Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Sibari reçoit le prix Pablo Neruda
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 07 - 2004

Mohamed Sibari, écrivain hispanophone marocain a reçu ce lundi le prix Pablo Neruda pour l'ensemble de ses œuvres. Ce prix est un hommage à la littérature marocaine d'expression espagnole.
Le comité présidentiel Pablo Neruda relevant du ministère de la Culture du Chili, a décidé d'octroyer le prix Pablo Neruda à Mohammed Sibari. Cet écrivain natif de Larache a reçu ce prix lors d'une cérémonie organisée lundi par l'ambassade de Chili au Maroc. Cette cérémonie a été préparée à l'occasion du centenaire du célèbre poète Chilien, Pablo Neruda.
L'ambassadeur du Chili au Maroc, M. Alejandro Carvajal, s'est arrêté sur les significations de la célébration du centenaire de Pablo Neruda, relevant l'universalité de son oeuvre traduite en plus de 100 langues étrangères.
Dans une intervention à cette occasion, l'auteur marocain s'est dit fier d'obtenir un prix qui fait référence à l'originalité de l'œuvre du grand poète chilien. Rappelant le parcours exceptionnel de Pablo Neruda, Mohamed Sibari a souligné l'impact de cet écrivain sur les intellectuels du monde entier.
Mohamed Sibar est l'un des fondateurs de l'Association des Ecrivains hispanophones marocains. Il est également membre de plusieurs associations culturelles à Cadiz, Algésiras et Madrid. Né en 1943, cet auteur a été professeur d'espagnol à Larache, sa ville natale. Depuis sa tendre enfance, Mohamed Sibari aime écrire. Il est compté parmi l'un des premiers écrivains qui écrivent en langue espagnole. « Lorsque j'ai déposé mon premier roman en 1993 pour les droits d'auteurs, on m'a déclaré que j'étais le premier auteur à écrire des romans en langue espagnole », souligne Mohamed Sibari. Cette déclaration l'a surpris; il n'y a pas cru. Mais cela est vrai que l'on dénombre plus d'auteurs marocains d'expression française que d'auteurs marocains d'expression espagnole.
Mohamed Sibari explique cela par le fait que les auteurs marocains d'expression française ont commencé plus tôt et qu'ils ont acquis une grande renommée. Il n'empêche qu'il existe plusieurs lecteurs de la littérature d'expression espagnole. « Mes livres se vendent surtout dans la région du nord du Maroc», ajoute Mohamed Sibari. Cet auteur compte à son actif une douzaine d'œuvres composés de 5 romans, 6 nouvelles et un recueil de poèmes. Selon l'auteur, ces livres se vendent surtout en Espagne et en Amérique latine. Sur le marché marocain ses ouvrages sont distribués en 10.000 exemplaires, et sur le marché étranger, ce chiffre est beaucoup plus supérieur, il atteind les 20.000 exemplaires. Pour diffuser ces œuvres en Espagne,l'auteur peut compter sur l'aide de ses amis écrivains espagnols ou marocains vivants en Espagne, tels que Luiz Gomez et Mohammed Chakour.
Parmi les oeuvres les plus connues de Mohamed Sibari, figurent : « Pinchitos et Divorcios » en 1993, «La Rose de Chaouen», ainsi que «Babouchasso». Ce dernier conte est une sorte de critique des élections marocaines durant le gouvernement Youssoufi. Les nouvelles de Mohamed Sibari relatent en général le quotidien de la société marocaine avec ses caractéristiques et ses problèmes. Ce sont des nouvelles qui relatent le vécu de la société marocaine.
Actuellement Mohammed Sibari prépare un nouveau roman dont il préfère ne parler pour le moment. Selon lui, le roman sera légèrement consistant, mais il n'en dira pas plus. Le prix obtenu par M. Sibari est une sorte de consécration pour la littérature marocaine d'expression espagnole. Cela contribuera à encourager la diffusion et l'apprentissage de la langue espagnole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.