Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d'El Ghazouani    Encore une cellule terroriste démantelée    Eco-Médias remporte la Supradyn Cup    Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social    MRE: Benatiq décline le dispositif 2019    L'université de Casablanca accélère son projet numérique    Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition    Mawazine: Une pluie de stars    Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Session de formation sur la démocratie participative    La communication publique stratégique : Une légitimation organisationnelle des réformes    Le Onze national poursuit sa préparation au grand complet    Atal, Monsieur "je donne tout"    Le Cameroun confirme et le Ghana rate son entrée    Insolite : Pirates informatiques    Bonne tenue de l'activité du secteur de la pêche    Rencontre entre la direction du parti et des acteurs associatifs, de différents horizons    Docteur Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin    Alzheimer La faute à la circulation sanguine ?    Baccalauréat 2019 : La meilleure note au niveau national enregistrée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra    Bouillon de culture    Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement    Avec ses cours de robotique, l'Arménie rêve d'un "futur hautement technologique"    Deux jours de fête sous le thème "La chanson marocaine, une expression esthétique et une identité"    Pour un développement de la culture de cinéma    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Le mal de maire!    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    SM LE ROI NOMME DE NOUVEAUX AMBASSADEURS : LA LISTE COMPLÈTE AVEC YOUSSEF AMRANI POUR UNE MISSION PRECISE    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Propreté à Casablanca : Ce qui va changer    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    ONMT. Que s'est-il passé lors du dernier Conseil d'administration ?    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976
Publié dans Albayane le 24 - 05 - 2019

Le Maroc s'apprête à assurer sa 17e participation en Coupe d'Afrique des Nations à l'occasion de la 32e édition de la CAN 2019 prévue en Egypte en été prochain. Cap sur les participations du Maroc à cette compétition à travers l'histoire, depuis la création de la CAN en 1957.
28 ans après le premier et seul sacre remporté en 1976 en Ethiopie, l'équipe du Maroc allait réussir sa 11e participation en CAN 2004 en Tunisie. Les Lions de l'Atlas étaient à un doigt de gagner le titre en arrivant en finale avant de s'incliner devant les Aigles de Carthage, heureux de mettre la main sur leur trophée, avec un score serré de (2-1). Les buts de la Tunisie ont été réalisés par Santos, d'origine brésilienne et Jaziri au début des première et seconde périodes. Entre temps, Mokhtari avait inscrit le but du Maroc à l'approche de la fin de la 1ère mi-temps achevée sur un score de parité.
C'est donc une CAN qui restera gravée dans l'histoire de l'équipe du Maroc qui méritait mieux, même si avant de mettre les pieds sur le sol tunisien, nombreux étaient ceux qui ne pronostiquaient absolument pas cet exploit des Lions. On ne s'attendait pratiquement pas à un tel parcours des plus honorables pour les Lions de l'Atlas qui, auparavant, peinaient, pour reconstituer une formation de type capable d'honorer sa mission, surtout après les revers cumulés lors des précédentes éditions de la CAN, notamment les sorties prématurées au premier tour des rendez-vous 2002 et 2000. A tel point que le Onze national n'arrivait même pas à gagner de simples matches amicaux dont celui contre le Mali perdu à domicile à la veille de la CAN tunisienne.
Pratiquement tout le monde parlait d'une autre élimination précoce du Maroc, surtout qu'il évoluait dans un groupe difficile contre le Nigeria et l'Afrique du sud donnés déjà favoris face à l'autre petit poucet du groupe, le Benin.
Mais il fallait bien compter sur une nouvelle génération qui venait de naitre avec Youssef Hadji, le petit frère de Mustapha, Marouane Chamakh, Jawad Zaïri, Talal El Karouri, Abdeslam Ouaddou, Walid Regragui, Houcine Kharja, Youssef Safri, Nabil Baha, Mohamed El Yaâkoubi, Youssef Mokhtari… et tant d'autres menés par le capitaine Noureddine Naybat. Cela sans oublier l'apport de l'entraineur national, Badou Zaki, qui était épaulé par un staff technique étoffé dont l'entraineur adjoint Abdelghani Naciri et le préparateur physique Aziz Milani…
Aussi, l'équipe nationale avait l'impression d'évoluer chez elle dans cette CAN tunisienne, avec un très bon climat, identique à celui du Maroc, des terrains plus praticables et bien soignés…, un public chaleureux, enthousiaste et bien accueillant durant tout le séjour des Lions.
C'est ainsi que l'équipe nationale allait réussir sa première sortie en s'imposant au détriment du Nigeria par (1-0) avant de dominer le Benin sur le score fleuve de (4-0). Lors du 3e match, le Maroc avait fait match nul avec l'Afrique du Sud (1-1) pour terminer premier de son groupe avec 7 points, devançant d'une longueur le Nigeria, vainqueur de justesse du Bénin (2-1). Le Nigeria qui avait, entre-temps pris le meilleur sur l'Afrique du sud (4-0), a accompagné le Maroc aux quarts de finale alors que les autres groupes avaient vu la qualification de la Tunisie et de la Guinée (GA), le Mali et le Sénégal (GB), le Cameroun et l'Algérie (GC).
Au Cap des quarts, la Tunisie a enchainé avec une victoire au détriment du Sénégal (1-0) et le Mali a fait de même devant la Guinée (2-1). Même chose pour le Nigeria qui s'est offert le Cameroun (2-1). Le Maroc, lui, a cru jusqu'au bout pour arracher une victoire difficile, mais méritée au détriment de l'Algérie (3-1 aux prolongations après le 1-1 du temps réglementaire). Lors de ce premier duel maghrébin, l'Algérie était pourtant plus proche de la qualification, en prenant l'avantage sur un but marqué contre le courant du jeu de Cherrad dans les 5 dernières minutes du match. Marouan Chamakh avait répondu pour remettre les pendules à l'heure en marquant un but dans le temps additionnel. Les prolongations ont rendu justice aux Lions de l'Atlas qui allaient prendre les choses en mains grâce à des buts de Youssef Hadji (113e) et Jawad Zaïri qui a tué le match dans la 120e minute.
En demi-finales, la Tunisie avait frôlé la catastrophe avant de se qualifier au détriment du Nigeria grâce aux tirs au but (5-3 après le 1-1 du temps réglementaire). Pour rappel, la Tunisie était menée au score après une heure de jeu par un but d'Okocha sur pénalty avant que Badra ne rétablisse l'équilibre dans les 10 dernières minutes grâce à une même balle arrêtée.
Le Maroc, lui, n'avait pas trouvé de difficulté pour dominer l'équipe du Mali sur le score fleuve de (4-0), buts de Mokhtari auteur d'un doublée, Hadji et Baha.
Le match de classement était revenu au Nigeria, classé 3e suite à sa victoire contre le Mali (2-1).
Voilà en gros pour cette CAN, la première remportée par la Tunisie sur son sol après avoir perdu 2 finales, en 1996 contre l'Afrique du Sud (2-0) et en 1965 à domicile face au Ghana (1-2 après prolongations).
Pour le Maroc, il n'a tout simplement pas démérité en réalisant une très bonne CAN sur tous les niveaux : technico-tactique, compétitif, physique, mais aussi au niveau du spectacle et des buts. Ce qui a été confirmé par Youssef Mokhtari, sacré meilleur buteur avec (4 buts), suivi de Youssef Hadji (3 buts).
Le public des Lions de l'Atlas et avec lui tous les Marocains qui étaient sortis, à l'époque, dans les rues pour fêter cet exploit dans toutes les villes du pays, s'en souviennent encore et toujours…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.