Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La déconstruction d'un mythe
Publié dans Albayane le 21 - 02 - 2020


Les confessions de M'Barek Bouderka dit «Abbas»
«Raconter un drame, c'est en oublier un autre»
Paul Ricœur
Rabat, mars 1973 : la capitale du Royaume est en ébullition après un automne mouvementé, grèves, manifestations estudiantines, arrestations.
Le 24 janvier interdiction de l'UNEM et une chape de plomb pèse sur la ville. Par cette nuit de mars encore hivernal, je rentre d'une séance de cinéma en rasant les murs : on n'est jamais sûr d'échapper à une rafle «sauvage».
D'autant plus que j'étais membre d'un parti interdit (le PLS). C'est l'année de la sortie marocaine du film italien, Nous sommes tous en liberté provisoire (Damiano Damiani, 1970). A la maison, mes compagnons sont déjà dans les bras de Morphée mais la radio (magnifique média de ces temps révolus) est encore allumée. J'attrape au passage un bulletin d'information laconique qui m'apprend qu'une bombe a été découverte dans les locaux du théâtre Mohammed V…Qui ? Quoi? Comment?
Casablanca, févier 2020 : je déambule dans les allées encombrées (c'est un samedi) du salon du livre ; j'ai déjà fait quelques provisions (Bourdieu, Guessous, Aourid, Mehdi Amil…) mais j'ai encore un titre en tête. C'est un livre qui vient à peine de sortir. Je me renseigne auprès d'un éditeur. Entendant le titre recherché, son assistant quitte pratiquement de son bureau et vient m'indiquer la direction.
Arrivé au pavillon indiqué, je regarde à gauche à droite ; un citoyen chargé de livres, pratiquement de ma génération, remarque mon hésitation et m'interpelle «tu cherches le livre de M'Barek Bouderka ? Il est en face». Je traverse l'allée, un jeune homme souriant m'accueille. Le livre se vent comme des petits pains. Il me tend un exemplaire. C'est le neveu de Bouderka. Spontanément on se met à parler en tachelhit : «ourili M'Barek ghid ? Ouhouy, iKanten sbah, iskr taouki3» (débrouillez vous pour la traduction)…
En effet, il s'agit du nouveau livre de mémoire de M'Barek Bouderka. Je dévore le livre en moins de 48 heures et j'apprends beaucoup de choses et entre autres que le poseur de bombe de ce fameux mars 1973, c'est lui. Ou plus précisément Abbas. Car Bouderka est digne d'un personnage sorti d'une fiction; il a longtemps vécu en double. Deux vies parallèles, à l'ombre des puissants de l'époque. Il y a eu M'Barek, du plein jour, jeune avocat amazigh promis à une belle carrière dans le barreau, inscrit dans un illustre cabinet, celui de Maître Abderrahim Bouabid… et il y a Abbas, celui de la nuit, le militant clandestin qui transporte les armes, prépare les caches et finit par poser des bombes.
Il y a M'Barek membre d'une cellule du parti de gauche, l'UNFP – tendance Rabat, qui organise les masses des quartiers populaires et il y a eu Abbas, partisan de la lutte armée, membre d'une organisation secrète, véritable sous-marin au sein du parti et qui coordonne avec son camarade et ami, Omar Dahkoune, révolutionnaire professionnel, rentré de l'exil malgré qu'il est recherché (c'est un rescapé du coup de force de Cheikh Alarabe); rentré au pays pour allumer la mèche de l'embrasement général, souhaité mais qui s'est révélé un mirage.
Le livre de Bouderka peut se lire en effet, comme la passé d'une illusion. Comme la chronique d'un échec annoncé. Dans ses confessions, une phrase terrible, mais qui dit bien la force de caractère de l'auteur, résume bien le bilan critique de cette tentative : «l'entreprise a échoué avant même de commencer». Un jugement né d'une approche lucide de ce qui relève bien du destin tragique d'un soulèvement armé bâclé et traversé de multiples lacunes.
Le livre est dans ce sens une œuvre fondatrice, passionnant humainement, tonique intellectuellement. Livre important par son auteur d'abord. M'Barek Bouderka a pris son temps pour livrer ses mémoires. Rentré aguerri de cette expérience qu'il a vécu pleinement, il s'est investi avec autant d'engouement dans la réussite de l'étape politique inauguré par le nouveau régime. C'est une figure majeure de l'équipe autour de feu Benzekri qui a permis au Maroc de réussir une expérience originale de la justice transitionnelle. Tous ceux qui l'ont côtoyés dans différents contextes, soulignent ses immenses qualités humaines qui remontent à son éducation, à ses origines Soussis : intégrité, loyauté, et engagement sans faille. Livre important par sa forme même.
Certes, il relève de ce tourisme en vogue, celui des voyages dans le passé, récits mémoriels, souvenirs, carnets de route commencent à fleurir dans notre paysage politique. Mais Bouderka et son co-auteur, l'historien Tayeb Beyad ont choisi de confronter discours de la mémoire et discours des archives. Des documents, souvent inédits viennent étayer, appuyer ou compléter un récit, un souvenir. La sagesse de Bouderka qui l'amène à se méfier des abus de mémoire, de ses dérives et de ses manipulations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.