L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»
Publié dans Albayane le 24 - 05 - 2019

Les mots ont cette double caractéristique d'être aussi bien un vecteur d'expression et de signification que de phrases, parfois en deçà de ce qu'elles voudraient bien dire, un peu vaines en quelque sorte.
Parler de la disparition si tragique d'Aziz Belal est sans doute l'une des entreprises d'écriture les plus difficiles, parce que les mots demeurent désespérément incapables de traduire les sentiments de celui qui veut en parler.
C'est mon cas ici, comme est celui de tous ces camarades et ses amis qui l'ont connu et aimé, peut être sans s'en rendre compte jusqu'au jour, où, apprenant la terrible nouvelle, ils s'aperçoivent que la blessure de la disparition est tellement profonde, tellement intense, tellement bouleversante que cela ne peut signifier qu'une seule chose, c'est qu'il occupait une place immense dan nos cœurs à tous
J'ai appris la nouvelle alors que j'étais en mission en Bulgarie, quatre jours plu tard, Aziz Belal était déjà mort à Chicago. Et enterré à Casablanca, salué par la tristesse profondément sincère de ses milliers de camarades et amis, des dizaines de milliers de ses concitoyens qui l'ont pleuré, subitement terrassés par son départ définitif.
C'étaient des camarades, étudiants à Sofia qui m'ont rapporté ce soir du 28 mai la catastrophe, informés par des étudiants marocains qui avaient été le jour même à l'ambassade du Maroc.
Mes camarades au Maroc avaient alors sur moi «l'avantage» d'être sur place, de se dire leur douleur, de se réconforter mutuellement, ou tout simplement de se voir sans-même pas parler. Les catastrophes, dit-on, sont moins difficiles à supporter lorsque ceux qu'elles touchent se réunissent et se soutiennent.
Un vide immense et une blessure dans nos cœurs
Pour moi c'était la triple douleur de la séparation brutale d'un être très cher pour qui j'avais une amitié et un respect absolus, de la nouvelle apprise alors qu'il était déjà retourné à la terre et surtout de me retrouver seul dans la solitude d'une chambre d'hôtel, avec personne à qui confier la nouvelle pour qu'il la partage avec moi. J'en avais pleuré toute la nuit, à quatre mille kilomètres de mes camarades, de ses camarades, de ses amis, de ses collègues et étudiants, de cette ville de Casablanca qui lui avait réservé un adieu grandiose, de ce Maroc qu'il avait aimé et servi avec tant de passion, d'intelligence et de lucidité.
Cette nuit fut pour moi, ainsi que les journées et les nuits qui suivirent, des plus pénibles. Puis, je reçus quelques jours de retard des exemplaires du journal «AL BAYANE», pour y lire et voir comment il fut accompagné à sa dernière demeure.
Al Bayane en deuil, le titre rouge si caractéristique de notre Al Bayane, était noir, les photos des cérémonies funèbres, si poignantes, mais si dignes en même temps. L'éloge funèbre prononcé par notre camarade Ali Yata, si merveilleuse.
Voilà, j'en étais condamné à voir Al Bayane avec une semaine de retard et d'imaginer une réalité dont j'étais absent. Et à la lecture du journal, de ne rien pouvoir faire que de pleurer celui que j'avais vu à Rabat la veille de son départ à Chicago, si plein de vie et d'espoir, celui que plus personne ne verra jamais, de celui qui est mort dans l'accomplissement de sa mission d'élu de Casablanca qui continue de parler de lui avec regret.
Il est des moments, où, quoiqu'il nous en coûte, on ne peut pas ne pas parler à la première personne du singulier, on ne peut pas empêcher les sentiments de s'exprimer. Tout ce que mérite Aziz Belal n'est certainement pas dit ici. Les mots nous jouent parfois des tours, parce qu'il y a des choses que les mots, quels qu'ils soient, n'expriment pas.
Aziz était l'un des plus grands. Il est parti en laissant autour de lui un vide immense et une blessure dans nos cœurs qui continuent de pleurer Aziz l'inoubliable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.