Brexit: Le divorce bientôt consommé    Yazid Aït Moujane présélectionné avec les Lionceaux U20    A l'ère du numérique, les métiers classiques séduisent toujours    CAN Futsal 2020 : Arrivée de la Délégation de la CAF à Layoune    Coupe de France: Rachid Alioui absent face à Rennes    Egypte : elle glisse dans l'espace bordant la voie ferrée, son père la sauve in extremis    Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    Le Roi Mohammed VI préside au lancement du « Programme intégré d'appui et de financement des entreprises »    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Congrès du PAM : le recours concernant les listes commence ce lundi    Année judiciaire 2020 : La dématérialisation des tribunaux, grande ambition de Mustafa Fares…    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Coupe de la CAF : La RSB cartonne et le HUSA assure l'essentiel    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Abderrahim El Hafidi réagit aux rumeurs sur la tarification de l'électricité    La performance hebdomadaire de la Bourse de Casablanca dans le vert    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    Divers    La DGAPR dément toutes les allégations de torture et de négligence médicale sur les détenus d'Al Hoceima    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Le Marocain Hicham Laqouahi remporte le 31è marathon international de Marrakech    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Groupe Addoha, de grandes ambitions au Ghana    Edito : Triste déballage    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir: Une cérémonie voluptueuse!
Publié dans Albayane le 11 - 12 - 2019

C'est dans la liesse et l'allégresse que s'est ouverte, lundi dernier, la seizième édition du festival international Cinéma et Migrations d'Agadir.
Un contingent hilare d'artistes de tous les horizons, en compagnie d'un public enivrant, prend d'assaut l'enceinte du cinéma Rialto, amoureusement pavoisé pour cette fête annuelle. Aicha et Mountassir, les deux ravissants présentateurs, tout feu, tout flamme, montent sur scène et défilent, dans les trois langues Arabe, Amazigh et Français, les ingrédients de cette soirée d'ouverture à laquelle prennent part le Wali de la région Souss Massa, le Secrétaire Général du Conseil de la Communauté Marocaine à l'Etranger (CCME), le président régional et de nombre de personnalités administratifs et représentatifs.
De prime abord, le grand écran dévoile, dans l'émotion et la piété, une série de figures du cinéma qui ne sont plus de ce monde, frappés du sceau du souvenir reconnaissant à jamais. Driss Moubarik, le président de l'association l'Initiative culturelle, l'organisatrice du festival, prend possession du pupitre pour émettre des propos de bienvenue aux festivaliers, mais également de verbe épris de désolation pour la fermeture chronique de bâtisses de cinéma, dans une métropole mordue du septième art. Puis, survint un moment de haute charge pathétique, à l'adresse de la toute gracieuse Asmaa Khamlichi, pour un hommage solennel, empreint d'affection en direction de cette artiste longiligne et pétillante.
Karim Saidi, le rebelle cinéaste franco-algérien eut droit aussi un geste élogieux du festival qui, par le biais des présentateurs, fait découvrir le talent et le raffinement de la prestation de ce terrible enfant du cinéma, au bord des larmes par cet égard cordial du festival.
Après quoi, les jurys des deux catégories long et court métrage, en compétition officielle, furent, tour à tour,présentés, sous les acclamations nourries du public. De même, des extraits de films ont été débités, pour attiser la curiosité aussi bien des cinéphiles que les profanes, durant la période du festival. Enfin, cet instant cérémonial fut ponctué par la projection d'un court métrage, signé Mustapha Madmoune et interprété par une flopée de jeunes locaux.
Une tradition qui, par sa symbolique et surtout sa spontanéité, ne manquait pas de réchauffer le cœur, à chaque manche du festival. C'est ainsi donc que prend fin ce moment convivial qui annonce le déroulé de cette sixième édition, en grande pompe, de par la qualité des films au programme, mais aussi la diversité du menu proposé, tout au long de ce séjour où le partage et l'échange seront de mise.
Ce coup d'envoi si savamment orchestré, de bout en bout, ne serait, sans nul doute, que le préambule d'une semaine de rencontre euphorique. Le son et l'image qui meubleront la vie de cette ville, longtemps privée de ce plaisir, mettront encore la pression sur les décideurs du public et du privé, afin de les inciter à doter la ville d'un cinéma, a même de combler ce besoin de vie. Ne dit-on pas : «Qui aime la vie, va au cinéma !». Le festival d'Agadir incarne bien ce dicton et rappelle que l'essor de la destination balnéaire n'est pas uniquement le béton de l'économie de marché, mais aussi l'espace de la délectation de l'âme dont le cinéma constitue un satisfecit des sens et de l'esprit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.