Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Ligue des champions: Le WAC s'incline à Pretoria    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Le Groupe BCP lance l'application «Atlantique Mobile» pour son réseau subsaharien    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    Aujjar rend hommage aux victimes du génocide rwandais...Et à Paul Kagamé.    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    «Le Maroc a signé «approximativement» toutes les conventions sur les droits d'auteur»    Donald Trump, le show et le chaos    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A bâtons rompus : Al-Quissi : «Jean-Claude Van Damme m'a offert ma chance»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 07 - 2007

ALM : Comment Abdelkrim Al-Quissi est passé de la boxe au cinéma ?
Abdelkrim Al-Quissi : Dès l'âge de 12 ans, j'ai commencé à pratiquer la boxe anglaise. Grâce à ce sport, j'ai fait la connaissance de pas mal de personnes, surtout à travers la participation aux différents tournois internationaux. Cela a déclenché une amitié avec une jeune personne qui allait faire avec moi un long parcours, tout en pratiquant le karaté. C'était Jean-Claude Van Damme, dont on a découvert les talents artistiques au cinéma. C'était grâce à notre ami Paul Van Damme, qui est notre parrain sportif. Ce dernier, quand nous étions encore petits, nous donnait de l'argent pour acheter nos équipements sportifs.
Et puisque Jean-Claude avait une «gueule» de cinéma, il a tenté une aventure cinématographique avec mon frère, Mohamed. Il a rempoté un vif succès et n'a jamais oublié ses amis. Il m'a invité à participer à un casting pour son film «Full contact» en 1989 et m'a offert une chance. Je me trouvais avec dix-sept Américains, tous habitués à ce genre de «show». Je croyais que je n'avais aucune chance avec des comédiens de Hollywood aux corps et aux visages d'enfer.
Ce n'était pas l'avis de Sheldon Lettich, un grand réalisateur de cinéma d'action, qui m'a choisi sur le champ pour jouer le rôle d'Attila. C'est alors que j'ai entamé ma carrière cinématographique. Depuis, j'ai joué, en 1995, dans «Le grand tournoi» du réalisateur John Woo.
Un film d'action regroupant les meilleurs combattants venus du monde entier pour dominer les combats à primes. Par la suite, en 2002, j'ai joué dans «L'ordre» avec Charlton Heston. C'était un film de Sheldon Lettich. En parallèle, j'ai joué des rôles dans plusieurs séries.
Depuis un certain moment, il semble que vous vous êtes éloigné du cinéma pour vous occuper d'actions politiques et sociales. Avez-vous changé de cap ?
Je vais passer derrière la caméra pour réaliser mon propre film. C'est une production belgo-marocaine aux normes de Hollywood. Il y aura beaucoup d'actions, de suspense, d'amour et d'humour.
Le film sera entièrement tourné au Maroc avec quelques passages en Belgique. L'histoire se déroule dans une petite médina aux portes du désert. Dans cette localité, tout le monde vit tranquillement jusqu'au jour où un événement perturbateur modifiera la donne. Huit personnes d'horizons différents vont se retrouver dans cette médina.
L'important dans l'histoire, c'est qu'elle sert à diffuser des messages de tolérance, de respect de soi et de l'autre, de ténacité face au désespoir, de bravoure face à la cupidité. Elle met aussi en évidence les liens de loyauté tissés entre l'homme et le cheval.
Qui joue dans le film et pourrait-on le voir bientôt ?
Plusieurs comédiens nationaux et arabes seront présents dans des rôles essentiels.
Le rôle principal sera assumé par Omar Charif. Ce sera, peut-être, son dernier film. Je suis en contact avec lui pour lui proposer le scénario. Cela se fera dans les prochains jours. Je suis en phase finale pour le bouclage financier. Par ce film, je veux démontrer que le Maroc offre une diversité de paysages et de couleurs, sans qu'il soit pour autant récompensé par les grosses productions.
Au-delà de l'importance de ce film et du côté artistique, il semble que l'élan de développement que connaît le Maroc vous tente aussi.
Le cinéma peut contribuer de manière positive à faire connaître notre pays. On parle de plus en plus du tourisme comme vecteur de développement.
Et dans ce domaine, l'art joue un rôle capital. Multiplier les festivals, produire de grands films, réaliser des chefs-d'œuvre musicaux représentent des facteurs de développement. Les médias sont aussi une force de valorisation ou de destruction de tout un pays. Le Maroc a besoin d'être médiatisé de la meilleure manière. Le cinéma international s'intéresse au Maroc, car il y trouve les atouts adéquats : les paysages, les acteurs, les figurants… Nous avons un véritable studio naturel. Alors qu'ailleurs, il faut tout construire… même la lumière ! Il faut y croire et expliquer, avec des dossiers bien ficelés, aux bailleurs de fonds, le cinéma au Maroc peut générer des gains.
Il faut que notre cinéma bouge et c'est ce que je suis en train de faire avec le film que j'entamerai prochainement. Je travaille sur ce projet depuis trois ans, et je suis en phase de trouver des personnes de valeur qui croient en ma conviction. Lorsque j'aurai fini avec ce film, on comprendra que le génie marocain est réellement créatif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.