Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Covid-19: le Maroc toujours à la deuxième étape de propagation    Concours de médecine: plus de 80 centres d'examen mis à disposition    «Le sexisme n'est pas une fatalité»    Salé: la Brigade anti-gangs est intervenue à temps    Ligue de diamant : le meeting de Doha avancé au 25 septembre    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    US Round Up du mercredi 5 août – Virgin Atlantic, Couple & Covid19, Neil Young, Beyrouth, Taiwan    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Football: le gardien de but Iker Casillas annonce sa retraite    La vidéo des vols de moutons à Casablanca fait un tapage en Inde    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    120 MMDH seront injectés dans l'économie    Le ministère met les dernières touches au plan de relance économique    ONSSA: Franc succès pour l'opération Aid Adha    Mise à jour de la 19ème et 20ème journée de la Botola Pro D1: Le fauteuil de leader en jeu    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Beyrouth: au moins 100 morts et plus de 4000 blessés (nouveau bilan)    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et la vie continue…dans un autre corps
Publié dans Albayane le 18 - 10 - 2019


«Cœur généreux», téléfilm de Abdekhaï Laraki
Par M'barek Housni
Il est des films qui sensibilisent et émeuvent en même temps. Qui témoignent dans l'émotion avec art et dans l'art. Le film «Cœur généreux» en est un parfait exemple. Tissé pour toucher les cœurs en racontant une «bonne» histoire, qui fait partie de celles que le domaine de l'image mouvante affectionne tout particulièrement. L'adjectif «bonne» pris ici dans son sens artistique. Et non moral, car ce dernier aspect de la bonté on en verra une parfaite illustration à travers les péripéties de ce drame vivifiant.
Partant d'un sujet axé sur le don d'organe, le film trace une trame qui accroche et ouvre grands les yeux sur cette thématique humaine et sociale. Une trame portée par un casting à la hauteur et une direction d'acteur sensible et à fleur de peau, en plusieurs scènes, et une mise en scène maîtrisée.
Ça commence par un accident sur la chaussée, de ceux qui ne laissent derrière eux que le malheur. Un homme d'âge mûr se croyant au-dessus de tous parce que riche, conduit en un état d'ébriété très avancée, et percute mortellement un jeune homme en vélo, sans s'en rendre compte. Arrivant chez lui, la servante un peu trop zélée fait disparaitre les traces du crime : sang sur le devant de la voiture, carcasse du vélo qui y était accrochée. On ne peut imaginer meilleure entrée en matière. De l'autre côté, deux familles se trouvent mêlées au drame. Premièrement, celle du jeune homme. Surtout la mère, inconsolable, n'accuse nullement le coup portée par un chagrin immense.
Là, l'actrice Najat Elwafi a brillé et a porté le film sur ses épaules en grande professionnelle qu'elle est. On ne voit qu'elle et le réalisateur, maître expérimenté du cinéma, n'a pas laissé l'occasion passer pour montrer son professionnalisme en la mettant en valeur, et partant de là de faire entre ce film dans les arcans de la sensibilité citée ci-haut. Et deuxièmement, celle d'un couple dont la fille est condamnée, à moins de trouver un cœur pour se faire «greffer» une deuxième vie, pour ressusciter. On imagine la suite. Mais comment convaincre la mère meurtrie ? Or, le défunt jeune homme avait déjà signé un engagement où il fait don de ses organes vitaux s'il lui arrivait de mourir jeune. La générosité a ses propres voies, et le don d'organes en est la meilleure qui soit. Y-a-t-il mieux que de sauver une vie, même en perdant la sienne? La mère cédera enfin. À contre cœur, mais ne cédera jamais à trouver le chauffard qui lui a ôté le bonheur de s'illuminer de la présence de son fils.
Là, le film entre dans son côté film, cet aspect qui justifie l'appartenance à l'art et au témoignage. Elle mènera une enquête très «maternelle» qui remplace la vraie enquête qui piétine. Quand le cœur s'en mêle, aucune affaire ne reste dans le flou. Le film le montre si clairement via des scènes réussies, car bien faites. Surtout celle du jardin public où la jeune fille qui vit grâce au cœur de son fils voit soudain la mère poser sa tête sur sa poitrine pour écouter ce cœur offert comme don. Très émouvant. Il se trouve que le père de la jeune fille est un policier en retraite (majestueusement joué par un Mohammed Choubi très véridique dans son rôle). L'enquête se double alors d'une autre.
On ne peut ne pas pleurer en regardant ce film. Son histoire est au cœur d'une problématique qui engage la vie en tant que désir de vivre «sain et sauf» mais aussi en tant qu'engagement pour préserver cette vie. Abdekhaï Laraki a bien fait comme à son habitude lorsqu'il s'empare d'un sujet qui lui tient à cœur et où il sent des images vives palpiter en lui et signifier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.