HCP : Les Cahiers du plan publient une étude démographique du Maghreb    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    BAM: l'immobilier en berne    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Bilan d'étape : le dit et le non-dit    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    En Libye, la guerre est aussi économique    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers sportifs    La CGEM octroie son label RSE    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Divers    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    1998: retour des Lions pour une place au quart…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jamal Khashoggi: Un mort sans sépulture?
Publié dans Albayane le 16 - 10 - 2018

Exilé volontaire aux Etats-Unis depuis l'année dernière, par crainte d'être arrêté après avoir critiqué l'intervention saoudienne au Yémen et certaines des décisions prises par le nouvel homme fort du régime de Riyad, le prince héritier Mohammed Ben Salmane, Jamal Khashoggi, journaliste saoudien, n'a plus été revu depuis qu'il était entré le 2 Octobre dernier au Consulat saoudien à Istanbul pour y retirer une autorisation administrative préalable à son remariage; ce qui a poussé des responsables turcs à affirmer qu'il aurait été tué au sein même du consulat saoudien par un groupe de 15 «barbouzes» venus par avion le 2 Octobre dernier à Ankara dans le seul but de le liquider.
Ces propos ayant été repris par le Washington Post, journal américain avec lequel collaborait Jamal Khashoggi, l'affaire a eu un retentissement planétaire à telle enseigne que les ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne ont publié ce dimanche un communiqué dans lequel, au nom de la défense de la liberté d'expression, de la liberté de presse et de la protection des journalistes, ils exigent que toute «la lumière (soit) faite sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi» et qu'une «enquête crédible» soit diligentée afin d'«identifier les responsables» et de «s'assurer qu'ils rendent des comptes».
L'Arabie Saoudite qui qualifie d'«infondées» les déclarations des autorités turques et qui nie toute implication dans la disparition et le probable assassinat du journaliste, a dépêché, ce vendredi, à Ankara, une délégation de onze personnes à l'effet de procéder aux inspections nécessaires dans l'enceinte même du consulat d'Arabie saoudite. Déplorant l'absence de toute coopération de la part de ladite commission, le ministre turc des Affaire étrangères a souhaité que Riyad puisse laisser les «enquêteurs et les experts entrer dans le consulat».
En réponse, le ministre saoudien de l'Intérieur, Abdelaziz Ben Saoud Ben Nayef, qui a clamé que son pays est attaché au «respect des règles et conventions internationales» a dénoncé les «fausses accusations» selon lesquelles Riyad aurait donné l'ordre d'éliminer physiquement Jamal Khashoggi.
Et si, dans un premier temps, Donald Trump s'était montré très prudent sur cette affaire en formulant le souhait qu'elle se règle d'elle-même, ce dernier n'y est pas allé de main morte ce samedi lorsqu'il a déclaré à la chaîne CBS que son administration se tient prête à infliger un «châtiment sévère» à l'Arabie Saoudite s'il est confirmé que Jamal Khashoggi a été assassiné et qu'il allait même s'entretenir à ce sujet, ce week-end au téléphone, avec le Roi Salmane d'Arabie Saoudite.
Il n'en fallait pas plus pour pousser Riyad à réagir vivement aux attaques du président américain. S'exprimant, par la bouche d'un haut responsable saoudien, cité par l'agence officielle SPA, sous couvert de l'anonymat, l'Arabie Saoudite rejette «entièrement toute menace ou tentative visant à l'affaiblir; que ce soit via des menaces d'imposer des sanctions économiques ou par l'usage de pression politique». Et le responsable saoudien de mettre en garde les autorités de Washington car si des sanctions venaient à être appliquées contre l'Arabie Saoudite, Riyad y répondra avec «de plus grandes sanctions » du moment que « l'économie du royaume a un rôle vital » et qu'elle exerce «une grande influence sur l'économie mondiale».
Soucieuse, néanmoins, d'arrondir les angles, l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington a publié, dans la soirée, un communiqué dans lequel elle «exprime sa reconnaissance à tous ceux qui s'abstiennent de tirer une conclusion hâtive sur l'enquête en cours, y compris l'administration américaine».
Enfin, si d'après les caméras de surveillance Jamal Khashoggi s'est bien présenté au-devant des employés du Consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul le 2 Octobre dernier pour le retrait d'un document administratif, aucun enregistrement desdites caméras n'a pu prouver que le journaliste en était sorti aussi vivant qu'à son arrivée sur les lieux.
L'assassinat de Jamal Khashoggi étant de plus en plus certain, à l'heure qu'il est, reste à savoir comment et dans quelle état sa dépouille a quitté le consulat d'Arabie Saoudite à Ankara. S'agissant des commanditaires, il n'y a pas lieu de chercher à jouer aux devins mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.