Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Elections : La HACA prépare son dispositif pour les prochaines échéances    Biden supprime le tweet montrant une carte du Maroc sans le Sahara    Al Hoceima : Appel à projets du programme Madaëf Eco6    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Liban : Macron fait la quête    Tokyo 2020 : Elaine Thompson (Jamaïque) 100 m féminin : 10 s 61 à 0,62 s du record mondial    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Les mosquées de la préfecture de Skhirat-Témara ferment pour la prière d'Al icha    Compteur Coronavirus :Le Maroc franchit le cap des 10.000 nouveaux cas en 24 heures    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    L'ONU demande la fin immédiate des "violations alarmantes" en République centrafricaine    Agro-alimentaire : bonnes performances des exportations en 2021    Du pétrole à Inezgrane : les précisions de l'ONHYM    L'Espagne rejoint le Brésil en finale messieurs    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Vaccination anti-Covid : inauguration du premier vaccinodrome à la pointe de la technologie (Reportage)    La société civile se mobilise contre le travail des enfants    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Botola: Walid Regragui proche du Wydad, pour succéder à Benzarti    Bonnes performances pour les ventes de voitures à fin juillet    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Fête du Trône: SM le Roi reçoit un message de félicitations du président du Conseil présidentiel libyen    Micro-crédit. Les nouvelles dispositions légales entrent en vigueur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 4 août 2021 à 16H00    Covid-19: la Chine restreint les déplacements à l'étranger pour ses ressortissants    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Edito : XXIème    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nostalgique et l'artistique
Publié dans Albayane le 15 - 06 - 2021


Par Mbarek Housni
L'éclectisme artistique dont fait preuve cette artiste rend son travail plein de sensibilité d'un côté, et polysémique de l'autre côté. Elle le fait dans un esprit qui privilégie des choix restreints, qui vont à l'essentiel. Autrement dit à ce qui tombera sous le coup de l'idée plastique qui est la sienne. À savoir, se ressourcer à partir de la mémoire visuelle, de l'héritage et du savoir-faire. Le résultat obtenu ouvre la voie à une interprétation qui double la sensibilité d'une lecture opportune.
L'objet du souvenir
Ainsi que la montre l'expérience de l'utilisation du drap ancestral de part son importance pour l'artiste. Mettre un pan d'un drap ancien sur un pan d'une toile, c'est apposer une idée du temps au contact d'un élément d'expression à priori hors du temps. C'est joindre ce qui est apporté par le présent, du côté de l'art moderne du côté du vécu et ses exigences, et ce qui est consacré par le passé qui continue à irriguer ce présent par ses acquis comme un souffle protecteur.
C'est la relation liant dans un même objectif la nostalgie et l'art. Dans le cas de l'artiste Nadia Ouchatar, il y a cette relation spéciale avec la grand-mère, une dame qui savait se servir de ses mains talentueuses dans la confection des draps. Le savoir inné issu de l'observation naturelle et la persévérance.
L'artiste a toujours eu sous les yeux le tissage laborieux et infini des mains noueuses de cette aïeule qui « créait » ces étoffes de laine à la patience, tel un devoir dicté d'en haut. D'où l'intuition sûre, on le soupçonne, de leur donner une deuxième existence après la vie passée à servir. Il s'agit donc de draps, cet objet utilitaire qui peut être objet artistique. De quelle manière cela est-il possible ? La réponse est dans les mains, cette fois-ci de la petite-fille qu'est Nadia Ouchatar. Elle a reçu le message et elle le perpétue. Il s'en souvient en peignant une partie de cet immense édifice du souvenir « proustien »
Un drap, ça couvre, ça protège, ça s'étend par terre pour le repos ou le décor. Le drap ancien est un corps autre qui donne à sentir l'hier « introuvable » autrement. Un hier joyeux aux yeux de l'artiste. Car ce drap/temps côtoie dans la toile des couleurs vives, claires, ouvertes. On y voit un voisinage coloré à dessein, où le produit montre un profit double, mutuel et d'aspect vieux avec toutes ces couleurs, originales et celles ajoutées.
De même, l'aspect vieillot et la teinte quelque peu brunie observée dans la toile finie, dialogue avec des arbres rendus par des lignes comme autant de fils tissés. Une interconnexion salutaire qui donne alors sens à cet alliage du passé de vie palpée par l'air du mouvant et d'art qui répond à cette effusion en rendant le tout à portée de ce qui demeure. Le tableau où un drap ceinture un tableau transversalement comme pour l'embrasser est plus que significatif. La joie nostalgique en ressort flagrante.
L'être vert
Il y a aussi l'expérience de l'imagination des êtres, femmes ou êtres à allures humaines, pris dans certaines situations qui interrogent le regard. C'est fait dans la même veine qui irrigue le souffle créatif. L'artiste met en scène un être, non un personnage ni une figure simple, doté d'un corps (tête et tronc) qui répond au monde, en existant de profil et en ayant le bas sans pieds, mais prolongement indissociable de la terre/vie/racine. Il est une multitude de couleurs où dominent le vert et la sève. Mais aussi un personnage féminin bien défini, vu de profil (encore une fois) à la chevelure abondante et tombante, mais dont la coloration est verdâtre jaunâtre, de ce mélange de feuilles automnales hésitant entre les saisons, à la frontière des temps de métamorphose, dans l'humidité de la terre nourricière. Surtout que dans la même toile, il y a un drap ajouté dont elle caresse les fils qui pendent vers le bas. On est face à la jointure, rendue efficacement, de ce qui a été et ce qu'il y a, comme un hommage effectif au legs laissé.
L'expérience antérieure de l'artiste était caractérisée par un penchant pour ce même ton de couleurs. Elle les usitait en de larges aplats vifs, francs et d'un charme réel dans des formes tirant vers ce qui est arrondi et sinueux. La voilà qu'elle réemploie ce ton dans une composition où il devient un élément crucial de l'idée de la célébration du passé vivant dans le présent de la vie en marche, si j'ose dire.
C'est un actuel, un trait contemporain créant son appartenance à ce qui unifie d'essence et non d'acquis. Créer ressemble suivant ce constat à une démarche de résurrection des signes ancestraux dans un levier des temps qui courent. Cela s'appelle de l'authenticité. Elle est autant liée aux signes qu'à la terre. La femme du tableau cité ci-haut est plus proche de l'arbre et des feuilles vertes, elle incarne dans sa position de dévotion (elle a les yeux fermés) cet attachement comme si elle est enracinée dans la terre. Mémoire et terroir se joignent ainsi comme thème dans l'œuvre de Nadia Ouchatar.
L'artiste imagine autant avec la couleur alliée aux différents ajouts de matières pour assumer son monde. Dans un abstrait des fois, et dans un demi-abstrait d'autres fois, avec une touche d'un réalisme effleuré. Sans oublier, le côté installation : car les draps utilisés sont réels eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.