L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Abderrahmane Benbouzid : euphémisme ministériel face aux victimes du Covid    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 3 août 2021 à 16H00    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    Chèques : Légère hausse des incidents de paiement en 2020    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits
Publié dans Aldar le 19 - 06 - 2021

Les femmes au Qatar vivent sous un système de « discrimination profonde » – dépendantes des hommes pour obtenir la permission de se marier, de voyager, de poursuivre des études supérieures ou de prendre des décisions concernant leurs propres enfants, selon un nouveau rapport.
Des règles opaques sur la tutelle masculine laissent les femmes sans libertés fondamentales, selon Human Rights Watch (HRW), qui a analysé pour la première fois le fonctionnement du système dans la pratique.
Les Saoudiennes s'efforcent de mettre fin aux tuteurs masculins sur Twitter
Lire la suite
Les chercheurs ont examiné 27 lois couvrant le travail, le logement et le statut et ont découvert que les femmes doivent obtenir la permission de leurs « tuteurs » masculins – pères, frères, oncles et maris – pour exercer de nombreux droits fondamentaux. Ils ne peuvent pas être les principaux gardiens de leurs enfants, même s'ils sont divorcés ou si le père des enfants est décédé. Si l'enfant n'a pas de parent masculin pour agir en tant que tuteur, le gouvernement assume ce rôle.
Le gouvernement qatari a déclaré que les comptes rendus du rapport étaient « inexacts » et ne représentaient pas vraiment les « lois ou politiques constitutionnelles » du pays. Dans un communiqué, ils ont promis d'enquêter sur tous les cas mentionnés et de poursuivre quiconque aurait enfreint la loi.
Les femmes interrogées pour le rapport ont décrit comment leurs tuteurs leur ont refusé l'autorisation de conduire, de voyager, d'étudier, de travailler ou d'épouser quelqu'un de leur choix. Certains ont expliqué comment cela avait affecté leur santé mentale, contribuant à l'automutilation, à la dépression, au stress et aux pensées suicidaires.
« Les filles sont [constamment] en quarantaine », a déclaré une femme. « Ce que le monde entier vit maintenant, c'est la vie normale des filles au Qatar. »
Rothna Begum, chercheuse sur les droits des femmes à HRW, a déclaré que l'étude était motivée en partie par la nécessité de clarifier la législation.
« Le gouvernement du Qatar ne veut pas que les femmes connaissent les règles », a-t-elle déclaré. « Ils veulent que les hommes aient le pouvoir et le contrôle. Donc, si les lois sont modifiées, le gouvernement n'informe pas les femmes et lorsqu'il introduit des restrictions, il ne le leur dit pas clairement non plus. Ces lois existent d'une manière néfaste et les femmes doivent fonder leurs décisions sur l'hypothèse qu'elles doivent obéir aux hommes.
« On demande souvent aux femmes d'avoir la permission d'un tuteur masculin même si ce n'est pas écrit dans les règlements. Ainsi, le gouvernement nous a dit que les femmes n'avaient pas besoin de la permission des hommes pour travailler, mais dans de nombreux emplois gouvernementaux, les RH [départements des ressources humaines] disaient : « Montrez-nous une lettre d'un homme.
« Ou, la loi sur les passeports dit qu'une femme peut obtenir son propre passeport, mais il y a eu des cas où les autorités disent qu'un père doit approuver la demande », a déclaré Begum.
« Il n'y a pas de lois anti-discrimination au Qatar, aucune agence à laquelle vous pouvez vous adresser si vous voulez vous plaindre. Il n'y a pas d'organisations de défense des droits des femmes qui puissent surveiller la façon dont les femmes sont traitées ou demander des comptes au gouvernement. »
Les femmes ont déclaré avoir été invitées à fournir une preuve de mariage pour accéder à certains soins de santé sexuelle et reproductive, aux soins prénatals, aux échographies vaginales et aux tests de frottis.
Même là où elles menaient une vie « privilégiée », les règles de tutelle laissent les femmes traitées « comme des enfants », a déclaré « Lolwa », 44 ans, dont le père a accepté de la laisser conduire quand elle avait 33 ans. « Quand je travaille dans mon travail, je suis celui qui signe les contrats. Je suis traité comme un adulte d'un côté mais de l'autre, je ne suis pas un adulte.
Les droits humains dans l'Etat du Golfe font l'objet d'une attention internationale soutenue depuis que le Qatar a été choisi pour accueillir la Coupe du monde 2022.
Révélé : 6 500 travailleurs migrants sont morts au Qatar depuis l'attribution de la Coupe du monde
Lire la suite
Le mois dernier, une enquête du Guardian a rapporté que plus de 6 500 travailleurs migrants originaires d'Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka étaient morts au Qatar depuis l'annonce de la décision de la Coupe du monde en 2010.
Il y a eu quelques réactions contre la discrimination fondée sur le sexe, mais les femmes ont du mal à s'exprimer.
Noof al-Maadeed a décidé de quitter le Qatar après des années de violence domestique et de restrictions : « [J'étais] seulement autorisé à aller à l'école et à en revenir. Tout le reste [et je pouvais] m'attendre à une raclée », a-t-elle déclaré. Mais les règles du gouvernement qatari interdisent aux femmes célibataires de moins de 25 ans de voyager à l'étranger sans l'autorisation de leur tuteur masculin.
Ainsi, en novembre 2019, alors âgée de 21 ans, Maadeed a pris le téléphone de son père et a utilisé l'application Metrash du gouvernement pour traiter un permis de sortie. Elle a ensuite grimpé par la fenêtre de sa chambre pour se rendre à l'aéroport. Avec son permis, elle s'est d'abord rendue en Ukraine, puis au Royaume-Uni, où elle a demandé l'asile.
After Saudi Arabia reformed its own system of male guardianship, some women in Qatar tried to protest against theirs by using an anonymous social media account. Within 24 hours the authorities had shut it down.
When Maadeed went public about her escape, discussions began again on social media about women's rights. In January 2020, Qatar responded by lifting the requirement on women to have a guardian's permission to obtain driving licences.
Begum said she believed change would come through international pressure, as well as changing attitudes within Qatar.
"I am optimistic because women have been vocal. Women are sick of it, younger women are very frustrated and this is a modern country, women are highly educated in many cases. With the World Cup coming, there will be a lot of focus on rights there, exposure will help."
The Qatari government told the Guardian it wanted to build on progress made in incorporating women into the highest levels of politics and other professional fields, and said Qatari women held senior posts in many areas and achieved the highest levels of education.
A spokesperson for the Qatari government said: "Gender equality and female empowerment are central to Qatar's success and vision. Qatar is an outspoken advocate for women's rights at home and abroad. The Human Rights Watch report inaccurately portrays Qatar's laws, policies and practices related to women. The accounts mentioned in the report are not aligned with our constitution, laws or policies. The government will investigate these cases and prosecute anyone who has broken the law."
In a written response to HRW, the government disputed the claims and said that women could act as guardians to obtain passports or ID cards for their children, that women did not need permission to accept a scholarship or to work at ministries, government institutions or schools and that guardian approval was also not required for educational field trips at Qatar University.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.