«Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    ENESSE. La nouvelle voix R&B et Pop du moment    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Une situation invivable mais l'espoir demeure    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Vaccin anti Covid. Ça va être le massacre pour les requins    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    France. Les généraux se révoltent    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    On connaît le premier relégué de la Botola    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les vestiges d'un monument historique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 07 - 2002

Personne n'a osé refaire vivre l'UNFP progressiste qui reste entre les mains d'un homme qui a depuis longtemps pris sa retraite.
Le 25 août 1959, un mouvement de l'aile gauche a ébranlé le parti de l'Istiqlal pour signer une sission dont les séquelles persistent jusqu'à ce jour. L'union national des forces populaires (UNFP) est né sous la houlette de l'éternel rebelle (même après sa mort) Mehdi Ben Barka qui était soutenu par des ténors comme Mohamed Basri, El Youssoufi et bien d'autres nationalistes de tous bords. L'UNFP fut constituée officiellement le 6 septembre 1959 quand ses précurseurs ont été suivis par des membres très influents d'autres partis et syndicats, voire du gouvernement.
À l'époque, le gouvernement était présidé par Abdallah Ibrahim et son vice président n'etait autre que feu Abderrahim Bouabid. Ces deux poids lourds ne cachaient pas leur soutien à l'UNFP, d'autant plus que ce nouveau parti avait été consolidé par l'alliance de la puissante UMT.Le parti du PDI a offert, lui aussi, ses services avec l'apport de membres aussi influents que Boutaleb et Bensouda et le Mouvement populaire s'est rallié lui aussi à cette mouvance avec l'arrivée d'un grand nombre de résistants de l'armée de libération nationale. L'UNFP disposait donc de tous les atouts pour s'implanter rapidement dans tout le pays. La conjoncture politique de l'époque et « la soif de l'établissement d'une société démocratique où régneront la justice sociale, la liberté et la dignité humaine» ont fini par donner à l'UNFP la stature d'un parti progressiste aguerri. Sa direction que préside Abdallah Ibrahim rentrera définitivement dans l'opposition quand elle prôna le boycott de la réforme constitutionnelle de 1965.Mais cette unification ne résistera pas aux aléas du temps et des ambitions des uns et des autres et c'est l'UMT qui ouvrira le bal des scissions.
En 1972, une grande partie des dirigeants historiques de l'UNFP ont quitté le bateau mené par Abderrahim Bouabid, Omar Benjelloun et tout le groupe des grands contestatrices.
Abdalah Ibrahim est resté seul aux commandes avec une poignée de fidèles avant que Bouabid et les autres ne créent l'USFP.Mais malgré cette grande désertion, le vieux briscard Abdallah Ibrahim, qui a conduit le premier gouvernement d'alternance, est resté accroché aux commandes d'un parti qui n'existait plus que par son nom. D'autant plus que l'UNFP s'est cantonnée depuis le milieu des années soixante-dix dans la politique de la non-participation à la politique. Une hibernation incompréhensible qui l'a privée de participer à tous les processus engagés depuis 1976 et qui auraient pu le remettre sur les rails de la démocratie participative. Le vieux leader Abadallah Ibrahim n'en a pour autant déposé les armes puisque même absent de la scène politique, son parti reste légal et officiel. Mais cette politique de siège vide n'a pas de sens aujourd'hui où une transition démocratique s'opère dans des conditions louables avec la participation de la majorité des Marocains.
Le comble, c'est que personne n'a osé refaire vivre l'UNFP progressiste qui reste entre les mains d'un homme qui a depuis longtemps pris sa retraite. Une sorte de jubilé qui n'est pas constructif dans un monde politique qui bouge, dans une société qui évolue et une monarchie fortement constitutionnelle. Seul l'UNFP reste figé dans ses positions des années soixante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.