«Positions et Propositions», nouveau recueil d'Abdeslam Seddiki    Le cri maghrébin!    Semaine dans le vert pour la bourse de Casablanca    Surveillance routière dans les zones à trafic intense : 139 agents assurent le contrôle routier à travers tout le Maroc    La sécurisation des voies ferrées est en marche    Contrôle et détection automatique : 552 nouveaux radars sur nos routes    Un levier important du nouveau modèle de développement escompté    Euromoney Awards 2019 : AWB « meilleure banque au Maroc » pour la 9è fois    L'heure de vérité pour l'Allemande von der Leyen au Parlement européen    Yemen : l'Arabie Saoudite isolée    Indonésie. Un fort séisme de magnitude 7,3 frappe les Moluques    Raid près de Tripoli : Rapatriement des dépouilles des victimes marocaines    Amende de 5 milliards de dollars pour Facebook    Avec des «si»    CAN 2019. Romain Saïss évoque un sentiment de "honte" après l'échec du Maroc    Les Fennecs prennent leur envol    Sport et politique : un mauvais mariage    Meeting de Monaco. Soufiane El Bakkali remporte l'épreuve du 3000 m steeple    Gares routières, ports, centres commerciaux : Le CNPAC prévoit une vaste opération de sensibilisation    Violence psychologique. Ce mal invivable des couples marocains    Baccalauréat 2019 : Plus de 253.000 candidats admis au total    Lancement de la plateforme nationale « Maroc Université Numérique » à Rabat    #CodeWahed : Plus de 10.000 automobilistes sensibilisés par Vivo Energy Maroc    David Elmoznino : une nostalgie joyeuse    Rapport du CESE: Défaut de Lecture au Maroc    Yahya Boudlal: le fils prodigue du théâtre national n'est plus    Firo 2019 : Hamid Bouchnak, Cheb Younes, Cheb Nasro et les autres    Procès Imlil : la défense demande une expertise psychologique    Livraison de missiles russes S-400 à la Turquie en dépit des mises en garde américaines    Importante participation marocaine au Sommet Pact for Impact    Création de l'Agence nationale d'évaluation et de garantie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique    Communication et modernisation de l'administration publique    Journée d'étude sur les terres soulaliyate et collectives    Du mental au physique, le tondeur de mouton se prépare comme de grands sportifs    Les stars qui vivent avec une maladie mentale : Kid Cudi    Appui financier de la Banque mondiale à l'éducation préscolaire au Maroc    La défense demande une expertise psychologique des accusés et la mère de l'une des victimes d'Imlil réclame la peine de mort    Sans l'Egypte, la fête est plus ouverte    La FIFA annonce des amendements majeurs à son code disciplinaire    Karim Adyel, premier juriste marocain nommé arbitre au TAS    Sylvie Pullès, l'accordéoniste qui règne sur le folklore et le musette    Bristol, tatouée Banksy    "Anna" Un thriller au féminin    Transfert d'un budget Santé pour un festival à Rabat. Balafrej questionne le chef de gouvernement    Bourita: nécessité d'un changement de paradigme fondé sur l'égalité    Les rythmes sénégalais et le jazz marocain enchantent le public    Le changement de croyance religieuse au cœur du nouvel ouvrage de Ayad Ablal    Enseignement: Les amendements de la loi-cadre bientôt votés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

«La situation territoriale de chacun révèle en fait sa position relationnelle avec autrui».
Narjiss Nejjar est une figure majeure de notre paysage cinématographique. Qu'elle soit en charge aujourd'hui de la relance du projet de la cinémathèque marocaine est en soi un indice révélateur ; celui d'une personnalité qui n'hésite pas à monter à l'assaut des défis. Bouger les lignes, leur dessiner un nouvel horizon. Sa filmographie, très diversifiée dans ses choix et ses réussites n'en demeure pas moins portée par une cohérence qui émane de cette volonté d'exprimer une ambition, de construire un regard autour d'une démarche qu'elle résume si bien par cette belle métaphore : capter le cri des yeux.
En ce sens, le cinéma de Narjiss Nejjar (riche d'une dizaine de productions dont six longs métrages) relève fondamentalement de la modernité à la fois parce que s'y affirme une conscience de l'historicité comme horizon indépassable(elle est une cinéaste engagée au sens humaniste du mot) et parce que l'expérience esthétique y devient le modèle de l'expérience partagée d'un monde commun : une forme de générosité cinéphile que traduit son engagement corps et âme au service de la cinémathèque marocaine.
Cinéphile, elle l'exprime dans sa démarche esthétique. Elle dit par exemple être touchée par le cinéma iranien ; on le sent dans ses films, y compris dans son nouvel opus, apatride en compétition officielle à Salé ‘films de femmes). Un point commun peut confirmer cette assertion : chez la cinéaste marocaine on trouve le même engouement pour les extérieurs jours, pour la captation du grand espace que chez une majorité de cinéastes iraniens. Ce désir d'extérieur est une illusion car précise Nejjar, être dehors ne signifie pas être libre ; l'espace ouvert est paradoxalement aussi un enfermement…d'où cette volonté d'un autre ailleurs qui anime ses personnages.
Dans Apatride, il filme l'exil, la quête identitaire, la frontière comme métonymie de la métamorphose des corps qui se réveille au désir. La frontière, thème récurrent chez elle puisque on la retrouve comme élément dramatique dans son film Le miroir du fou (2001), est ici d'abord une référence politique pour situer le cadre référentiel du récit mais c'est essentiellement un enjeu dramatique et esthétique pour signifier le passage et la mutation des sentiments. Si elle est un repère pour fixer un repère physique, dans Apatride, la frontière joue un rôle beaucoup plus complexe renvoyant /puisant dans un fait historique les éléments d'une géographie cette fois humaine et psychologique autour de la redéfinition des identités.
Narjiss Nejjar en abordant dans Apatride un fait historique (le sort des Marocains expulsés d'Algérie en 1975) ouvre son film sur une problématique universelle théorisée par la philosophe allemande Hanah Arendt qui analyse le phénomène le plus marquant du siècle qui est en même temps un phénomène tout à fait nouveau inouï et qui témoigne de la condition de l'homme moderne: l'homme superflu, l'homme à la frontière, l'apatride…. il est ainsi condamné à l'errance…cette quête est transcendée par le cinéma : la recherche d'un document administratif (une pièce d'identité) devient prétexte d'une quête existentielle d'un personnage…c'est le programme narratif qui porte le protagoniste du film. Le défi pour Hénia: pour pouvoir exister à l'extérieur (avoir des papiers une identité), il faut être assuré de tenir à l'intérieur par quelque fil invisible mais solide (l'amour, la famille…).
La séquence d'ouverture est dans ce sens d'une éloquence inouïe : au ciel limpide renvoyant à une utopie de liberté et d'émancipation est superposée un espace fragmenté avec moult cloisons : portes, fenêtres…et ces barbelés qui renvoient à la frontière géopolitique. La caméra prend d'emblée position en adoptant le point de vue de Hénia qu'elle accompagne chevillée au corps. Dès les premières images on la voit bouger, sortir, prendre un vélo…ou encore plus tard dans une voiture, ou courir dans la plage. Le déplacement s'impose au protagoniste parce qu'elle comme étrangère au monde… Un corps mobile qui traverse un ensemble d'espace clos. La configuration scénographique nous invité moins à une logique spatiale qu'à une topographie imaginaire, celle de la mémoire (voir le personnage de l'aveugle).
Cependant l'enjeu du film reste le cinéma ; l'écriture cinématographique dans Apatride advient comme acte de saisie de l'histoire dans une démarche poétique qui est un hymne à la beauté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.