Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A bâtons rompus : Al-Quissi : «Jean-Claude Van Damme m'a offert ma chance»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 07 - 2007

ALM : Comment Abdelkrim Al-Quissi est passé de la boxe au cinéma ?
Abdelkrim Al-Quissi : Dès l'âge de 12 ans, j'ai commencé à pratiquer la boxe anglaise. Grâce à ce sport, j'ai fait la connaissance de pas mal de personnes, surtout à travers la participation aux différents tournois internationaux. Cela a déclenché une amitié avec une jeune personne qui allait faire avec moi un long parcours, tout en pratiquant le karaté. C'était Jean-Claude Van Damme, dont on a découvert les talents artistiques au cinéma. C'était grâce à notre ami Paul Van Damme, qui est notre parrain sportif. Ce dernier, quand nous étions encore petits, nous donnait de l'argent pour acheter nos équipements sportifs.
Et puisque Jean-Claude avait une «gueule» de cinéma, il a tenté une aventure cinématographique avec mon frère, Mohamed. Il a rempoté un vif succès et n'a jamais oublié ses amis. Il m'a invité à participer à un casting pour son film «Full contact» en 1989 et m'a offert une chance. Je me trouvais avec dix-sept Américains, tous habitués à ce genre de «show». Je croyais que je n'avais aucune chance avec des comédiens de Hollywood aux corps et aux visages d'enfer.
Ce n'était pas l'avis de Sheldon Lettich, un grand réalisateur de cinéma d'action, qui m'a choisi sur le champ pour jouer le rôle d'Attila. C'est alors que j'ai entamé ma carrière cinématographique. Depuis, j'ai joué, en 1995, dans «Le grand tournoi» du réalisateur John Woo.
Un film d'action regroupant les meilleurs combattants venus du monde entier pour dominer les combats à primes. Par la suite, en 2002, j'ai joué dans «L'ordre» avec Charlton Heston. C'était un film de Sheldon Lettich. En parallèle, j'ai joué des rôles dans plusieurs séries.
Depuis un certain moment, il semble que vous vous êtes éloigné du cinéma pour vous occuper d'actions politiques et sociales. Avez-vous changé de cap ?
Je vais passer derrière la caméra pour réaliser mon propre film. C'est une production belgo-marocaine aux normes de Hollywood. Il y aura beaucoup d'actions, de suspense, d'amour et d'humour.
Le film sera entièrement tourné au Maroc avec quelques passages en Belgique. L'histoire se déroule dans une petite médina aux portes du désert. Dans cette localité, tout le monde vit tranquillement jusqu'au jour où un événement perturbateur modifiera la donne. Huit personnes d'horizons différents vont se retrouver dans cette médina.
L'important dans l'histoire, c'est qu'elle sert à diffuser des messages de tolérance, de respect de soi et de l'autre, de ténacité face au désespoir, de bravoure face à la cupidité. Elle met aussi en évidence les liens de loyauté tissés entre l'homme et le cheval.
Qui joue dans le film et pourrait-on le voir bientôt ?
Plusieurs comédiens nationaux et arabes seront présents dans des rôles essentiels.
Le rôle principal sera assumé par Omar Charif. Ce sera, peut-être, son dernier film. Je suis en contact avec lui pour lui proposer le scénario. Cela se fera dans les prochains jours. Je suis en phase finale pour le bouclage financier. Par ce film, je veux démontrer que le Maroc offre une diversité de paysages et de couleurs, sans qu'il soit pour autant récompensé par les grosses productions.
Au-delà de l'importance de ce film et du côté artistique, il semble que l'élan de développement que connaît le Maroc vous tente aussi.
Le cinéma peut contribuer de manière positive à faire connaître notre pays. On parle de plus en plus du tourisme comme vecteur de développement.
Et dans ce domaine, l'art joue un rôle capital. Multiplier les festivals, produire de grands films, réaliser des chefs-d'œuvre musicaux représentent des facteurs de développement. Les médias sont aussi une force de valorisation ou de destruction de tout un pays. Le Maroc a besoin d'être médiatisé de la meilleure manière. Le cinéma international s'intéresse au Maroc, car il y trouve les atouts adéquats : les paysages, les acteurs, les figurants… Nous avons un véritable studio naturel. Alors qu'ailleurs, il faut tout construire… même la lumière ! Il faut y croire et expliquer, avec des dossiers bien ficelés, aux bailleurs de fonds, le cinéma au Maroc peut générer des gains.
Il faut que notre cinéma bouge et c'est ce que je suis en train de faire avec le film que j'entamerai prochainement. Je travaille sur ce projet depuis trois ans, et je suis en phase de trouver des personnes de valeur qui croient en ma conviction. Lorsque j'aurai fini avec ce film, on comprendra que le génie marocain est réellement créatif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.