Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 609,4 MMDH au 3 mars    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    TPE : un nombre record de faillites en 2020    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il est bénéfique d'associer scolarité et passion»
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2019

Mélanie Derive, professeur de danse à l'Ecole Internationale de Musique et de Danse
Propos recueillis par Omayma Khtib
Al Bayane: Pourquoi «l'estime de soi» et «la confiance en soi» sont-elles importantes quand il s'agit de la danse?
Mélanie Derive: L'estime de soi est une notion de jugement de valeurs, des valeurs qui nous sont propres et que l'on souhaite défendre. La danse est un outil de communication universel, un langage qui traverse toutes les frontières. Posséder et maîtriser un tel art revient à dire que nous pouvons échanger, discuter, initier et transmettre au monde entier. C'est au-travers de ces notions fortes que l'estime de soi devient importante. Croire en soi, avoir confiance en soi, afin de mieux partager. Croire en soi pour défendre ses idées. Croire en soi pour transmettre un message. Mais aussi croire en soi afin d'affronter le regard d'autrui et d'argumenter.
Que peut apprendre la danse aux élèves et à quel âge, l'enfant peut-il déjà commencer ces cours?
La danse demande rigueur, force de caractère, dépassement de soi, ténacité, remise en question, critique, analyse, auto correction et harmonie, des valeurs qui poussent les élèves vers une maturité et une construction d'eux-mêmes, mais aussi vers une valorisation de leurs acquis et de leur schéma corporel. En référence à Juvénal, poète de la Rome antique, «un esprit sain dans un corps sain».
Dans les structures compétentes, telles que l'Ecole Internationale de Musique et de Danse, on peut commencer à apprendre la danse dès quatre ans, mais la vie est une danse depuis la naissance. Le mouvement, le rythme, l'énergie et l'espace sont des notions de vie au sens propre d'«être en vie».
Pensez-vous que pour un enfant, un loisir artistique est une nécessité?
L'éveil à un loisir artistique permet aux élèves d'acquérir une nouvelle forme d'expression. Certains individus peuvent rencontrer des difficultés avec les moyens traditionnels de communication et d'expression. Grâce à la pratique d'un loisir artistique, on arrive à travers nos corps, nos rendus, nos productions, à exprimer la sensibilité de nos émotions. Un exemple simple : il est plus facile d'écrire à quelqu'un qu'on l'aime que de lui dire.
Comment un enfant peut-il combiner ses cours scolaires et sa pratique artistique?
Dans une société qui donne la priorité au système scolaire, l'apprentissage de la danse vient s'inscrire naturellement après l'école. En fonction de son âge, l'élève se rend à ses cours de danse à raison d'une à quatre fois par semaine. Ici, à l'Ecole Internationale de Musique et de Danse, plus l'enfant grandit, plus il travaille. Cette évolution du volume de travail prend en compte l'âge, les capacités d'apprentissage et les capacités physiques des enfants. Les efforts fournis sont également croissants en fonction du niveau, mais aussi à l'intérieur du cours. La fréquence des cours, l'assiduité et l'implication pour cette discipline sont la clé de l'apprentissage et de la réussite.
Dans quels établissements peut-on s'inscrire pour faire de la danse son métier?
Après des études dans une école ou un conservatoire, il faut se spécialiser dans une structure professionnalisante. En France par exemple, les institutions telles que les conservatoires et les écoles supérieurs de formation des jeunes professeurs de danse dispensent le Diplôme d'Etat.
Le métier de danseur est très exigeant en matière de requis esthétiques, physiques et mentaux. Que pourriez-vous conseiller aux danseurs?
Être danseur est en effet très exigeant en matière de requis esthétiques, physiques et mentaux. Le processus est très long. Il faut souvent faire des sacrifices pour réussir, et la danse illustre bien cette idée. Il faut savoir que tout ce que le corps endure se fait de manière progressive. L'intelligence des professeurs et leur expérience permettent avant tout de transmettre leur passion aux élèves, de faire briller leurs yeux, de faire que la danse soit leur raison d'être, de faire qu'à la danse, les élèves oublient leurs maux et partagent sans compter, dans un instant d'harmonie. La première mission d'un professeur est de passionner ses élèves. Après cela, tous les moments un peu compliqués sont mieux acceptés. Alors, le meilleur conseil afin de ne pas abandonner est de se doter d'un bon professeur, qui sache transmettre sa passion et de croire que rien n'est impossible. Il n'y a pas de moins bon ou de meilleur chemin. Seule la volonté et l'estime de soi permettront de résister aux difficultés du métier. Et puis, il ne faut pas oublier la récompense de la scène : les spectacles où l'on oublie tout, où la transe nous envahit!
Que diriez-vous des écoles d'art dont les prix sont assez élevés?
Il y a des choses qui n'ont pas de prix. Mais bien au-delà de cela, la valeur d'une école d'art réside dans la qualité de ses professeurs et dans leur capacité à transmettre leur discipline à une classe d'élèves, des corrections individuelles, des lectures d'êtres au travers des corps, des situations de dépassement, de partage, et surtout d'amour, qui ne manquent pas de valeur. Il faut aussi savoir que les professeurs ont souvent suivi un parcours rigoureux de connaissances en danse, en anatomie, en musique, en psychologie de l'enfant, aboutissant à un diplôme. Et puis, il ne faut pas oublier qu'ils sont sans cesse à la recherche de propositions artistiques nouvelles, de chorégraphies, de moyens pédagogiques adaptés. Ils partagent aussi leurs connaissances auprès du milieu professionnel lors de conférences et de stages de perfectionnement réguliers.
Que pensez-vous de l'enseignement de la danse au Maroc?
La danse au Maroc est une belle histoire. Enseigner la danse au Maroc est comme un jeu de voile. L'accès à la technique est sans difficultés en comparaison avec d'autres pays, tels que la France par exemple. En revanche, la liberté du corps et des ressentis émotionnels est plus retenue et évolue selon l'âge des élèves. Mais la chance d'avoir un lieu dans lequel on peut s'exprimer en tant que danseur donne surtout aux jeunes élèves qui osent un sens artistique plus chargé d'histoire. Ceux qui se laissent porter par le sens artistique et qui l'ont trouvé sont souvent troublants à contempler.
Pensez-vous qu'intégrer des cours d'art dans le système scolaire au Maroc pourrait aider les élèves?
Il existe à travers le monde une multitude d'écoles associées à une autre discipline sportive ou artistique, et les résultats scolaires de ces écoles sont très souvent de bonne qualité. Il semble sans danger, et bien au contraire bénéfique, d'associer scolarité et passion, l'un étant imbriqué dans l'autre. Les efforts naturellement faits pour l'un s'appliqueront à l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.