compte que ces TO pratiquaient une véritable mainmise sur la destination et exigeaient une capacité d'accueil encore plus grossissante. Or, l'on constatera que les complexes hôteliers connaissent de plus en plus des fléchissements criants. Nombre d'hôtels trouvent beaucoup de peine à survivre et tombent éperdument dans le délabrement.
L'option balnéaire de luxe est, en conséquence, mise à rude épreuve. C'est ainsi que le tourisme intérieur n'a jamais pu se hisser aux honneurs, quoique les compatriotes marquent constamment sur leur carnet de vacances le nom d'Agadir comme destination de prédilection. Cet échec a occasionné, à coup sûr, des retombées de taille dans la vision et l'ambition globales tablées sur Agadir, en tant que pièce maitresse de l'économie nationale, avec plus de 28.000 lits qui seraient renforcés par la fondation de la station balnéaire de Taghazout. Toutes ces prévisions butent face à la réalité amère, avec l'effritement de la capacité litière.
Devrait-on se rabattre maintenant sur le tourisme rural, avec ce que présente l'arrière pays, tel Imouzzer, comme potentiel naturel de qualité? Evidemment! Toutefois, il va falloir concilier les deux volets indissociables, en mettant en place une refonte de l'action touristique dans la région, avec l'implication de tous les intervenants du secteur, toutes catégories confondues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.