Culture de pastèque: l'ONSSA rassure les Marocains    La politique nationale de l'environnement des affaires 2021-2025 adoptée    Factures fictives : ce que la DGI recommande aux entreprises    Algérie : le gouvernement avertit contre des actes « subversifs »    Des garde-côtes marocains formés par Frontex pour le sauvetage des migrants en haute mer    Nos vœux    Divertissement: Mounia LEMKIMEL fait le show chez Rachid ALLALI, ce soir à 22h50    Le ministère de l'Intérieur rappelle la nécessité de se limiter à 10 personnes lors des enterrements    Ramadan 1442: voici le montant de Zakat Al-Fitr au Maroc    Chambres professionnelles: l'inscription sur les listes électorales du 10 au 30 mai    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Elections 2021: le choix des candidats, entre renouvellement et reproduction des élites    Secousses telluriques à Driouch: les explications d'un expert    Japon : état d'urgence prolongé à l'approche des Jeux de Tokyo    Achraf Bencharki de nouveau buteur et passeur    Cyclisme : Tanger candidate pour abriter les Mondiaux 2025    L'ASADEH demande à nouveau «l'arrestation immédiate» du chef du «Polisario» (médias espagnols)    La commercialisation du Mall du Carrousel confiée à AMS AFRICA    Meknès: Deux individus interpellés pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Les dernières secousses telluriques à Driouch, des répliques à l'activité séismique de 2016    L'épouse de Rachid Ghribi Laroussi à Mohamed Hajib : «Ne parlez pas en notre nom!»    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    Le prince Moulay El Hassan fête son 18ème anniversaire    Première édition des «Tourism Marketing Days» régionales : L'ONMT implique les régions dans la relance    Arganier : Célébration en grande pompe de la première journée internationale    11ème conférence internationale sur le tabac : Les produits alternatifs moins nocifs comme solution    Salé : un multirécidiviste interpellé pour trafic de drogue et agression de policiers    Apiculture : Rabat-Salé-Kénitra dévoile ses ambitions pour Al Jayl Al Akhdar    QUAND LA LOYAUTE FAIT DEFAUT    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    CIMR/Maroc: Hausse du nombre des affiliés de 4,89% en 2020    Maroc/Météo: Ciel voilé et mercure en légère hausse ce vendredi 7 mai    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    WAC et ASFAR Deux grosses cylindrées toujours en course    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington lance un ferme avertissement à Moscou
Publié dans Albayane le 19 - 04 - 2021

Le sort de Navalny, malade et en grève de la faim dans son pénitencier
Washington a averti dimanche qu'il y aurait des « conséquences » pour Moscou si Alexeï Navalny mourait, au moment où ses alliés préparaient une grande manifestation en Russie pour « sauver la vie » du principal détracteur du Kremlin, malade et en grève de la faim dans son pénitencier.
La pression occidentale est montée dimanche, l'Union européenne se disant également « profondément inquiète » et appelant à lui donner immédiatement accès à ses médecins de « confiance ».
Lundi, les ministres des Affaires étrangères de l'UE se pencheront sur le sort du militant anticorruption de 44 ans.
Les Européens comme les Américains exigent la libération d'Alexeï Navalny. Et la Maison Blanche est montée d'un cran ce week-end.
Il « y aura des conséquences si M. Navalny meurt », a lancé Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, sur CNN.
Les autorités russes « sont responsables de la santé » d'Alexeï Navalny, a renchéri dans la foulée le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.
Samedi, le président américain avait jugé « totalement injuste » le sort de l'opposant russe.
« Le monde entier parle d'Alexeï. Et seulement (Vladimir) Poutine et les médecins de la prison font comme s'il ne se passait rien', a tweeté la porte-parole de l'opposant, Kira Iarmych.
L'ambassadeur russe à Londres, Andreï Kéline, a lui affirmé que Moscou ne le laisserait pas « mourir en prison », tout en l'accusant, sur la BBC dimanche, de « vouloir attirer l'attention ».
Les alliés de M. Navalny ont de leur côté appelé les Russes à sortir dans la rue mercredi à 19H00 (16H00 GMT) pour ce qu'ils espèrent être « la plus grande manifestation de l'histoire moderne » de la Russie.
« Il est temps d'agir. Il ne s'agit plus seulement de la liberté de Navalny, mais de sa vie », a écrit sur Facebook le bras droit de l'opposant, Léonid Volkov.
« Alexeï ne peut pas mettre fin à sa grève de la faim en disant +J'abandonne+ », a-t-il plus tard ajouté dans une vidéo en ligne.
Cette manifestation est organisée le même jour que le discours annuel du président Vladimir Poutine devant les deux chambres du Parlement, lors duquel il évoquera les « objectifs » pour développer la Russie et les élections législatives de l'automne prochain.
« Poutine interdit explicitement toute activité d'opposition en Russie. Cela signifie que ce rassemblement pourrait devenir le dernier du pays pour les années à venir. Mais il est en notre pouvoir de changer cela », a écrit M. Volkov.
Un site internet créé par l'opposition quelques semaines plus tôt pour enregistrer les Russes désireux de manifester affichait près de 460.000 personnes dimanche.
Des médecins proches d'Alexeï Navalny ont dit samedi craindre qu'il ne fasse un arrêt cardiaque « d'une minute à l'autre » en raison d'un niveau « critique » de concentration de potassium dans le sang. Ils ont appelé à le placer immédiatement en soins intensifs.
L'opposant russe a arrêté de s'alimenter le 31 mars pour protester contre ses mauvaises conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser l'accès à un médecin et des médicaments alors qu'il souffre d'une double hernie discale, selon ses avocats.
Ses médecins ont indiqué dimanche qu'ils avaient été empêchés de lui rendre visite.
Revenu en janvier après cinq mois de convalescence en Allemagne, à la suite d'un empoisonnement dont il accuse le Kremlin, l'opposant avait été immédiatement arrêté et condamné à deux ans et demi de prison dans une ancienne affaire de fraude qu'il dénonce comme politique.
Il est incarcéré dans le camp de Pokrov, à 100 kilomètres à l'est de Moscou, réputé comme l'un des plus durs de Russie.
Sa femme Ioulia, qui lui a rendu visite en début de semaine, a affirmé qu'il avait perdu neuf kilos depuis le début de sa grève de la faim.
Plus de 70 personnalités internationales ont appelé vendredi à fournir à Alexeï Navalny les soins nécessaires.
Les Américains et Européens avaient sanctionné la Russie pour l'empoisonnement de M. Navalny en août dernier.
Le Parquet russe a pour sa part demandé vendredi que plusieurs organisations liées à M. Navalny soient déclarées « extrémistes » et donc interdites en Russie. Une telle mesure ferait encourir de lourdes peines de prison aux collaborateurs de l'opposant et à ses soutiens.
Fin janvier et début février, plusieurs manifestations de soutien à M. Navalny avaient rassemblé des dizaines de milliers de personnes en Russie. Elles avaient été réprimées avec notamment plus de 11.000 interpellations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.