Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    Voici le nouveau premier ministre de France    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Enseignement à distance: ce qu'en pensent les candidats au bac (VIDEO)    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Démission du gouvernement français: ce que l'on sait    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Edouard Philippe présente sa démission    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Edito : Bac    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sécheresse met les éleveurs dans une mauvaise impasse
Publié dans Albayane le 12 - 03 - 2020

On ne le ressassera jamais assez. Les performances de l'économie et partant la croissance du PIB continuent de dépendre fortement des réalisations agricoles.
Les prévisions de croissance pour l'année 2020 ont été revues à la baisse. Il aura suffit de deux années successives de faibles pluies pour que l'ensemble des clignotants passent au rouge. La sécheresse aggravée cette année frappe sérieusement de nombreux secteurs économiques et poussent les analystes à revoir leurs prévisions de croissance initialement arrêtés pour l'année 2020. Le HCP a été le premier à revoir ses notes. Le département de Lahlimi prévoit un taux de croissance du PIB de 2,2% contre 3,5% en 2020.
La sonnette d'alarme retentie à nouveau. Les indicateurs de performances de l'économie nationale affichent des évolutions plus en moins mitigées. Dans son dernier rapport sur le budget prévisionnel économique 2020, le haut commissariat au plan annonce que la croissance économique marocaine continuerait de dépendre structurellement de l'évolution du secteur agricole. L'investissement public continu d'afficher sa «lourde et faible croissance» l'investissement privé reste timide est encore loin de prendre le relais des efforts publics, l'épargne nationale est en perte de points par rapport au PIB face des besoins de financement de l'économie en nette croissance.
Bref rien ne va plus et le gouvernement tarde encore à réagie et à prendre les mesures appropriées pour minimiser les dégâts notamment dans le secteur primaire. Qu'attende-t-il pour réactiver ces cellule de crise et les fonds de développement rural ou agricole et même les fonds de solidarité sociale pour venir en aide au populations sinistrées par les effets de la sécheresse et des conditions climatiques sévères qui ont prévalues lors de cette saison agricole. Le stress hydrique et le manque d'eau vient aggraver davantage la situation.
Sans parler des agriculteurs qui croisent les bras et attendent une probable attention du département de tutelle, les éleveurs, eux, sont angoissé de voir leur troupeau succomber les uns après les autres à cause de la sous alimentation. La situation est tellement chaotique qu'il s'agit d'une sécheresse qui succède à une année agricole aussi aride. Ce qui a entraîné des parcours vident, une absence des végétations et certes une pénurie des aliments du bétail.
Les stocks, s'il en avait déjà, ne suffisent plus et la crainte de voir les prix frôlés des niveaux excessifs n'est pas écartée. Et même l'importation de ces aliments dans les conditions actuelles reste très couteuse. D'ailleurs, les opérateurs de la viande rouge crient haut et fort le risque de forte baisse des prix de vente et la perte non seulement de leurs bétails mais aussi de leurs revenus.
La crise est là mais les officiels tardent à prendre les mesures nécessaires dénoncent-on. La sécheresse, le manque de visibilité combinés à la perte de confiance rendent encore difficile la vie dans le monde rural…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.