Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un septembre automnal à Paris
Publié dans Albayane le 27 - 09 - 2021


Par M'barek Housni
Le début de l'automne à Paris a une unicité qui est elle-même unique. Il est une affaire de mots avant d'être une saison parmi tant d'autres. Il est inventé par les poètes et non pas par la nature qui se contente d'assurer sa venue, sans nulle intention autre que de garantir la bonne marche du temps. Ce bon vieux temps qui ne s'ennuie jamais de répéter sa ronde. Ainsi, par l'intervention des poètes, ce début de ce qui commence, alors qu'il recèle une fin, se fait sentir dans une ambiance urbaine, qui semble créée pour lui servir de lit de jaillissement. C'est-à-dire lui offrir son drap tangible.
À chaque installation de cet automne donc, ce sont des poèmes qui surgissent et lui ouvrent la porte. Alors, on exécute un volte-face tremblant sur soi-même, on marque un arrêt inattendu, c'est-à-dire poétique, et on le scrute dans les mailles des strophes ancrées dans la mémoire. Il y a les feuilles éternisées par Guillaume Apollinaire : « Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs/Les fruits tombant sans qu'on les cueille/Le vent et la forêt qui pleurent/Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille/Les feuilles qu'on foule/Un train qui roule/La vie s'écoule ». Il faut se trouver au jardin du Luxembourg pour consentir au poids évocateur de ce poème sorti directement des brises mi-froides, mi-chaudes qui murmurent sous la légèreté des habits tout autour du corps foulant les allées jonchées de feuilles orangées et rongées par la fatalité de l'ultime bout de la vie apparente. Et comme pour produire à cette dernière impression sa réalité, ces feuilles épousent timidement les marges des sentiers et des routes, et les allées peu fréquentées des parcs. Situé au cœur de Paris des écrivains et des artistes, son automne précoce colorie peu à peu les feuilles de ce jaune brun qui, en plus de rejoindre la terre proche, certaines s'attardent un peu sur les têtes des statues attenantes, comme pour s'accrocher dans un dernier soupir à l'éternité de la pierre des illustres personnages sculptés pour la mémoire.
Ensuite, l'écrivain Francis Carco survint devant les yeux impérativement lorsqu'ils embrassent dans leur chemin visuel vers les hauteurs bleues les arbres avec son poème intitulé l'arbre : « Un arbre tremble sous le vent,/Les volets claquent./Comme il a plu, l'eau fait des flaques./Des feuilles volent sous le vent/Qui les disperse/Et, brusquement, il pleut à verse ». Lui, ce sont les arbres mouillés dans leur défi aux vents qu'il pointe par ses rimes, et une image de la pluie qui se disperse en petites présences plates et mouvantes. Et ça ne serait que dans ce vieux Montmartre, là où la butte s'accroche aux escaliers escarpés et aux pavés glissants. Le Paris de ce coin flaire l'entrée lente de l'automne de loin.
Et que dire du géant Baudelaire dont « le chant d'automne » avec ces vers : « Pour qui ?– C'était hier l'été ; voici l'automne !/Ce bruit mystérieux sonne comme un départ », vers inspirés par un Paris qui est miroir du spleen profond, l'automne qui teinte plutôt l'âme et la sépare des désirs impérieux. En foulant quelques trottoirs du côté de l'île de Saint-Louis, là où il a vécu, ou en s'arrêtant un moment sur le pont de la Tournelle, les immeubles inclinés sur les cimes des arbres, semblent bruire de toute la mélancolie délicieuse des jours qui, avant de fuir, sont l'image d'un Paname de rêve, de nostalgie et de cette tristesse tout enduite de douceur. Nulle contradiction ici, car cette tristesse est directement liée à la pensée de la condition de l'homme pris au piège de sa disparition qui est vision disputée inlassablement sur l'écran du quotidien. Ce qu'on appelle mélancolie. Il faut frapper, pour s'en convaincre à la porte de deux autres géants de la poésie.
D'abord Arthur Rimbaud qui se demandait dans sa sainte colère juvénile, mais intemporelle : « L'automne, déjà ! – Mais pourquoi regretter un éternel soleil, si nous sommes engagés à la découverte de la clarté divine ». Oui, cette saison est la seule à poser question, à susciter le retour sur soi et dans ce Paris autour de la place Pigalle où il est arrivé à la mi-septembre de 1871. Il était donc reçu par un début d'automne qu'il avait déjà senti frissonner par les mots. Ce fut pour lui le début d'une série de combats de tiraillements et une descente dans la vie en compagnie d'artistes et de poètes. La clarté divine, l'a-t-il rencontrée ? Cet automne-là sonnera comme une découverte contre l'innocence poétique première, chute dans le conflit, qui va aboutir au renoncement à l'écriture. Mais Paris lui édifiera après cet automne le piédestal en bonne place. Il avait vu, après cet automne ! Lui le voyant !
Le deuxième est ce bon Verlaine. Comment ne pas voir ressurgir sa « Chanson d'automne » : « Les sanglots longs/Des violons/De l'automne/ Blessent mon cœur/D'une langueur/Monotone./Tout suffocant/Et blême, quand/Sonne l'heure,/Je me souviens/Des jours anciens/Et je pleure/Et je m'en vais/Au vent mauvais/Qui m'emporte/Deçà, delà,/Pareil à la/Feuille morte ». Un automne des pleurs et des départs, d'un poète clochard vers la fin après avoir frôler les cieux sublime de la création heureuse, qui avait eu bien des chances meilleures, mais que la poétique perd. On ne peut que visiter à pieds le quartier des Batignolles où a commencé sa vie parisienne et où elle a fini dans son cimetière. Comme pour lui donner raison, cette portion de la ville lumière fournit les plus belles photos de la saison.
Que serait l'automne si ces poètes dans ce Paris éternel n'ont pas existé ? Que serait-il en dehors de ces chants et chansons écrits à la musique inégalable et éternelle ? Moins de vie, quasiment un désert sentimental et un gouffre où l'espérance d'une vie renouvelée dans les tripes ne serait qu'un vague vide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.