La face cachée de la lune    Auschwitz. La Shoah et nous    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Boutayeb met en avant les efforts déployés pour faire face à la vague de froid    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Casablanca : la trémie des Almohades livrée fin mars    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    Formation e-learning : L'Acaps lance «E-wassit Taamine»    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Législation : Un bilan maigre se profile    Pétitions : Enième tentative de réanimation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





30 ans de mise en œuvre de la Convention des droits de l'enfant
Publié dans Albayane le 24 - 11 - 2019

Des avancées importantes, mais encore des défis à relever
Trente ans après avoir adopté la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), le Maroc a-t-il fait un pas en avant en matière de promotion des droits de l'enfant ? Vendredi dernier, la question a été abordée à Marrakech à l'occasion de la 16e édition du Congrès national des droits de l'enfant qui coïncide également avec la célébration des 20 ans du parlement de l'enfant et les 30 ans du CIDE adoptée le 20 novembre 1989. Saad-Eddine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi qu'Ahmed Reda Chami, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et Geert Cappelaere, représentant de l'UNICEF, ont dressé un bilan de la mise en œuvre de cette convention au niveau national.
Le Maroc a été l'un des premiers pays à avoir ratifié la CIDE en 1989, ont souligné pendant les deux jours les intervenants au congrès. En trois décennies, le royaume s'est illustré en matière de respect des droits de l'enfant, a déclaré Saad-Eddine El Othmani, chef du gouvernement, dans son allocution à l'occasion.Le chef du gouvernement est revenu d'emblée sur l'adoption historique de ce texte par sa Majesté le roi Hassan II en 1990. «C'est une chose très importante, le fait que Sa Majesté le Roi Hassan II ait signé personnellement cette convention à New-York. Cela exprime l'intérêt de très haut niveau que le Royaume du Maroc porte à la question de l'enfant», a-t-il confié dans une déclaration à la presse. «Depuis lors, le Maroc a accompli de nombreux progrès, notamment au niveau de l'éducation, avec la généralisation de l'enseignement, l'amélioration de la qualité de l'enseignement, la réduction de la mortalité infantile», a-t-il souligné. « Nous avons dépassé les objectifs de développement durable (ODD) fixés par les Nations-Unies en 2030. C'est une chose très importante», a-t-il ajouté. Toutefois, «il reste encore beaucoup à faire. Au niveau de la santé, il y'a beaucoup d'objectifs qui n'ont pas encore été atteints. C'est pourquoi ce congrès est important, parce qu'il nous permet de faire l'évaluation du travail accompli, pour voir comment réaliser d'autres objectifs au cours des prochaines années », a indiqué le chef du gouvernement.
Pour sa part, le président du CESE, en tant qu'organe consultatif, a estimé qu'en trente ans, le Maroc a réalisé plusieurs avancées, notamment sur le plan législatif en consacrant les droits de l'enfant dans la constitution de 2011. De même, Reda Chami a relevé la baisse du taux de la mortalité infanto-juvénile, qui est passé de 104,1 pour 1000 à 22, 16 en 2018. Il a par ailleurs souligné l'augmentation du taux de scolarisation, qui s'est quasiment généralisé en milieu rural, en tant qu'indicateur de l'amélioration des droits de l'enfant au Maroc.
Sans oublier l'adoption d'une politique intégrée multisectorielle de protection de l'enfance portée par le gouvernement et visant à promouvoir les droits des enfants à tous les niveaux. Toutefois, plusieurs lacunes persistent, a insisté le président du CESE. Entre autres, les défis d'exclusion sociale, avec le décrochage scolaire de près de 300 milles enfants qui quittent l'école chaque année, les enfants exploités dans les réseaux de mendicité.
A cela s'ajoute la persistance du phénomène de mariage des enfants, dont le nombre a été de 32000 en 2018. Pour le président du CESE, plusieurs actions doivent être menées par le Maroc au cours des prochaines années, pour garantir l'effectivité des droits de l'enfant. Il s'agit tout d'abord de lutter contre l'exclusion, en rendant obligatoire la scolarisation des enfants à besoins spécifiques et en mettant également en œuvre une politique adaptée aux mineurs.
Sur un ton insistant, le président du CESE a appelé à garantir l'inscription de tous les enfants sur les registres d'état civil, qu'ils soient issus de mariages légaux ou nés hors mariage. Il a également appelé à doter la politique intégrée de protection de l'enfance de ressources financières plus importantes pour faciliter sa mise en œuvre et à élaborer des dispositifs territoriaux pour décliner cette politique au niveau local.
Geert Cappelaere, conseiller senior au bureau de la directrice exécutive UNICEF, a quant à lui, salué les efforts accomplis par le Maroc, en matière des droits des enfants. «Quand on regarde sur le plan de la santé, on se rend compte qu'il y'a encore des défis, des enfants qui n'arrivent pas à aller à l'école. La qualité de l'éducation n'est pas toujours assurée.
Au niveau de la protection des enfants, il y a encore la problématique des enfants de la rue, du travail des enfants. Il y' a tout un éventail de problématiques qui doivent encore être abordés», a estimé pour sa part le responsable de l'UNICEF. Toutefois, «nous sommes en face d'un gouvernement très engagé sur la problématique. Donc nous croyons qu'il va y arriver», a-t-il souligné. Pour le responsable onusien, le Maroc doit analyser le passé, consolider le présent et s'engager pour le futur de ses enfants.
A noter que dans le cadre du congrès, l'Organisation nationale des droits de l'enfant (ONDE), en partenariat avec l'UNICEF et l'organisation nationale des droits humains (ONDH) a également présenté les résultats de sa 2e analyse sur la situation des enfants au Maroc, en revenant sur les avancées et les lacunes. Elle a en outre émis des recommandations pour une amélioration de la promotion des droits des enfants au Maroc pour la prochaine décennie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.