Ukraine: trois étudiants marocains tués dans un terrible accident    Nasser Bourita s'entretient avec Dmytro Kuleba et Olivier Varhelyi    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Décès de Mohamed Talal    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Le Maroc signe avec les Russes une pré-commande d'un vaccin suédo-britannique    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un voyage musical à la quête des racines
Publié dans Albayane le 05 - 12 - 2019


«Dans tes yeux, je vois mon Pays»
DNES à Marrakech Mohamed Nait Youssef
Une belle avant première mondiale du film «Dans tes yeux, je vois mon Pays» du réalisateur Kamal Hachkar projeté mardi fin après midi au FIFM dans la catégorie «Panorama marocain». «Ce n'est pas facile de faire des films.
Ce sont les gestes politiques et artistiques qui sont forts. Et l'art et la musique ont cette capacité de briser les frontières et les murs. », a souligné Hachkar juste avant la projection devant une salle comble. Ce travail, ajoute le réalisateur du film «Tinghir-Jerusalem, Les échos du Mellah», incarne le Maroc pluriel et divers.
Le film est un bel hommage à l'héritage musical judéo-marocain. Par ailleurs, c'est à travers les yeux des personnages notamment de la chanteuse Neta Elkayam, du musicien Amit Haï Cohen, Ahmed Hachkar et Fanny Mergui que nous voyons cette diversité et communion qu'avait marqué la terre marocaine pendant des siècles. «Au début j'avais peur de ne pas m'accepter par les autres quand je suis venue chanter au Maroc.», a fait savoir Neta. Pour ceux qui s'en souvenaient la chanteuse a été révélée lors du festival des Andalousies Atlantiques à Essaouira.
C'est était une découverte musicale pour les mélomanes. «Les jeunes juifs veulent savoir leurs origines, sources… ils veulent aussi renouer le lien avec leur culture et mémoire», a-t-elle dit. Et d'ajouter : «Nous sommes fiers de ce film. On a fait un long chemin pour y arriver». «Dans tes yeux, je vois mon Pays» est un voyage musical à la quête des origines, d'une part de la mémoire et de la terre des ancêtres.
Qui dit voyage, dit retrouvailles ! Du Jérusalem en passant par Mogador, Tanger, Gibraltar, Casablanca, Tinghir puis Tizgui, les jeunes musiciens Neta Elkayam et Amit Haï Cohen sont allés à la rencontre des gens ainsi que leur musique, chant, mais aussi et surtout de vivre de près cette mémoire commune et plurielle qui réunit les marocains d'ici et d'ailleurs. Les rencontres se multiples avec les musiciens et les artistes. Dans le documentaire on y reconnait en effet les voix des artistes et chanteurs Hamid Bouchnak, Abir El Abed, Françoise Atlan et les rythmes de Gnaoua, Ahwach et la musique judéo-marocaine.ue est omniprésente dans le film.
C'est incontestablement son fil conducteur qui le guide de bout en bout, jusqu'au bout. En outre, le réalisateur du film par les mouvements de la caméra, les plans rapprochés a pu capter l'émotion en créant une certaine intimité avec les personnages qui ont joué avec beaucoup de spontanéité et de sincérité dans une ambiance conviviale, émotionnelle et fraternelle. Le film a transmis ses lettres de noblesse à travers l'image ; celle d'un Maroc dont la mémoire est plurielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.