Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Oriental: Le CRI en mode proximité    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Deux alpinistes secourus après avoir perdu leur chemin en descendant du mont Tidirhine    Ateliers de formation sur l'écologie au profit des élèves    Mohamed Benabdelkader : La reconnaissance de la responsabilité de l'Etat en cas d'erreur judiciaire, une des grandes nouveautés de la Constitution de 2011    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Iberia reliera Madrid à Fès en 2020    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Le Raja s'impose difficilement, le Wydad facilement    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La justice marocaine acquitte l'activiste espagnole, Helena Maleno
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2019

La militante espagnole était poursuivie pour trafic d'êtres humains et avait fait l'objet d'une enquête, initiée par la police espagnole puis confiée à la justice marocaine, pour sa «collusion avec des trafiquants», alors qu'elle avait aidé à sauver des centaines de migrants de la noyage dans le détroit de Gibraltar.
Après l'audience en appel, «le tribunal marocain a affirmé qu'il n'y a aucune preuve d'un crime contre Maleno», précise un communiqué de l'association Walking Borders (Caminando Fronteras), spécialiste des alertes sur les embarcations en perdition entre le Maroc et l'Espagne.
Sur les réseaux sociaux, Maleno a annoncé dans une vidéo la fin de son «calvaire judiciaire» qui traîne depuis des mois. «Aujourd'hui, le cauchemar qui a commencé en 2012 s'arrête. Cela a commencé avec une enquête de la police espagnole des frontières, qui a ensuite demandé au Maroc d'enquêter sur moi», affirme-t-elle.
La migration clandestine entre le Maroc et l'Espagne
L'intensité de la migration clandestine entre le Maroc et l'Espagne est un phénomène qui se justifie principalement par la proximité géographique. D'ailleurs, la frontière entre l'Espagne et le Maroc est l'une des plus courtes du monde.
Durant plusieurs années, des migrants marocains sont venus en masse s'installer en Espagne. Ainsi, ils représentaient 13,6 % de la population totale en 2013. En 2018, l'Espagne est devenue le premier pays européen en matière d'accueil de migrants en Europe.
Jusqu'au 31 octobre 2018, 53 382 migrants clandestins sont arrivés en Espagne, d'après le ministère de l'intérieur espagnol. 564 sont morts ou portés disparus, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dans leur grande majorité (98 %), les migrants en situation clandestine proviennent du Maroc et ont débarqué sur les côtes de l'Andalousie.
Le Maroc, principale porte d'entrée vers le rêve européen
Pour arriver en Europe, les migrants en situation clandestine choisissent le chemin le plus court, celui qui les amène en Espagne via la Méditerranée. Il s'agit du détroit de Gibraltar qui ne sépare les deux pays que de 14 kilomètres. Ainsi, la route migratoire marocaine est devenue la plus empruntée par les candidats à la migration clandestine vers l'Europe.
Les entrées de migrants en Europe via le Maroc ont explosé depuis le début de l'année 2018. Entre janvier et fin septembre, le Maroc a arrêté 68.000 tentatives d'immigration clandestine et démantelé 122 réseaux criminels actifs, selon un bilan officiel. Il Maroc est considéré par l'Espagne comme l'acteur fondamental en matière de contrôle de la migration et de lutte contre l'immigration clandestine.
«Le Maroc est un pays sûr, un pays avec lequel nous sommes en train de collaborer -dans plusieurs domaines- et, pour nous, il est logiquement un pays fondamental en matière de contrôle de la migration», a affirmé le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez.
Ainsi, l'Espagne plaide depuis des mois pour que l'Union européenne débloque des aides à destination du Maroc afin de mieux gérer les flux migratoires clandestins. A noter qu'en juillet 2018, la Commission européenne avait approuvé trois nouveaux programmes relatifs à la gestion des frontières et à la migration en Afrique du Nord, pour un montant total de 90,5 millions d'euros. Une grande partie de ce montant a été destinée au Maroc. 55 millions d'euros devaient en effet être alloués au programme de gestion des frontières du Maghreb afin de coopérer avec le Maroc et la Tunisie.
De plus, 6,5 millions d'euros supplémentaires étaient destinés à appuyer la stratégie nationale du Maroc en matière de migration adoptée en 2014 pour venir en aide aux migrants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.