Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'agenda parlementaire se met à l'heure du Covid-19
Publié dans Albayane le 09 - 04 - 2020

La pandémie du coronavirus qui fait rage aux quatre coins du monde devra rythmer l'agenda de la session parlementaire du printemps, à l'heure où l'état d'urgence sanitaire favorise une mobilisation tout aussi exceptionnelle de l'institution législative.
Cette conjoncture très particulière ne devra certes pas empêcher la continuité du fonctionnement des institutions constitutionnelles, au rang desquelles figure le parlement dont les composantes s'engagent à assumer leurs rôles d'accompagnement et de contrôle au plus fort de la crise liée au Covid-19.
Les parlementaires ont en effet réitéré leur détermination à «remplir pleinement leurs fonctions de questionnement, de contrôle, de proposition de solutions et d'alternatives à en ces circonstances où doit prévaloir la solidarité nationale».
«La situation que nous vivons ne devrait en aucun cas impliquer une cessation pure et simple de nos activités ou un coup d'arrêt du cycle normal de la vie législative, tout autant importante que l'école et les activités de production et de commerce», avait souligné dernièrement la Chambre des représentants à l'issue d'une réunion dédiée aux groupes parlementaires.
Face à ce constat, l'Hémicycle s'organise au mieux en vue d'assurer le fonctionnement normal des travaux de la session qui s'ouvre vendredi, le tout dans le souci de canaliser les efforts des uns et des autres vers la gestion de la crise et le suivi de la mise en œuvre des mesures de lutte contre l'épidémie et ses incidences.
Selon le chef du groupe socialiste à la première Chambre, Amam Chokrane, il a été décidé de tenir la session printanière conformément aux dispositions légales en vigueur, dans le plein respect des directives se rapportant à l'état d'urgence sanitaire et à la situation exceptionnelle qui en découle dans le Royaume.
Les députés ont fait en sorte de surmonter tout obstacle au bon déroulement des activités de l'action législative, en particulier la question de présence lors de la séance d'ouverture de la session du printemps, a-t-il déclaré à la MAP, soulignant que dans un souci d'efficacité, seuls le président et deux membres de chaque groupe y prendront part.
Toutes les mesures d'hygiène et de prévention seront scrupuleusement observées, y compris la désinfection de la salle des séances et le respect de la distanciation physique, a-t-il relevé.
Ces mêmes dispositions, a noté M. Chokrane, seront prises au cours de la séance des questions de politique générale auxquelles répondra le chef du gouvernement, sous le thème «les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la propagation du coronavirus et les mesures de lutte contre la pandémie».
En tout cas, c'est la logique de l'urgence qui devra sous-tendre toute la programmation des deux Chambres du parlement dans les mois à venir : l'accent sera mis essentiellement sur les dossiers en lien direct avec la gestion de la crise du Covid-19.
Sur le registre du contrôle de l'action gouvernementale, un programme de travail provisoire a été déjà mis en place pour les mois d'avril et de mai, lequel sera focalisé sur les secteurs de la santé, l'éducation, l'intérieur, l'agriculture, la pêche maritime, l'Economie, les finances et la réforme de l'administration, l'Industrie et le commerce.
Et à titre exceptionnel, a-t-il fait observer, toute séance sera marquée par des débats autour d'une question centrale en lien direct avec la mobilisation face à l'épidémie et ses retombées dans les domaines prioritaires.
Dans le même esprit d'efficacité, les séances des questions orales seront plutôt courtes tout en accordant les mêmes plages horaires à tous les groupes parlementaires pour débattre des divers sujets traités. Les ministres auront suffisamment de temps pour mettre l'opinion publique au courant de l'évolution de la situation.
S'agissant du déroulement des séances consacrées à la législation, la priorité sera donnée aux textes relatifs à la riposte nationale aux contraintes nées de la pandémie et aux moyens de les surmonter.
Une série de textes ont été d'ores et déjà soumis aux commissions spécialisées de la Chambre des représentants, portant sur les domaines de l'environnement, la lutte contre le blanchiment d'argent, l'habitat, la sécurité sociale, l'état civil, les Fondations des œuvres sociales des fonctionnaires du ministère de la Justice, de la Sûreté nationale, de la Santé, des anciens militaires et combattants, entre autres.
Pour les commissions permanentes, M. Chokrane a expliqué qu'elles tiendront leur réunion chaque fois qu'il est nécessaire compte tenu des consignes de prévention et des règles de représentativité des groupes, comme ce fut le cas à l'occasion des récentes réunions des commissions des finances et de l'intérieur.
Autant dire que la session printanière du parlement aura comme mot d'ordre d'accompagner l'effort national pour «sortir de l'actuelle épidémie mondiale avec le minimum de pertes», a estimé le député, en affirmant que la santé et la sécurité des citoyens demeurent le premier souci des parlementaires, aux côtés de l'immunisation de l'économie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.