Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Ramadan: le tramway de Casablanca change ses horaires    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Salmane    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    Jamel Sellami Out, Lassaad Chabbi In !    Le Japonais Hideki Matsuyama remporte le Masters d'Augusta    Maroc/Covid-19: le bilan de ce mardi 13 avril    Le mariage des mineures, un phénomène d'une grande actualité au sein de la société    Ventre vide, tables garnies    Covid-19 au Maroc : 684 nouvelles contaminations, 6 décès    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Musée «Leila Mezian Benjelloun» prêt dans deux ans    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Le joli 4 sur 4 du Raja en Coupe de la Confédération    Décès sur le terrain de Reda Saki, joueur de l'Etoile    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Conseil de gouvernement : Le menu de la réunion de jeudi prochain    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    France: Indignation suite aux tags antimusulmans à Rennes    Hicham Idelcaid chante «Mali Mali»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gauche: c'est maintenant!!
Publié dans Albayane le 12 - 06 - 2019

La situation qui prévaut dans le pays appelle plus que jamais la présence d'une gauche forte. Malheureusement, tel n'est pas le cas. Affaiblie, désunie, elle a du mal à se remettre en position de combat pour agir et apporter des solutions comme elle l'a fait par le passé.
Ce reflux de la gauche marocaine n'est pas étrange au contexte mondial marqué par une offensive néo-libérale sans précédent et une montée de mouvements populistes et fondamentalistes qui ne sont, en fait, que l'enfant bâtard de ce néo-libéralisme.
A ces causes exogènes, communes à l'ensemble de la gauche de par le monde, on peut déceler des causes endogènes propres à la gauche marocaine. Celles-ci sont de trois ordres: d'abord, la gauche marocaine a pâti de sa participation au gouvernement et montre des signes de fatigue visibles. Bien qu'elle ait contribué à servir les intérêts du pays, force est de constater qu'elle n'a pas pu concilier entre les impératifs de la gestion des affaires publiques et les exigences de sa proximité des citoyens.
Ce qui lui a fait perdre une bonne partie de son audience auprès des électeurs qui se sont retournés vers les courants populistes ou, pire, se sont repliés sur eux-mêmes en renforçant le courant abstentionniste et nihiliste; ensuite, trop occupée par la gestion du quotidien et du court terme, elle a négligé la réflexion sur les questions stratégiques que connait le monde. Elle est restée, dans l'ensemble, attachée aux dogmes et aux stéréotypes de son âge d'or.
Alors que le monde évolue à vive allure et des problèmes d'un type de nouveau font leur apparition, la gauche s'est montrée muette et inaudible au moment où d'autres courants –notamment les intégristes- ont pu saisir cette opportunité pour imposer leur hégémonie quitte à s'allier avec le diable; la troisième raison de ce recul de la gauche tient à sa désunion, à l'hémorragie dont elle a fait l'objet et à l'état de déchirement interne qu'elle connait même à l'heure actuelle. Ces scissions, si elles pouvaient se justifier dans des cas limite, ne sont pas assises sur des bases objectives et des approches politiques divergentes. Au contraire, elles sont pour l'essentiel dues à des causes subjectives et relèvent d'une lutte de personnes et non de projets.Ce qui ne fait qu'ajouter de la confusion à un champ politique écartelé et fragmenté.
Ce constat, pas trop réjouissant étant fait, allons-nous conclure que le temps de la gauche est fini et prendre à notre compte certaines thèses relatives à la fin du clivage droite-gauche ? Absolument pas. La gauche a de beaux jours devant elle à condition qu'elle tire les enseignements du passé et qu'elle envisage l'avenir avec de nouvelles lunettes. La question dépasse le choix de participer ou non au gouvernement. Les valeurs qui constituent l'ADN de la gauche ne sont jamais aussi présentes sur le terrain qu'aujourd'hui. Mais malheureusement, elles s'expriment et se développent sans elle (la gauche) quand ce n'est pas à ses dépens. Ce qui est paradoxal.
Ce faisant, le terrain est abandonné au bénéfice des extrémistes de droite et de gauche pour «encadrer» à leur façon les mouvements sociaux qu'a connus le Maroc ces derniers mois. Rien de plus menaçant pour la démocratie qu'une évolution de la société sur ses marges!
C'est dire combien c'est pressant pour la gauche de retrouver sa place naturelle. Elle doit être au cœur des dynamiques sociétales et au centre du combat pour la démocratie et pour plus de justice sociale et territoriale. Elle en a les moyens et l'art de le faire tout en veillant à la préservation des intérêts suprêmes de la Nation. Mais elle doit procéder au préalable, avec détermination et courage, à une remise en cause de certaines pratiques et se regarder bien dans la glace.
En premier lieu, elle est appelée à actualiser son «bagage» idéologique à la lumière de l'évolution du monde, pour le rendre attractif vis-à-vis de la jeunesse qui n'a pas vécu l'ère de la guerre froide ni celle de la lutte pour l'indépendance ou même de la Marche Verte. Qui, parmi les militants de gauche, serait en mesure de donner une définition claire de l'impérialisme aujourd'hui, pour ne citer que cet exemple? Dans le passé, il suffisait de rabâcher la définition de Lénine selon laquelle «l'impérialisme est le stade suprême du capitalisme»!
En deuxième lieu, elle ne doit pas tergiverser en matière de fonctionnement démocratique interne. On ne peut pas exiger de l'autre plus de démocratie si on ne l'est pas à notre niveau. Il y va de la crédibilité de la gauche.
En troisième et dernier lieu, la gauche doit absolument réussir là où elle a échoué dans le passé et réaliser un vœu cher à ses dirigeants historiques, à savoir son unité. Une unité dans l'action s'entend.Sans volonté d'hégémonisme et dans le respect de la diversité. Pour cela, elle doit dépasser les querelles de chapelle aggravées par certains comportements d'égo.
C'est de cette gauche que le pays a aujourd'hui besoin. C'est cette gauche rénovée et «dépoussiérée» qui peut constituer une alternative démocratique à même de redonner espoir à notre jeunesse et de rehausser la place de notre pays sur l'échiquier régional et international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.