Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Couverture sanitaire universelle : Un droit fondamental
Publié dans Albayane le 18 - 06 - 2019

La couverture sanitaire universelle repose sur la Constitution de l'OMS de 1948, qui proclame que la santé est l'un des droits fondamentaux de tout être humain , et sur la notion de santé pour tous définie dans la Déclaration d'Alma-Ata de 1978, auxquelles le Maroc a souscrit, s'engageant au plus haut niveau de l'état à garantir le droit à la santé pour tous. Dans ce sens, le ministère de la santé organise les 18 et 19 Juin 2019, la conférence nationale sur le financement de la santé sous le slogan : «Quel modèle de financement pour la couverture sanitaire universelle ?».
Le 12 décembre 2012, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté à l'unanimité une résolution en faveur de la couverture sanitaire universelle qui souligne que la santé est un élément essentiel du développement international. La résolution invite instamment les gouvernements à accélérer la transition vers la mise en place de la couverture sanitaire universelle, qui est essentielle pour la promotion de la santé des individus, qui peuvent avoir l'accès universel à des services de santé de qualité et abordables.
C'est quoi la couverture sanitaire universelle?
Le but de la couverture universelle en matière de santé est de faire en sorte que tous les individus aient accès aux services de santé dont ils ont besoin sans que cela n'entraîne pour les usagers de difficultés financières.
Pour qu'une communauté ou un pays parvienne à la couverture universelle en matière de santé, plusieurs facteurs doivent être réunis. Il faudrait qu'il ait un système de santé solide, efficace et bien géré qui réponde aux besoins de santé prioritaires au moyen de soins intégrés centrés sur les personnes (y compris des services spécialisés dans le VIH, la tuberculose, le paludisme, les maladies non transmissibles, la santé de la mère et de l'enfant). Il devrait offrir des soins à un coût abordable, avoir un système de financement des services de santé qui évite aux usagers de rencontrer des difficultés financières lorsqu'ils y font appel. Plusieurs solutions existent, notamment l'accès aux médicaments et aux technologies essentiels pour diagnostiquer et traiter les problèmes médicaux.
Des effectifs suffisants de personnels de santé bien formés et motivés pour dispenser les services et répondre aux besoins des patients en se fondant sur les meilleures données factuelles disponibles.
Une composante essentielle du développement durable
La couverture universelle en matière de santé a un impact direct sur la santé de la population. L'accès aux services de santé permet aux gens d'être plus productifs et de contribuer plus activement à la vie familiale et communautaire. Il permet également aux enfants d'aller à l'école et d'apprendre. En même temps, la protection contre le risque financier évite d'acculer les gens à la pauvreté s'ils doivent payer les services de leurs poches.
La couverture universelle est donc une composante essentielle du développement durable et de la lutte contre la pauvreté et un élément clé de tout effort de réduction des inégalités sociales. Elle témoigne de l'engagement des pouvoirs publics à améliorer le bien-être de tous les citoyens.
Qu'en est – il au Maroc?
Grace aux efforts consentis par le Maroc, aux femmes et aux hommes du secteur de la santé , nous avons réussi à mettre en place un système de santé performant capable d'assurer des soins de qualité à l'ensemble de la population au sein des établissements du ministère de la santé, en veillant à ce que l'accès aux services de santé soit équitable , c'est-à-dire que tous les citoyens soient servis selon leurs besoins en soins de santé, et ce, quels que soient leurs moyens financiers.
En outre, le ministère de la santé s'assure en permanence que les prestations sanitaires offertes aux citoyens sont de qualité afin améliorer la santé de ceux qui en bénéficient.
Grace à l'AMO (38%) et au RAMED qui couvrent 13 millions, le taux de couverture médicale a atteint 62%, et très bientôt avec l'extension de la couverture médicale aux travailleurs indépendants et aux personnes exerçant une activité libérale qui représentent une population de plus de 10 millions de bénéficiaires. Le Maroc achève le régime de la Couverture Médicale de Base prévue par la loi 65-00. Ce qui permettra d'atteindre la couverture sanitaire universelle, couvrant ainsi environ 95% de la population.
Il est bon de rappeler que la constitution de 2011, dans son article 31, dispose que l'Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens à disposition pour faciliter l'égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir des droits : soins de santé, protection sociale, couverture médicale, solidarité mutualiste ou organisée par l'Etat…
On comprend mieux dès lors que le Maroc a fait le choix de la couverture universelle par conviction, par respect du droit envers tous les citoyens, un droit fondamental inaliénable.
D'ailleurs, la plus haute autorité de l'Etat marocain, SM le Roi Mohammed VI, a fait du droit à la santé un fondement essentiel de la dignité humaine au même titre que l'éducation, l'habitat et l'environnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.