Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Renault, Nissan et Mitsubishi Motors font de l'électrique le nouveau ciment de leur alliance    Projets de développement social et humain : l'Agence Bayt Mal Al Qods débourse un million de dollars    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    CAN 2021 : Le drame du stade d'Olembé, principal événement des huitièmes    CAN 2021 / Les Comoriens, les plus valeureux, les plus sympathiques en huitièmes !    Infantino affirme qu'un Mondial biennale pourrait empêcher la mort de migrants, ses propos choquent    CAN 2021 : Sofiane Boufal complète sa métamorphose avec coach Vahid    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Santé : un nouveau centre de santé à Sidi Moumen    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    USFP : les demandes de report et suspension rejetées, le 11e congrès maintenu    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers de Casablanca, Settat et Berrechid (ONEE)    Météo: fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces du Royaume    Lancement du MCRDV pour encourager la recherche scientifique agricole    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    La Bourse de Paris recule après la Fed    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ESPAGNE À LA FOIS JUGE ET PARTIE
Publié dans Albayane le 16 - 06 - 2021


RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN
PAR MOHAMMED LOULICHKI
La résolution adoptée par le Parlement européen, le 10 juin 2021, fera certainement date dans l'histoire contemporaine des relations Maroco-espagnoles et, par ricochet, des relations avec l'Union européenne. Elle risque, par ses conséquences politiques et diplomatiques, d'impacter négativement et à long terme les rapports entre le Maroc et l'Espagne et de limiter les ambitions attachées de part et d'autre de la Méditerranée au renforcement du partenariat entre les deux rives occidentales de la Méditerranée.
Le résultat du vote et les prises de positions adoptées par les différents groupes feront sans doute l'objet d'une minutieuse évaluation de la part des autorités marocaines qui ne manqueront pas d'en tirer les conclusions servant le mieux les intérêts du Royaume.
Voyons d'abord les faits. Tout a commencé par la décision des autorités ibériques d'admettre, le 21 avril 2021, sous un faux nom et avec un passeport diplomatique algérien le chef du polisario Brahim Ghali pour traitement de Covid-19. Compte tenu de la qualité des relations entre les deux pays liés depuis 1991 par un Traité d'Amitié et de bon voisinage et l'étroite coopération tissée à travers des décennies, le Maroc a considéré qu'il était en droit d'être informé en toute transparence par le partenaire espagnol.
L'arrivée, le 17 mai, de plusieurs jeunes marocains dans l'enclave occupée de Sebta a été interprétée par les autorités espagnoles comme "un moyen de pression" utilisé par le Maroc pour faire juger Brahim Ghali devant les tribunaux espagnols pour violation des droits de l'Homme et inciter les Espagnols à modifier leur position sur le différend régional autour du Sahara marocain. La corrélation ayant été ainsi établie, l'Espagne s'est attelée à mobiliser les instances européennes et à passer une résolution pour conforter sa position et tenter de perturber les rapports du Maroc avec l'Union européenne.
Cette résolution, dans laquelle l'Espagne est à la fois juge et partie, n'est pas dirigée contre un pays lointain situé en dehors de la sphère d'intérêt de l'Union mais contre le pays le plus proche de l'Europe, le plus engagé dans la gestion des défis communs et le plus ambitieux dans son désir d'intensifier ses rapports avec l'ensemble européen.
Un examen rapide des principales dispositions de ce texte montre que même si l'organe législatif européen a tenté d'atténuer le langage du projet initial en en retirant des expressions outrancières et attentatoires qui projetaient de "condamner dans les termes les plus forts le chantage du Maroc "et en se félicitant – non sans avoir essayé de la relativiser au niveau du Préambule – de l'initiative Royale de rapatrier les mineurs non accompagnés dûment identifiés se trouvant en situation irrégulière en Europe, la résolution adoptée représente, au-delà de la logique arithmétique, un acte hostile dont le but ultime est de provoquer le Maroc, d'alimenter la controverse et de compliquer toute possibilité de sortie de crise.
Le texte suscite de multiples interrogations et observations sur son timing, son orientation, sa formulation et ses sous-entendus. Au niveau du titre, tout d'abord, au lieu de placer son action dans le contexte et la dynamique positive des relations de partenariat maroco-européennes, la résolution a adopté le libellé provocateur de "Violation de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant et d'instrumentalisation des mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire à Ceuta (Sebta)". La démarche est claire, celle de l'internationalisation d'une crise diplomatique purement bilatérale et le ton est donné, celui d'une tentative d'incrimination, de culpabilisation et de stigmatisation ("Naming and Shaming") du Maroc sur un sujet porteur et facilement mobilisateur au sein du Parlement européen, celui des droits de l'Homme.
L'Espagne a bâti son argumentaire devant le Parlement européen sur des supposés manquements par le Maroc à ses obligations en vertu de la Convention du 20 novembre 1989 sur les droits de l'enfant et du droit international. Tout le monde sait que ce genre de conventions donne lieu à une évaluation régulière des performances de chaque Etat partie durant laquelle les experts indépendants des Nations unies prennent acte des progrès accomplis et identifient les domaines où ledit Etat doit faire des progrès. Du dernier dialogue que le Maroc a eu avec l'ONU sur la convention concernant les droits de l'enfant la résolution européenne n'a retenu que ce qu'elle a appelé " les manquements". Si l'on suivait cette logique sélective on pourrait s'arrêter au passage suivant du débat entre l'Espagne et le Comité sur les droits de l'enfant lorsqu'il a examiné, en 2018, les cinquième et sixième rapports de ce pays se rapportant justement aux enfants de Sebta et Mellilia. Il y est dit en particulier que "le Comité est très préoccupé par le grand nombre de plaintes déposées par ces enfants au titre du troisième Protocole facultatif à la Convention et concernant plus particulièrement des actes de violence commis sur des mineurs dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla et leur renvoi automatique vers le Maroc au mépris de la Convention de 1951 sur les réfugiés. Le Comité a également déploré les conditions d'accueil dans les centres pour migrants de ces deux enclaves, où les mineurs retenus sont exposés à des risques pour leur santé voire leur intégrité physique".
Au-delà du contenu de cette résolution, la question fondamentale qui se pose est celle de savoir si le Parlement européen est compétent pour juger la performance du Maroc quant au respect de la convention précitée ? la réponse est clairement non. En effet, si l'on considère la pratique conventionnelle, notamment en matière des droits de l'Homme, on constate que les Etats parties à un instrument de cette nature sont comptables, soit devant des mécanismes des traités auxquels ils sont tenus de présenter des rapports périodiques prévus par ces traités, soit devant le Conseil des droits de l'Homme par le biais de l'Examen périodique universel. Aucun autre organe n'est habilité à se prononcer sur le suivi et le respect de ces instruments internationaux.
Si l'on exclut les discussions périodiquement engagées sur les droits de l'Homme entre le Maroc et l'Union européenne dans le cadre de leur dialogue stratégique, on ne voit pas comment le Parlement européen pourrait se substituer aux mécanismes conventionnels internationaux et statuer sur la violation ou non par le Maroc de ses obligations par rapport à ladite Convention. En outre, le Maroc n'étant pas un membre de l'Union européenne, la résolution ne le concerne pas et ne saurait lui être opposable, en application du principe général de la relativité des traités.
Dans sa présentation des faits, le Parlement européen prend ouvertement fait et cause pour l'Espagne sans aucune nuance ni effort de comprendre les causes profondes de la crise ou d'évaluer ses conséquences sur l'ensemble de la Région. Toute la résolution a été conçue de manière à occulter la vraie raison de la crise en détournant l'attention vers une soi-disant violation par le Maroc d'une Convention internationale. Si le souci du Parlement européen était la protection des droits de l'Homme, il aurait dû dénoncer la complicité des autorités espagnoles pour faire admettre Brahim Ghali dans l'espace Schengen alors qu'il est accusé de violations des droits de l'Homme à l'encontre de citoyens marocains et espagnols.
Pour se dispenser d'un tel inventaire, le Parlement européen se contente d'énoncer que "quels que soient les motifs qui ont présidé à l'apparition de la situation actuelle à Ceuta, c'est un incident injustifiable". Ensuite, en passant du constat à la mise en accusation, la résolution soutient que "la police marocaine a assoupli temporairement les contrôles aux frontières, ouvert les barrières et négligé de prendre des mesures pour arrêter les entrées illégales". Et, faisant la part belle à l'Espagne, le même Parlement conclut "que l'intervention humanitaire des forces armées et de sécurité espagnoles, des ONG et des citoyens de Ceuta a empêché que ne se produise une véritable tragédie". Non seulement l'Espagne se trouve exonérée de toute responsabilité mais elle est présentée comme le sauveur et le bienfaiteur des mineurs marocains.
Les promoteurs de la résolution ne se sont pas limités à bâtir la totalité de leur résolution autour des droits des mineurs. Ils ont cru bon d'inclure des considérations liées à l'intégrité territoriale de l'Espagne et à la question du Sahara marocain. S'agissant du premier point, il est bien connu que lorsqu'un Etat est admis à l'Union européenne, celle-ci accepte le nouveau membre dans les frontières que celui-ci indique sans discuter ou cautionner les limites de ces frontières. Il sied de rappeler qu'à la veille de l'entrée de Madrid dans l'Union, le Maroc a tenu à consigner auprès des instances européennes sa position constante et bien connue sur le statut de ces enclaves et sa revendication permanente pour leur recouvrement avec les îles avoisinantes. Invoquer l'intégrité territoriale pour l'Espagne et l'ignorer lorsqu'il s'agit du Maroc n'est, ni plus ni moins, qu'une provocation inutile. Il suffit de jeter un coup d'œil sur une carte pour se rendre compte laquelle des deux intégrités territoriales est vraiment en jeu lorsqu'il s'agit de Sebta et Melilla, deux séquelles des Conférences de Berlin et d'Algésiras d'il y a presque deux siècles.
Quant à la mention relative au Sahara marocain, elle reflète une position qui paraît aujourd'hui dépassée par les nouveaux développements politiques et diplomatiques qui interpellent les partenaires du Maroc, à commencer par l'Union européenne, pour sortir enfin de leur ambivalence et se déterminer clairement par rapport à la solution politique, démocratique et de compromis proposée par le Maroc.
En remontant les péripéties de cette crise, on ne peut pas ne pas éprouver de l'étonnement face à la précipitation avec laquelle le Parlement européen a été amené à endosser, en l'espace de quelques jours, une "résolution d'urgence" (fast Track) aussi lourde de conséquences pour les rapports entre les deux rives de la Méditerranée. Elle s'explique aisément par la volonté de l'Espagne de priver le Maroc du temps suffisant pour défendre sa position auprès des membres du Parlement européen et de faire ainsi échec à la manœuvre espagnole.
On aurait espéré, de la part de l'instance européenne, un minimum d'impartialité, de pondération et de retenue qui lui aurait permis de jouer un rôle de médiation et de conciliation entre un de ses membres et un partenaire doté d'un "Statut avancé ». C'est sans doute pour couper court à cette perspective que l'Espagne a emprunté la procédure urgente pour faire passer cette résolution dont l'adoption a réduit les chances d'une telle médiation et risque de prolonger la tension dans les rapports entre les deux pays voisins.
Une crise comme celle que traversent aujourd'hui les relations maroco-espagnoles ne peut pas être réglée à travers les déclarations et les mises au point. Sa résolution et sa non réédition passent par une explication franche et directe entre les deux Royaumes, dans le cadre d'un dialogue serein et responsable abordant l'ensemble du contentieux entre les deux voisins et débouchant sur une relance de la coopération bilatérale sur des bases saines, équitables et dans le respect mutuel qui devrait toujours prévaloir entre deux Etats souverains et égaux. Ceci requiert, avant tout de la part de l'Espagne et de l'Europe, un changement de mentalité et de perception pouvant contribuer à l'instauration de nouvelles relations basées sur la reconnaissance et le respect de l'Histoire, de l'identité et des intérêts supérieurs du partenaire marocain.
Il est à espérer que l'exécutif européen puisse, nonobstant le caractère non contraignant de la résolution, entreprendre dans les jours qui viennent des initiatives pouvant aider à renouer le dialogue, rétablir la confiance entre le Maroc et l'Espagne et éviter toute action ou prise de position susceptibles d'envenimer l'atmosphère ou de compliquer davantage le différend bilatéral.
Encadré
Mohammed Loulichki a une longue et riche carrière diplomatique de plus de 40 ans, il a été ancien ambassadeur du Royaume auprès des Nations Unies ainsi que Président du Conseil de Sécurité. En plus d'avoir été Ambassadeur du Maroc auprès de plusieurs pays, M. Loulichki a assuré la présidence du Groupe de Travail sur les Opérations du maintien de la Paix du Conseil de Sécurité (2012) et celle du Comité contre le Terrorisme du Conseil de Sécurité (2013). Il a été également vice-président du Conseil des Droits de l'Homme (2006-2007), et président du Comité National de suivi sur les questions nucléaires (2003-2006).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.