Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Meknès : Interpellation de 12 individus pour trafic de psychotropes    Campagne de vaccination : À la recherche du vaccin perdu    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Maxim Behar: La reconnaissance US de la marocanité du Sahara, un tournant pour la région    L'Inter dompte la Juventus    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d' un Centre de technologie digitale intelligente    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Boutaïb de retour avec le Havre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Mondial de Handball : Maroc-Islande pour préparer la Coupe du Président    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Edito : Loupé    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les soucis des soussis!
Publié dans Albayane le 03 - 09 - 2019

Dans un contexte plutôt bouillonnant, on relèvera un certain souffle de «sérieux» planer sur nombre de régions du royaume. Assurément, le discours du trône aura éperonné les nonchalances et ragaillardi les esprits, à travers le territoire national.
A la veille du grand ménage que d'aucuns redoutent dans les parages, on aurait remarqué le sursaut instantané d'un certain nombre de responsables locaux qui se mettent à retrousser les manches et à s'en aller voir hors des bureaux climatisés, en ces temps de forte canicule. A Ifrane, considérée comme étant un site de renommée pour les visiteurs de tout acabit, on constatera l'élan effréné du gouverneur qui s'en va admonester, non sans abus, les contrevenants des espaces de Ain Vittel.
Celui de Taroudant ira aussi, en treillis et brodequins, des journées d'affilée, au chevet des victimes du drame des crues diluviennes de Tizert. A Agadir, une large campagne s'engage pour libérer les domaines publics, réprimander les fauteurs et soulager la ville des points noirs, sous les cris pressants de la société civile…
Il est bien évident que, conformément à la nouvelle charte, les conseils régionaux ont déjà adopté leur stratégie de développement, durant leur mandat. L'initiative est d'autant plus judicieuse qu'elle met en avant, à travers une vision largement concertée, un plan d'action agissant, au service de la région et ses populations.
Au-delà des aspects novateurs et participatifs de ces projets dont les fondamentaux ont été mis à la loupe, lors des sessions respectives, il va sans savoir que ces constituantes régionales renferment incontestablement des atouts à même de concrétiser les ambitions escomptées. Certes, les compétences humaines font toujours défaut, à la lumière de la majeure partie des intervenants bien loin des grands enjeux à relever. Toutefois, dans un souci majeur de cohérence et d'efficience, le potentiel naturel, économique et culturel est mis à contribution, de manière rationnelle et édifiante.
Le cas de la région Souss Massa s'avère révélateur, dans le sens où il est question des atouts de haute faculté non exploitée pour en faire une réelle valeur ajoutée, en termes de croissance. L'ascendant en flèche de Tiznit, le charisme impérial de Taroudant, l'armada agricole de Chtouka Ait Baha, le flux nodal de l'activité commercial d'Inezgane Ait Melloul, l'envoûtement balnéaire d'Agadir Ida Outanane et la prééminence patrimoniale de Tata, semblent renfermer des opportunités de si grande envergure à saisir à bras-le-corps pour prétendre à un essor multidimensionnel certain.
Ces potentialités difficilement trouvables dans un seul conglomérat régional constituent, en fait, des ingrédients pour un développement harmonieux, équitable et performant. Il est vrai, en revanche, que ce territoire, aride et accidenté, sévit pour une grande partie, à la merci des affres de la carence hydrique et les indicateurs criards du dénuement et de la précarité.
Une équation criante qui ne cesse de révéler les disparités sociales et les inégalités spatiales, car on ne comprendra guère pourquoi, d'une part, la région détient les marches les plus hautes en matière de revenus agricoles, maritimes, touristiques, commerciales, alors que les citoyens, dans leur majorité notamment rurale, endurent les calvaires de l'exclusion et de la privation et que les espaces manques cruellement d'infrastructures. En parallèle, un déficit de gouvernance est à déplorer, à l'instar de nombre de régions, d'autant plus que la gestion des affaires publiques, depuis longtemps, détenue par les mêmes bonnets indéboulonnables, imposant des conduites archaïques et rétrogrades.
Il est donc question d'une nouvelle génération de gestionnaires, menée par des compétences riches en savoir-faire, fort empreintes d'engouement et de civisme. Le modèle révolu qui persiste encore à se cramponner au gouvernail des conseils, à l'image de ces attitudes surannées de certains conseillers qui émaillent les sessions, n'est pas en mesure de matérialiser le défi des stratégies mises en œuvre, aussi féconde soit-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.