Amical : Les Aigles de Carthage s'inclinent face aux Lionnes de l'Atlas    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    CAN Futsal 2020: A quelle Heure et quelle chaîne Maroc- Libye    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Tan-Tan : Enquête à l'encontre de deux individus pour faux et usage de faux    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Samir Belfkih brigue la présidence du PAM    Tesla: de 0 à 100 milliards en moins de 17 ans    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Procès en destitution: La défense de Trump tente de parer les révélations de Bolton    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Taroudant : 6 mois de prison ferme pour l'instituteur qui a violenté son élève de 8 ans    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Enfin des explications sur la faiblesse de la croissance économique    Othman Benjelloun réitère l'engagement du secteur bancaire à soutenir les PME    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    Voici le temps qu'il fera ce mardi 28 janvier    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Brexit: Le divorce bientôt consommé    Sauvez le KACM : Le Kawkab a cessé de briller    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Les prix des produits de consommation ne cessent d'augmenter depuis une décennie    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc Telecom: quelles sont les retombées de la cession?
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2019

Ce 19 juin 2019, les conseillers et coordinateurs globaux de l'opération l'Offre de Vente au Public des actions Itissalat Al- Maghrib SA, ont tenu à la bourse de Casablanca, une conférence de presse pour expliquer les modalités de cette opération stratégique.
En effet, l'opération de cession sur le marché de blocs par l'Etat a été réalisée le 17 juin 2019. Cette opération était destinée aux investisseurs qualifiés de droit marocain à savoir trois caisses de retraite, 5 compagnies d'assurances et trois banques. Elle a porté sur 6% du capital et des droits de vote de Maroc Telecom au prix de 127 DH l'action.
Une OPV majeure et importante
Pour ce qui est l'offre public de vente portant sur 2% du capital, le prix de cession est de 117,7 DH par action pour le Type d'Ordre soit les salariés et de 125,3 DH par action pour les autres catégories dont les personnes physiques et les OPCVM actions et diversifiés de droit marocain, hors OPCVM monétaires, obligataires et contractuels. Pour les personnes physiques, la 1ère allocation se fera par itération à hauteur de 150 actions par souscripteur alors que la 2ème allocation se fera au prorata de l'excédent des demandes au-delà des 150 actions. A ce niveau, Abderrahmane Semmar, directeur de la DEPP a tenu à préciser que les «2%» de l'OPV sont largement supérieurs à l'opération de privatisation de Marsa Maroc ce qui montre la grandeur et l'importance de cette offre».
Une méthode d'évaluation empirique
Pour l'évaluation de Maroc Telecom, la méthode des Discounted Cash Flows a été écartée, considérant qu'il s'agit d'une cession d'une participation détenue par un actionnaire minoritaire. Il en est de même pour l'Actualisation des dividendes futurs à cause de la dépendance de nombreux paramètres (niveau de profitabilité, taux de distribution, effet de levier) qui apparaissent très difficiles à anticiper sur le long terme pour les besoins d'un exercice de valorisation. Ainsi, c'est l'approche par le cours de clôture moyen pondéré, qui a été retenue. «C'est une méthode d'évaluation empirique qui a été faite par le marché lui-même» a déclaré Idriss Berrada, directeur général d'Attijari Finances Corp.
Pas d'impact sur la gouvernance
Aussi, A. Semmar a souligné que cette opération a pour objectif de «contribuer à la pérennisation de Maroc Telecom, de développer son actionnariat ainsi qu'optimiser la participation de l'Etat dans le capital, sans toutefois avoir un impact sur la gouvernance du groupe». D'ailleurs, au niveau de l'actionnariat et de la gouvernance, un pacte a été conclu le 15 mai 2014 entre Etisalat, et le Royaume du Maroc. Ainsi, le président du Conseil de surveillance de Maroc Telecom sera nommé par le Conseil de surveillance sur proposition du Royaume du Maroc tant que ce dernier détiendra une participation supérieure ou égale à 15% du capital. Aussi, si la participation du Royaume est supérieure ou égale à 15% du capital et des droits de vote de la Société, deux membres de directoire seront nommés sur proposition du Royaume du Maroc et trois membres dont le président sur proposition d'Etisalat. Par ailleurs, le Maroc bénéficie d'un droit de préemption pendant une durée de huit ans suivant la conclusion du Pacte d'actionnaires en cas de projet de cession d'actions détenues par Etisalat ou ses affiliés à un tiers.
Vers une redynamisation de la BVC
Après la finalisation de l'opération, la Bourse est susceptible de connaître un rebond matérialisé par la hausse du cours de Maroc Telecom et le retour potentiel des investisseurs étrangers. Pour rappel, en 2004, c'est la cotation d'IAM qui avait fait définitivement sortir le marché boursier de son atonie. «C'est une opération majeure pour la bourse de Casablanca qui devrait certainement redynamiser le marché boursier surtout que notre place souffre d'un manque de liquidité» déclare Karim Hajji, directeur général de la bourse de Casablanca. Et de poursuivre : «cette opération va remettre la bourse sur les radars des investisseurs internationaux ce qui devrait lui permettre de jouer son rôle qui est le financement de l'économie».
Des perspectives stables pour IAM
Au niveau des perspectives, de Maroc Telecom demeure prudent avec une prévision, d'un chiffre d'affaires et d'un EBITDA stables pour l'année 2019. En 2018, l'EBITDA s'était établi à 17,85 milliards de DH, en hausse de 4,1% sur l'année (+3,7% à taux de change constant) pour un chiffre d'affaires consolidé de plus de 36 milliards de DH.
Alléger la dette publique
Enfin, rappelons-le, cette opération rentre dans le cadre de la stratégie du gouvernement visant à relancer des privatisations pour un montant objectif de 10 milliards de DH. L'objectif étant de sauver l'Etat de difficultés financières en fournissant des fonds pour faire face à la dette publique estimée à 68% du PIB. Aussi, le Trésor pourra gérer sans pression, la privatisation de la Mamounia et de Tahaddart.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.