Plusieurs mesures pour renforcer la production agricole nationale et assurer des stocks confortables    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Coronavirus au Maroc: le bilan grimpe à 691 cas, 44 décès    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Adieu Si Fadel    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne: Pedro Sanchez perd un premier vote de confiance
Publié dans Albayane le 06 - 01 - 2020

Le socialiste espagnol Pedro Sanchez a perdu comme prévu dimanche un premier vote de confiance à la Chambre des députés mais il sera reconduit au pouvoir, sauf coup de théâtre, mardi lors d'un deuxième tour.
Le chef du gouvernement, arrivé au pouvoir en juin 2018, n'a pas obtenu la majorité absolue de 176 voix sur 350 députés pour remporter de premier vote.
166 députés lui ont accordé leur confiance, 165 ont refusé tandis que 18 se sont abstenus. Une députée favorable à Sanchez était absente dimanche.
Mardi, lors d'un deuxième vote, une simple majorité relative lui suffira pour être reconduit au pouvoir, ce qui mettra fin à huit mois de paralysie politique.
Sauf coup de théâtre de dernière minute, Sanchez — qui peut compter sur les voix de la gauche radicale de Podemos et de plusieurs petits partis, dont les nationalistes basques du PNV — est assuré d'y parvenir d'une très courte tête depuis que le parti séparatiste catalan ERC lui a promis que ses 13 députés s'abstiendraient.
Empêtrée dans une instabilité politique chronique depuis 2015, la quatrième économie de la zone euro a connu deux élections législatives en 2019 – en avril et novembre remportées à chaque fois par Sanchez mais sans majorité absolue – et quatre depuis quatre ans.
En échange de l'abstention d'ERC, une négociation sera mise en place entre le gouvernement central et l'exécutif régional contrôlé par les séparatistes pour résoudre le «conflit politique sur l'avenir de la Catalogne» qui a tenté de faire sécession en 2017.
Le résultat de cette négociation devra être validé par les Catalans «lors d'une consultation», selon les termes de l'accord entre les socialistes et ERC.
Cette riche région du nord-est de l'Espagne a été secouée en octobre par des manifestations parfois violentes après la condamnation à la prison de neuf dirigeants séparatistes pour cette tentative de sécession.
Samedi, lors du débat au parlement, Sanchez a défendu comme «une priorité absolue» sa politique de dialogue en Catalogne face à la droite et à l'extrême droite de Vox, devenue la troisième force politique du pays, qui l'ont accusé de vouloir «en finir» avec le pays, lors d'une session au ton agressif.
Après son investiture, M. Sanchez veut former un gouvernement avec Podemos, le premier gouvernement de coalition depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.
Dans leur programme très critiqué par le patronat, les socialistes et Podemos ont promis un virage à gauche avec une hausse du salaire minimum, des impôts pour les plus riches et les entreprises, et une abrogation partielle de la réforme controversée du marché du travail adoptée par les conservateurs.
Selon les analystes, ce gouvernement minoritaire s'annonce toutefois fragile car il devra chercher des appuis à chaque fois qu'il voudra faire adopter ses réformes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.