Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Le gouvernement espagnol saisit le parquet après une manifestation raciste    Conseil national du PJD : les islamistes entre le déni et le refus de toute autocritique    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    CIH Bank: forte hausse des bénéfices semestriels    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Olives noires : Le Maroc augmente ses exportations et détrône l'Espagne    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    Afghanistan / Téhéran : la présence de Daech constitue un danger    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce dimanche 19 septembre    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Meeting de Kip Keino d'athlétisme: Soufiane El Bakkali remporte le 3.000m steeple    Coupe de la CAF : Les FAR se qualifient au 2ème tour    Botola Pro D1 / DHJ-HUSA (2-1) : Démarrage sur les chapeaux de roue !    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique
Publié dans Albayane le 04 - 08 - 2021


Au large des Emirats arabes unis
Le « potentiel détournement » d'un navire au large des Emirats arabes unis s'est terminé sans dommage, a annoncé mercredi l'agence de sécurité maritime britannique UKMTO, six jours après une attaque meurtrière contre un pétrolier dans le Golfe.
Les personnes qui étaient montées à bord « ont quitté le navire », ce dernier est « en sécurité » et « l'incident est fini », explique l'UKMTO (United Kingdom Maritime Trade Operations) sur son compte Twitter.
La veille, cette agence qui dépend de la marine britannique avait rapporté un « potentiel détournement » localisé à environ 60 milles nautiques (environ 110 km) de l'émirat de Fujairah, membre de la fédération des Emirats arabes unis, pays pétrolier du Golfe.
L'UKTMO avait recommandé aux navires transitant dans la zone de faire preuve d'une « extrême prudence », et la Maison-Blanche avait jugé la situation « très inquiétante ».
Mercredi, une source au sein de la sécurité maritime omanaise a confirmé avoir reçu des informations selon lesquelles le navire avait été impliqué « dans un incident de détournement dans les eaux internationales dans le Golfe d'Oman ».
Les forces aériennes du Sultanat survolent les alentours du site de l'incident, où des navires de la Marine ont aussi été dépêchés pour « contribuer à la sécurisation des eaux internationales dans la région », a ajouté la même source, citée dans un communiqué du ministère de la Défence.
Le navire concerné, qui bat pavillon panaméen et s'appelle « Asphalt Princess » selon des analystes de Dryad Global, se rendait à Sohar — un port du nord du sultanat d'Oman, pays voisin des Emirats et séparé de l'Iran par le détroit d'Ormuz — avec de l'asphalte et du bitume à son bord, d'après le site spécialisé MarineTrafficz.
La revue maritime Lloyd's List avait indiqué mardi que des hommes armés avaient embarqué sur le navire et lui avaient ordonné de faire route vers l'Iran.
Richard Meade, rédacteur en chef de Lloyd's List, avait déclaré au Times: « des forces armées ont abordé le navire (…) et le dirigent vers l'Iran ».
Cet incident, survenu non loin de l'embouchure du détroit d'Ormuz, par où transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde, intervient après une attaque le 29 juillet contre un pétrolier géré par la société d'un milliardaire israélien, Eyal Ofer, qui a fait deux morts: un ressortissant britannique et un ressortissant roumain.
Le pétrolier, attaqué par des « drones explosifs », selon Washington, a jeté l'ancre mardi au large de Fujairah.
Israël, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Roumanie ont accusé Téhéran d'avoir mené l'attaque, mais l'Iran a démenti tout lien avec cette attaque.
Mardi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a affirmé que « la publication d'informations sur des incidents successifs liés à des bateaux dans le Golfe persique et en mer d'Oman est totalement suspecte ».
Dans un communiqué sur Twitter, il a mis en garde contre « la création d'une situation faussée à des fins politiques », réaffirmant « la disposition de l'Iran à apporter toute aide en cas d'accidents maritimes » dans la zone.
L'Iran a prévenu qu'il riposterait à tout « aventurisme » après des menaces de représailles israélienne et américaine.
Concernant le dernier incident en date, les Etats-Unis se sont gardés pour l'instant de désigner des responsables. « Nous avons observé un comportement belliqueux très préoccupant de la part de l'Iran, y compris dans le domaine maritime. (…) En ce qui concerne cet incident, il est toutefois trop tôt pour avancer une explication », a déclaré le porte-parole du département d'Etat Ned Price.
Le Golfe a connu ces dernières années plusieurs attaques de navires attribuées à la République islamique d'Iran, régulièrement accusée de menacer la liberté de navigation.
Ces tensions interviennent alors que le huitième et nouveau président de la République islamique, l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi, est entré en fonctions mardi, succédant au modéré Hassan Rouhani. Il devra s'atteler à redresser une économie minée par les sanctions américaines et la crise sanitaire, et relancer les pourparlers pour sauver l'accord international sur le nucléaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.