Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Maroc. Les exigences d'une nouvelle ère [Par Jamal Berraoui]    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Azemmour : Un grand taxi volé retrouvé, un suspect arrêté    Dr Saïd Afif, membre du Comité scientifique de vaccination anti-Covid : «Il est encore très tôt pour parler de la vaccination des 3-11 ans»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Frontière sino-indienne: Escalade des tensions
Publié dans Albayane le 08 - 09 - 2020

Au lendemain de leur rencontre de samedi, à Moscou, en marge d'une réunion de l'Organisation de Coopération de Shangaï; la plus importante depuis leur accrochage meurtrier de Juin dernier dans leur frontière himalayenne et qui s'est tenue juste après les incidents qui samedi 29 et lundi 31 Août, avaient opposés, dans la région du Ladakh, à l'est de l'Inde, les militaires des deux pays, les ministres indien et chinois de la Défense, Rajnath Singh et le général Wei Fenghe, se sont accusés mutuellement, via leurs communiqués respectifs, d'envenimer la situation.
En Juin dernier, le corps-à-corps meurtrier qui avait eu lieu entre les soldats des deux pays s'était soldé par la mort d'une vingtaine de personnes du côté indien et par un nombre inconnu de victimes dans les rangs chinois. Aussi, ces trois derniers mois, les deux pays les plus peuplés de la planète ont-ils dépêché, de part et d'autre de la frontière, plusieurs dizaines de milliers de soldats.
Pour la partie indienne, le grand nombre de militaires chinois déployés, le «comportement agressif» de Pékin et «sa tentative de modifier unilatéralement le statu quo» dans la région, constituent une violation des accords initialement conclus entre les deux pays voisins.
Rappelant, par ailleurs, qu'il «ne devrait y avoir aucun doute sur (sa) détermination à protéger sa souveraineté et son intégrité territoriale», l'Inde qui s'est retirée des manœuvres militaires organisées par l'Organisation de coopération de Shangaï pour que ses troupes ne soient pas aux côtés des forces chinoises et qui a gelé la participation des compagnies chinoises à des contrats d'infrastructures de téléphonie 5G, s'est dite prête, néanmoins, à résoudre, par le dialogue, le différend frontalier qui l'oppose à la Chine.
La partie chinoise, qui n'en demeure pas moins intransigeante, signale, de son côté, que «la cause et la vérité de la tension actuelle à la frontière entre la Chine et l'Inde sont très claires». Imputant «l'entière responsabilité» à l'Inde, elle appelle donc cette dernière à «renforcer son contrôle sur les forces frontalières (et) à s'abstenir de toutes actions qui pourraient provoquer une escalade (car) le territoire de la Chine ne peut pas être perdu».
Pour rappel, les contours de la ligne de contrôle séparant les deux pays aux confins de l'Himalaya dans cette zone stratégique pour l'Empire du milieu qui s'étend sur ces deux importantes provinces chinoises que sont le Tibet et le Xinjiang, avaient été définis lors du conflit frontalier qui avait opposé les deux pays en 1962 et à l'issue duquel l'Inde fut vaincue.
Or, après l'abrogation, par New Delhi, du statut d'autonomie du Jammu-et-Cachemire (Cachemire indien), encore revendiqué par le Pakistan, l'Inde, s'appuyant sur «diverses cartes britanniques» héritées de l'indépendance du pays en 1947, avait publié une nouvelle carte redéfinissant ces régions.
Ainsi, à en croire Jean-Luc Racine, directeur de recherche émérite au CNRS et chercheur au «think tank Asia», si «les chinois ont multiplié les infrastructures dans cette zone contestée, les indiens ont fait de même de leur côté de la ligne de contrôle, dans la région du Ladakh, pour renforcer leurs positions» et remis sur la table, au nom d'un nationalisme indien fortement exacerbé depuis la venue de Narendra Modi à la primature, les revendications territoriales de New Delhi qui ne reconnait, toujours pas, les occupations chinoises et pakistanaises du Cachemire.
Ce bruit de bottes que l'on entend, de part et d'autre de la frontière himalayenne séparant les deux pays les plus peuplés de la planète, va-t-il se transformer, à terme, en un bruit de canons ? Attendons pour voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.