Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le début de la fin des dérobades d'Alger…
Publié dans Albayane le 05 - 12 - 2018

La table ronde, organisée par le nouvel Envoyé personnel du SG de l'ONU, Horst Köhler, au sujet du différend régional sur le Sahara marocain, débutera ce mercredi à Genève et se poursuivra demain jeudi. Elle fait suite aux invitations adressées, le 21 novembre dernier, au Maroc, à l'Algérie, au Polisario et à la Mauritanie, qui seront représentés autour de cette table ronde.
Cette reprise des contacts intervient après l'échec des pourparlers de Manhasset, en mars 2012, après cinq années de tentatives, infructueuses, destinées à débloquer la crise entre Alger et Rabat et à mettre fin au conflit qui dure depuis plus de 45 années…
L'ancien président allemand et nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU, Horst Köhler, nommé en 2017, a déjà entrepris deux tournées ponctuées par des visites dans la région et rencontré, notamment, les responsables marocains et algériens.
Rappelons que depuis avril 1991, après plus d'une décennie d'hostilités et de guerre non déclarée par Alger contre le Maroc, l'ONU a instauré un cessez-le-feu et mis en place la MINURSO, chargée de veiller à son respect.
Parallèlement, un processus référendaire était lancé mais il a buté sur l'intransigeance d'Alger – qui veut un référendum sur mesure- à réduire drastiquement le corps électoral devant participer à la consultation référendaire.
Et face aux multiples manœuvres destinées à la dénaturation du corps électoral et du résultat de la consultation référendaire, l'ONU a décidé, en mai 1996, d'arrêter le processus d'identification des votants, qui était supervisé par les services de la MINURSO. Conséquence, l'ONU réduit la composition de la MINURSO.
Depuis, le Conseil de sécurité de l'ONU, et conformément à une habitude instaurée avec la création de la MINURSO, adoptait, chaque fin du mois d'avril, une résolution sur la base du rapport du Secrétaire général de l'ONU, rédigée à la suite des visites de son Envoyé spécial dans la région et de son rapport d'étape.
Aussi, il va falloir attendre 2002 et la visite de SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune pour que le Maroc tire les conclusions des manœuvres dilatoires d'Alger et abandonne l'idée du référendum, estimant que les habitants du Sahara ont déjà prouvé leur marocanité et fait leur choix, en regagnant, massivement, les provinces sahariennes et en participant à la gestion locale de nos provinces du sud.
Des élus sahraouis à Genève
D'ailleurs, une majorité écrasante de fondateurs et dirigeants du prétendu «polisario», créé de toutes pièces par Boumediene et Kaddahfi, en 1973, a élu domicile dans la patrie marocaine, et contribue activement à l'essor économique, social et culturel de leurs régions.
En témoigne, aujourd'hui, la composition de la délégation marocaine présente à la table ronde de Genève, présidée par le MAE Nasser Bourita, et hautement confortée par les présidents de deux régions sahariennes (Laayoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab), respectivement Hamdi Ould Rchid et Ynja El Khattat, à côté d'une militante associative et élue communale à Smara, Fatima Adli.
Aussi, depuis 2003, l'ONU avait commencé à abandonner définitivement l'option d'organisation d'un référendum d'autodétermination, même si ce terme revient, régulièrement, dans la littérature et nomenclature onusienne, qui a besoin d'une urgente mise à jour.
Depuis, le Maroc a lancé un vaste programme de modernisation et de développement multiforme de ses provinces du sud, laissant les séparatistes crier avec leurs maitres à penser algériens, qui avaient, acte stupide, fermé les frontières avec le Maroc, au point que c'est la seule frontière au monde encore fermée depuis plus de deux décennies.
Le plan d'autonomie, unique solution
Et il va falloir attendre l'année 2007 pour que le Maroc, qui est convaincu de ses droits historiques, annonce son plan d'autonomie saharienne, afin de débloquer la situation et trouver une issue politique avec les voisins algériens et renouer avec la fraternité et l'entraide.
Hélas, et la communauté internationale s'en rend compte chaque jour plus, Alger ne veut rien comprendre et tente, à chaque fois, de se présenter étrangère au conflit, vieux de près d'un demi siècle, et qu'elle n'en est pas partie agissante et prenante. Et ce malgré la présence sur son sol d'éléments armés, contrôlés par les sbires du «polisario» et la sécurité militaire algérienne.
C'est prendre le monde pour dupe que de continuer à faire sortir, à tout bout de champ, l'histoire de «pays voisin» et donc à ce seul titre qu'elle peut être sollicitée.
Aujourd'hui, après plus d'un quart de siècle de médiation onusienne, sans résultat palpable si l'on exclut le fait d'avoir évité un conflit armé entre le Maroc et l'Algérie – qui en fait est un grand acquis pour la région et le monde- les appétits expansionnistes et réducteurs du voisin marocain, continuent de plus belle.
Aussi, en dépit de l'appréciation hautement positive émise par le Conseil de sécurité de l'ONU et par la communauté internationale sur la position marocaine d'autonomie, jugée «crédible et réaliste» pour un compromis politique, le pouvoir algérien refuse de mettre un terme à ce conflit stérile et handicapant.
Alger dans le collimateur onusien
Donc, face aux tergiversations d'Alger (qui insiste sur un référendum mais refuse que le HCR fasse un recensement des populations des camps maintenues malgré elles dans ces camps de la honte, à la merci du bon vouloir des sbires du «polisario» à la solde des généraux algériens) il fallait s'attendre à une réaction onusienne.
Aussi, depuis 2018, l'ONU a décidé, contrairement à une tradition vieille de 27 ans, de réduire à six mois la durée du renouvellement du mandat de la MINURSO, contre une année auparavant.
Ce changement serait dicté par la volonté, du Conseil de sécurité et notamment ses membres permanents, à relancer le processus de négociations, interrompus en 2012. Mais avec de nouveaux réglages qui puisent leur force de la dernière résolution onusienne qui place l'Algérie comme une partie du conflit et réclame son implication impérative dans la recherche sérieuse d'une issue acceptable, qui entérinera la fin du conflit. Une issue heureuse pour les habitants des camps algériens de Tindouf.
Car la dimension bilatérale du conflit, entre Alger et Rabat, est fort évidente pour tous et l'on ne le sait que trop.
Les responsables algériens ne peuvent plus se dérober de leurs responsabilités dans la création du conflit artificiel et de sa poursuite. Ni le nier ou ignorer la nouvelle donne qui consiste à trouver impérativement une solution qui sera reconnue par la communauté internationale et repartir de nouveau sur des bases de coopération avantageuse pour deux voisins condamnés par l'Histoire et la fraternité à vivre dans la paix et la complémentarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.