Pedro Sánchez rencontre le Chef du gouvernement    Ferroviaire : Le Maroc dans la cour des grands    PLF 2019. La 2e partie adoptée à l'unanimité    Après Berlin, Macron en Belgique pour une rare visite d'Etat    Brexit : Coup d'envoi d'une ultime semaine « pénible » de négociations    Victoire et qualification du Maroc à la CAN 2019 : Les Lions du Cameroun ne sont plus indomptables    Insolite : Un tigre de Sumatra libéré du sous-sol d'un magasin en Indonésie    La Fondation Attijariwafa bank, partenaire de la 12e édition de la caravane AMGE    CSEFRS/UNICEF. Comment lutter contre les inégalités éducatives    Point de vue : La jeunesse nous met face à nos responsabilités!    Aide à la production cinématographique : 16 projets subventionnés    CAN-2019 : Première qualification pour la Mauritanie    Le cheval Taymour remporte le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI du pur-sang Arabe    Gestion des plaintes. Le Portail national peu connu des citoyens    La communication, encore et toujours    L'action Renault en baisse après l'enquête japonaise contre Ghosn    Meurtre de Khashoggi: Trump ne veut pas écouter « l'horrible » enregistrement    Takrim 2018. Rachid Yazami primé au Koweït    Amazigh. Les parlementaires appelés à rapprocher leurs visions    Financement sportif. Comment rétablir la confiance des investisseurs    Aid Al-Mawlid: SM le Roi préside une veillée religieuse à la mosquée Hassan à Rabat    Aujjar présente en Inde les réalisations du chantier de la réforme du système judiciaire au Maroc    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    SM le Roi nomme les présidents du Conseil de la concurrence et de la CNDP    Edito : Tracer…    La Renaissance de Berkane remporte la coupe du trône, la toute première de son histoire    Trophées IBTA à Barcelone : Marrakech sacrée meilleure destination internationale du tourisme d'affaires    Coupe du Trône 2017-2018: la Renaissance de Berkane sacrée    Pourquoi l'équipe de France est passée au travers    Doublement gagnant    Michael Gove, l'improbable sauveur de Theresa May    News    Le Maroc à la conquête de l'espace    Les relations maroco-libanaises en débat à la FSJES de Mohammedia    Grâce au PSOE et au PP, le Parlement espagnol n'a pas servi de lieu de propagande séparatiste    Divers    Un collectif espagnol dénonce l'instrumentalisation de la question féminine par le Polisario    China Trade Week Morocco 2018 se tiendra à Casablanca    La CDG présente à Rabat son programme international pour l'Afrique    Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés    Dakhla abrite la 11ème édition du Festival de la mode africaine    Le Liban invité d'honneur au Festival international du cinéma d'auteur    La Tribune du Nas : Maroc-Cameroun, Hakim & « lhakam »…    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    De la neige et des rafales de vents attendus ce week-end    Des artistes pour sauver une école    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Sibari reçoit le prix Pablo Neruda
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 07 - 2004

Mohamed Sibari, écrivain hispanophone marocain a reçu ce lundi le prix Pablo Neruda pour l'ensemble de ses œuvres. Ce prix est un hommage à la littérature marocaine d'expression espagnole.
Le comité présidentiel Pablo Neruda relevant du ministère de la Culture du Chili, a décidé d'octroyer le prix Pablo Neruda à Mohammed Sibari. Cet écrivain natif de Larache a reçu ce prix lors d'une cérémonie organisée lundi par l'ambassade de Chili au Maroc. Cette cérémonie a été préparée à l'occasion du centenaire du célèbre poète Chilien, Pablo Neruda.
L'ambassadeur du Chili au Maroc, M. Alejandro Carvajal, s'est arrêté sur les significations de la célébration du centenaire de Pablo Neruda, relevant l'universalité de son oeuvre traduite en plus de 100 langues étrangères.
Dans une intervention à cette occasion, l'auteur marocain s'est dit fier d'obtenir un prix qui fait référence à l'originalité de l'œuvre du grand poète chilien. Rappelant le parcours exceptionnel de Pablo Neruda, Mohamed Sibari a souligné l'impact de cet écrivain sur les intellectuels du monde entier.
Mohamed Sibar est l'un des fondateurs de l'Association des Ecrivains hispanophones marocains. Il est également membre de plusieurs associations culturelles à Cadiz, Algésiras et Madrid. Né en 1943, cet auteur a été professeur d'espagnol à Larache, sa ville natale. Depuis sa tendre enfance, Mohamed Sibari aime écrire. Il est compté parmi l'un des premiers écrivains qui écrivent en langue espagnole. « Lorsque j'ai déposé mon premier roman en 1993 pour les droits d'auteurs, on m'a déclaré que j'étais le premier auteur à écrire des romans en langue espagnole », souligne Mohamed Sibari. Cette déclaration l'a surpris; il n'y a pas cru. Mais cela est vrai que l'on dénombre plus d'auteurs marocains d'expression française que d'auteurs marocains d'expression espagnole.
Mohamed Sibari explique cela par le fait que les auteurs marocains d'expression française ont commencé plus tôt et qu'ils ont acquis une grande renommée. Il n'empêche qu'il existe plusieurs lecteurs de la littérature d'expression espagnole. « Mes livres se vendent surtout dans la région du nord du Maroc», ajoute Mohamed Sibari. Cet auteur compte à son actif une douzaine d'œuvres composés de 5 romans, 6 nouvelles et un recueil de poèmes. Selon l'auteur, ces livres se vendent surtout en Espagne et en Amérique latine. Sur le marché marocain ses ouvrages sont distribués en 10.000 exemplaires, et sur le marché étranger, ce chiffre est beaucoup plus supérieur, il atteind les 20.000 exemplaires. Pour diffuser ces œuvres en Espagne,l'auteur peut compter sur l'aide de ses amis écrivains espagnols ou marocains vivants en Espagne, tels que Luiz Gomez et Mohammed Chakour.
Parmi les oeuvres les plus connues de Mohamed Sibari, figurent : « Pinchitos et Divorcios » en 1993, «La Rose de Chaouen», ainsi que «Babouchasso». Ce dernier conte est une sorte de critique des élections marocaines durant le gouvernement Youssoufi. Les nouvelles de Mohamed Sibari relatent en général le quotidien de la société marocaine avec ses caractéristiques et ses problèmes. Ce sont des nouvelles qui relatent le vécu de la société marocaine.
Actuellement Mohammed Sibari prépare un nouveau roman dont il préfère ne parler pour le moment. Selon lui, le roman sera légèrement consistant, mais il n'en dira pas plus. Le prix obtenu par M. Sibari est une sorte de consécration pour la littérature marocaine d'expression espagnole. Cela contribuera à encourager la diffusion et l'apprentissage de la langue espagnole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.