Défaite et repli du «Polisario» maquillés en redéploiement tactique ?    A propos de sa demande de décharge de ses fonctions ministérielles : Ramid fait volte-face    La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le personnel des FAR reçoit la 2è dose du vaccin anti-Covid-19    Percevoir le cannabis tout autrement    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intoxications Alimentaires: Quelles mesures adopter?
Publié dans Albayane le 10 - 09 - 2018

Le problème des intoxications alimentaires fait de nouveau surface avec des cas observés ici et là, ce qui naturellement remet sur le tapis les causes inhérentes à ces intoxications alimentaires parmi lesquelles il y a lieu de citer le manque d'hygiène, l'inobservation de certaines règles élémentaires qui peuvent être lourdes de conséquences.
Parler des intoxications alimentaires en ce moment précis, qui coïncide ave la rentrée scolaire n'est pas chose fortuite, mais c'est à raison, car dans beaucoup de cas, ce sont les jeunes enfants qui sont victimes de ces intoxications alimentaires surtout quand on sait ce que tous les marchands ambulants exposent et proposent à ces jeunes.
Le mercredi 5 Septembre, 6 enfants à Mohammedia ont été victimes d'intoxications alimentaires. Ils ont tous été pris en charge par le service des urgences de l'hôpital Moulay Abdallah.
Il semblerait que ce soit des produits laitiers ou dérivés du lait qui sont en cause.
Les résultats des examens réalisés détermineront les causes exactes de ces intoxications.
A Khouribga, ce sont 10 membres d'une même famille, dont 4 enfants qui ont été victimes d'intoxication alimentaire à la suite de l'ingestion de gâteau servi lors de la fête d'un mariage. Toutes les victimes ont été évacuées à bord d'ambulances vers l'hôpital provincial Hassan II de Khouribga.
Ces intoxications alimentaires viennent nous rappeler si besoin est que plusieurs centaines de personnes sont victimes chaque année au Maroc d'intoxications alimentaires, que ces problèmes n'arrivent pas qu'aux autres, mais que nous pouvons tous être un jour ou l'autre victime d'une intoxication alimentaire.
Par ailleurs, il serait faux de croire que les intoxications alimentaires sont surtout fréquentes en été. Bien au contraire, ces intoxications peuvent se rencontrer même en hiver.
Il est évident qu'en été, on note des pics et que 50% des intoxications alimentaires ont lieu pendant la saison estivale. Les deux tiers ont lieu à la maison en raison d'un mode défaillant de conservation des aliments.
Qu'est ce que l'intoxication alimentaire ?
Une intoxication alimentaire est une affection causée par l'ingestion d'un aliment ou d'une boisson qui contient des germes nocifs. Cela se produit lorsqu'un aliment n'est pas préparé, entreposé ou manipulé adéquatement, ou bien lorsqu'un aliment entre en contact avec une personne infectée. Il faut constamment avoir présent à l'esprit que les intoxications alimentaires sont des affections courantes, certaines sont sans gravité, mais d'autres peuvent s'avérer dangereuses et parfois mortelles.
Comment se manifeste-t-elle ?
Des diarrhées aigus (selles liquides), des vomissements, des douleurs au ventre, des céphalées, de la fièvre. L'intoxication par voie alimentaire se manifeste après une durée d'incubation généralement courte de 2 à 4 heures (minimum 1/2 heure, maximum 8 heures) par l'apparition brutale de ces symptômes.
Dans certains cas, les intoxications aiguës peuvent même entraîner une perte de conscience, hospitalisation et même décès.
Des chiffres à connaitre
Il est utile de rappeler ici que pour l'année 2017, le Centre antipoison du Maroc a présenté les chiffres relatifs aux intoxications alimentaires, et il ressort de ces chiffres que 2.655 cas, dont 43,7% sont des cas d'intoxications collectives, ont été enregistrés en 2017.
Les maladies d'origine alimentaire occupent la 2e position (15,7%) par rapport à toutes les intoxications toutes causes confondues au Maroc. Les adultes représentent 51,51% des personnes touchées par les intoxications, suivis des enfants 26,5%. Dans le même sens, le CAPM précise que les éléments les plus incriminés sont la viande et les produits carnés (25,8%), les produits laitiers et similaires (17,1%), les aliments composites (13,4%), ensuite le poisson et les produits de la pêche (10,6%).
C'est dire que nous sommes face à de réels problèmes qui nous concernent, car il nous arrive tous de consommer des produits alimentaires (sandwich – poissons – pizza – panini – lait – yaourt – café – thé – pâtisseries …).
La sale Bouffe
Le risque est d'autant plus fréquent que les habitudes alimentaires et le nouveau mode de vie des Marocains ont radicalement changé ces dernières années. Hormis le risque domestique qui reste important, le développement de la restauration extérieure avec, comme corollaire, l'explosion du secteur informel et sa cohorte de vendeurs ambulants, est venu aggraver la situation.
Ici et là poussent comme des champignons des snacks, des épiceries qui préparent aussi à bouffer, des Mahlabates, des gargotes, des vendeurs de saucisses aux origines douteuses, des marchands qui proposent des sandwichs de thon aux arômes et piquants, des vendeurs d'escargots, de jus. Il suffit d'avoir une charrette et le tour est joué….
Les gens sont très pressés et peu regardant sur ce qu'ils mangent, surtout celles et ceux qui n'ont que 10 ou 20 minutes de pause. Ils avalent à la va vite ce qui se présente et qui dans bien des cas est synonyme de sale bouffe, et dont les conséquences se manifestent après une durée d'incubation généralement courte de 2 à 4 heures (minimum 1/2 heure, maximum 8 heures) par l'apparition brutale de symptômes dont la diarrhée, des vomissements, des douleurs au ventre, de la fièvre…
Un phénomène qui prend de l'ampleur
Aujourd'hui, à Casablanca, la propagation du phénomène des marchands ambulants est devenue incontrôlable.Ces marchands se retrouvent partout, à côté des magasins, des mosquées, des écoles, des terrains de foot, des usines et ateliers de confection.
Ils sont nombreux et proposent des sandwichs à la portée de toutes les bourses, ce qui explique leur succès, mais aussi le nombre d'intoxications alimentaires. Le problème réside dans les denrées utilisées, leurs origines, les conditions de conservation, le mode de préparation, les ustensiles utilisés, l'état de santé de ceux qui préparent ces denrées alimentaires…
A l'évidence, il y a le problème du manque d'hygiène qui se pose et qui est à l'origine des intoxications alimentaires parfois graves. Ces intoxications sont en constante augmentation à cause précisément de l'inobservation de certaines règles élémentaires et de l'absence de contrôles des services concernés.
Mieux vaut prévenir…
Selon le ministre, entre 20 et 25% des restaurants, des snacks et des fast-foods contrôlés par les services sanitaires constituent un danger pour la santé du consommateur. Et d'ajouter que son département œuvre pour la prévention des risques d'intoxication alimentaire en veillant constamment au suivi prompt des cas enregistrés, à la prise en charge des patients et à la mise en œuvre d'actions de sensibilisation. Mais on ne peut pas parler de prévention si à côté, on ferme les yeux sur les marchands ambulants qui exposent du poisson en plein soleil dans la rue, là où la fumée des camions, des voitures, des motos se dépose sur ces mêmes poissons qui sont mis à la vente.
Si on laisse des milliers de marchands ambulants écouler des denrées alimentaires impropres à la consommation, si on laisse des centaines et centaines de boutiques vendre des produits qui entrent par des circuits informels.(contrebande) fromage, cacher, mortadelle, miel, beurre, huile, gâteaux, jus, …
Ces magasins sont légions à Derb Ghallef et ailleurs, mais aucune action n'est entreprise pour prévenir le mal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.