Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne : un parti indépendantiste catalan balise le terrain à la reconduction de Pedro Sanchez
Publié dans Barlamane le 03 - 01 - 2020

Après des pourparlers laborieux et des mois de paralysie politique, l'ERC a ouvert la voie à la reconduction du socialiste à la tête du gouvernement espagnol.
Après des mois de paralysie politique, l'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC, « Gauche républicaine de Catalogne »), parti indépendantiste catalan, a ouvert jeudi 2 janvier la voie à la reconduction du socialiste Pedro Sanchez à la tête du gouvernement espagnol. Réuni à Barcelone, le conseil national de l'ERC a décidé que les treize députés du parti « s'abstiendraient lors du vote d'investiture du candidat Pedro Sanchez dans les prochains jours », a déclaré Pere Aragonès, haut dirigeant de la formation politique, à Barcelone.
Cette abstention doit permettre au socialiste de remporter, mardi, un deuxième vote de confiance au Parlement lors duquel une majorité relative — soit plus de oui que de non — suffit.
Avant cela, les députés commenceront à débattre samedi — en plein week-end de l'Epiphanie, durant lequel le pays est normalement à l'arrêt — et voteront une première fois dimanche. Mais M. Sanchez ne sera pas en mesure d'obtenir la majorité absolue de 176 voix nécessaire pour l'emporter lors de ce premier vote de confiance.
En échange de son abstention, l'ERC a obtenu des socialistes la mise en place d'un processus de « négociations entre gouvernements (central et régional) et une future consultation en Catalogne sur les accords » obtenus lors de cette négociation, a fait savoir le parti séparatiste dans un communiqué.
Selon les socialistes, cette consultation, qui aura lieu dans le respect «de l'ordre juridique démocratique», et donc de la Constitution, a pour but de «débloquer le conflit politique sur l'avenir de la Catalogne».
Vainqueur affaibli des dernières élections législatives du 10 novembre, Pedro Sanchez a pour allié principal le parti de gauche radicale Podemos, avec lequel il veut former le premier gouvernement de coalition du pays depuis la fin de la dictature franquiste, en 1975.
Mais ensemble, les socialistes et Podemos ne comptent que 155 députés sur les 350 du Parlement et ont donc besoin de l'appui d'autres formations pour que M. Sanchez puisse être reconduit à la tête du gouvernement.
Dans un Parlement très fragmenté, l'abstention des treize députés de l'ERC était la dernière pièce majeure du puzzle nécessaire à l'investiture de M. Sanchez, à qui le Parti national basque (PNV, pour Parti nacional vasco) a déjà apporté les voix de ses députés.
La Catalogne, dont le gouvernement régional est contrôlé par les séparatistes, a été secouée en octobre par de nombreuses manifestations, qui ont parfois dégénéré en violences, après la condamnation à la prison de neuf dirigeants indépendantistes, dont le chef de l'ERC, Oriol Junqueras, pour leur rôle dans la tentative de sécession en 2017.
L'investiture de Pedro Sanchez mettra fin à des mois de paralysie, dans un pays en proie à une instabilité politique chronique depuis 2015.
Arrivé au pouvoir en juin 2018, M. Sanchez avait été contraint de convoquer des élections en avril 2019 après avoir été lâché par les indépendantistes catalans. Vainqueur de ce scrutin, il n'avait pas réussi à être reconduit en raison notamment de l'échec de ses négociations avec Podemos. De nouvelles élections avaient alors dû être organisées en novembre, les quatrièmes en quatre ans.
L'opposition de droite et d'extrême droite accusent M. Sanchez de se faire l'otage des indépendantistes en acceptant l'abstention de l'ERC pour être reconduit. «Sanchez a vendu l'Espagne en échange de son maintien au pouvoir (…) Tout ce que veulent les indépendantistes, Sanchez leur cède», a accusé jeudi Teodoro Garcia Egea, numéro deux du Parti populaire (droite).
Pour sa part, l'ERC a été critiquée par les autres composantes du mouvement indépendantiste, comme la puissante ANC (Assemblée nationale catalane), une association, dont la présidente, Elisenda Paluzie, a mis en garde contre «les risques de cet accord pour le processus d'autodétermination de la Catalogne».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.