Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eric Gerets, un coach qui a gagné des milliards pour un bilan négatif
Publié dans Albayane le 29 - 05 - 2019

En atterrissant au Maroc avec l'objectif de prendre en charge les Lions de l'Atlas à la recherche de retrouver leur place en Coupe d'Afrique 2012 mais aussi en Coupe du Monde 2014, Eric Gerets allait tout simplement rater le coche et sur toute la ligne.
Car tout simplement, Gerets venait d'effectuer sa première expérience en tant qu'entraineur à la tête d'une sélection et en même temps découvrir le football dans le monde africain pour la première fois de son histoire.
Reconverti en coach après une longue carrière (1972 à 1992) de joueur dans différents clubs belges, italiens et néerlandais ainsi qu'au sein de la sélection de son pays, les Diables Rouges, avec lesquels il a joué le Mondial mexicain de 1986, Eric Gerets avait dirigé plusieurs clubs européens dont son pays avec Liège, Lierse, Bruges… aux Pays-Bas (PSV Eindhoven), en Allemagne (FC Kaiserlautern), en Turquie (Galatasaray), France (Olympique Marseille)… avec des hauts et des bats, tantôt des titres et tantôt des critiques acerbes… qui vont le pousser à émigrer vers le football arabe du Golfe et du Pétrodollars. Après une bonne quinzaine d'année en Europe, Gerets va rejoindre l'Arabie saoudite chez Al Hilal en 2009 avant de passer au Qatar chez Lekhwiya en 2014 et aux Emirats chez Al Jazira en 2015.
Entretemps, Eric Gerets avait eu la chance de faire sa première tentative à la tête d'une sélection, le Maroc, qui avait l'esprit en CAN 2012 et qui visait la qualification pour le Mondial 2014.
Mais rien n'a été réussi par ce coach dont le salaire était le plus cher par rapport à tous les entraineurs ayant dirigé l'équipe du Maroc. En plus de plusieurs avantages dont il bénéficiait, son salaire mensuel avoisinait les 250 milles Euros. Cela seulement pour un bilan des plus maigres, une nouvelle élimination prématurée en CAN et une autre absence au Mondial. Gerets contraint donc de quitter l'équipe nationale avec des milliards dans la poche, avait pourtant promis à ses recruteurs, les responsables du football national à cette période, de gagner la CAN et de mener les Lions vers les demi-finales du Mondial … Chose qui semblait illogique pour une équipe en phase de reconstruction à un moment où seuls les responsables de la Fédération croyaient à un éventuel rebondissement des Lions de l'Atlas en compagnie d'un homme qu'ils qualifiaient d'entraineur mondial alors qu'il n'avait de cette distinction que le nom…
Voilà un coach étranger parmi tant d'autres qui ont coûté chers au Maroc mais sans rien assurer à son équipe nationale qui est toujours à la recherche du chemin de la gloire…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.