Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un paysage politique recroquevillé!
Publié dans Albayane le 18 - 02 - 2020

La scène politique nationale moisit dans la léthargie tant que l'Exécutif ne porte pas son discours au sein d'un peuple si emporté par ses affres au quotidien.
Qui entend parler du gouvernement, même s'il croit s'ingénier à bien faire ? Mais, son action demeure atone et inaudible ! Il s'embourbe en revanche, dans des coups de bec sans relâche, entre ses composantes, les plus en vue. Cette apathie déroutante ne fait qu'affecter le climat politique du pays et fait sombrer, dans l'expectative, les différents acteurs dont le rôle décisif de médiation est quasiment renvoyé aux calendes grecques.
On a plutôt l'impression que, d'un côté, l'Exécutif pagaie à contre courant, en deçà de ce que le peuple attend de lui et, de l'autre, une flopée d'entités partisanes, en mal de repères, se démarque, de gré ou parfois de mal gré, des populations, les plus démunies, en particulier.
Cette situation ambiguë que la nation n'a jamais connue, même au temps des années de plomb, car tout au moins, le mouvement national tenait tête aux oppressions, sécrétait, au fil du temps, une déchirure déconcertante entre l'Etat et le peuple, en l'absence quasi-permanente des facteurs médiateurs.
A contrario, les forces de l'ordre, toutes catégories confondues, occupent cette place contre-nature, non sans abus, car le souci excessivement sécuritaire mène à l'affront et l'incarcération, comme ce fut le cas des détenus du Rif et d'autres. C'est immanquablement la résultante directe de la vacuité politique que l'on s'efforce d'exercer dans une expérience résolument tournée vers la démocratie et les droits humains.
Dans ce mutisme mortuaire qui émaille la scène politique marocaine, on aura «secoué», quoique mollement, la vie partisane, à travers deux événements, à plus d'un titre. Le premier étant le congrès national du Parti d'Authenticité et de Modernité que, selon le nouvel élu à sa tête, «proclamait une néo- natalité d'un parti constamment blotti sous l'aile de son créateur». Cette «mue» qui se construisit après âpres déchirements et vives grossesses, aurait, sans doute, créé un ballottage dans la physionomie politique nationale qui prendrait forme, au fur et à mesure que les prochaines élections s'approchaient, à grand pas.
Le second n'est autre que la reprise des relations amicales entre le PPS et le PI, sanctionnées, entre autres, par une récente rencontre de la direction des deux partis. Une initiative qui, elle aussi, aura «ébranlé» l'engourdissement qui frise la somnolence du gouvernement auquel l'appel au sursaut est vivement lancé pour sortir de la torpeur générale.Un gouvernement mièvre qui tarde à montrer le bout du nez au grand public!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.