Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jamal Khashoggi: Un mort sans sépulture?
Publié dans Albayane le 16 - 10 - 2018

Exilé volontaire aux Etats-Unis depuis l'année dernière, par crainte d'être arrêté après avoir critiqué l'intervention saoudienne au Yémen et certaines des décisions prises par le nouvel homme fort du régime de Riyad, le prince héritier Mohammed Ben Salmane, Jamal Khashoggi, journaliste saoudien, n'a plus été revu depuis qu'il était entré le 2 Octobre dernier au Consulat saoudien à Istanbul pour y retirer une autorisation administrative préalable à son remariage; ce qui a poussé des responsables turcs à affirmer qu'il aurait été tué au sein même du consulat saoudien par un groupe de 15 «barbouzes» venus par avion le 2 Octobre dernier à Ankara dans le seul but de le liquider.
Ces propos ayant été repris par le Washington Post, journal américain avec lequel collaborait Jamal Khashoggi, l'affaire a eu un retentissement planétaire à telle enseigne que les ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne ont publié ce dimanche un communiqué dans lequel, au nom de la défense de la liberté d'expression, de la liberté de presse et de la protection des journalistes, ils exigent que toute «la lumière (soit) faite sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi» et qu'une «enquête crédible» soit diligentée afin d'«identifier les responsables» et de «s'assurer qu'ils rendent des comptes».
L'Arabie Saoudite qui qualifie d'«infondées» les déclarations des autorités turques et qui nie toute implication dans la disparition et le probable assassinat du journaliste, a dépêché, ce vendredi, à Ankara, une délégation de onze personnes à l'effet de procéder aux inspections nécessaires dans l'enceinte même du consulat d'Arabie saoudite. Déplorant l'absence de toute coopération de la part de ladite commission, le ministre turc des Affaire étrangères a souhaité que Riyad puisse laisser les «enquêteurs et les experts entrer dans le consulat».
En réponse, le ministre saoudien de l'Intérieur, Abdelaziz Ben Saoud Ben Nayef, qui a clamé que son pays est attaché au «respect des règles et conventions internationales» a dénoncé les «fausses accusations» selon lesquelles Riyad aurait donné l'ordre d'éliminer physiquement Jamal Khashoggi.
Et si, dans un premier temps, Donald Trump s'était montré très prudent sur cette affaire en formulant le souhait qu'elle se règle d'elle-même, ce dernier n'y est pas allé de main morte ce samedi lorsqu'il a déclaré à la chaîne CBS que son administration se tient prête à infliger un «châtiment sévère» à l'Arabie Saoudite s'il est confirmé que Jamal Khashoggi a été assassiné et qu'il allait même s'entretenir à ce sujet, ce week-end au téléphone, avec le Roi Salmane d'Arabie Saoudite.
Il n'en fallait pas plus pour pousser Riyad à réagir vivement aux attaques du président américain. S'exprimant, par la bouche d'un haut responsable saoudien, cité par l'agence officielle SPA, sous couvert de l'anonymat, l'Arabie Saoudite rejette «entièrement toute menace ou tentative visant à l'affaiblir; que ce soit via des menaces d'imposer des sanctions économiques ou par l'usage de pression politique». Et le responsable saoudien de mettre en garde les autorités de Washington car si des sanctions venaient à être appliquées contre l'Arabie Saoudite, Riyad y répondra avec «de plus grandes sanctions » du moment que « l'économie du royaume a un rôle vital » et qu'elle exerce «une grande influence sur l'économie mondiale».
Soucieuse, néanmoins, d'arrondir les angles, l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington a publié, dans la soirée, un communiqué dans lequel elle «exprime sa reconnaissance à tous ceux qui s'abstiennent de tirer une conclusion hâtive sur l'enquête en cours, y compris l'administration américaine».
Enfin, si d'après les caméras de surveillance Jamal Khashoggi s'est bien présenté au-devant des employés du Consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul le 2 Octobre dernier pour le retrait d'un document administratif, aucun enregistrement desdites caméras n'a pu prouver que le journaliste en était sorti aussi vivant qu'à son arrivée sur les lieux.
L'assassinat de Jamal Khashoggi étant de plus en plus certain, à l'heure qu'il est, reste à savoir comment et dans quelle état sa dépouille a quitté le consulat d'Arabie Saoudite à Ankara. S'agissant des commanditaires, il n'y a pas lieu de chercher à jouer aux devins mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.