Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditorial : Réforme
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 10 - 2004

Les véhicules flambant neuves des GUS ( groupes urbains de sécurité) ont traversé, toutes sirènes hurlantes, en début de soirée du dimanche 17 octobre, les artères de Casablanca. 4x4, voitures, motos font partie des équipements modernes de cette nouvelle brigade dont la première promotion vient de finir le même jour sa formation à l'Institut Royal de police de Kénitra.
Les véhicules flambant neuves des GUS ( groupes urbains de sécurité) ont traversé, toutes sirènes hurlantes, en début de soirée du dimanche 17 octobre, les artères de Casablanca. 4x4, voitures, motos font partie des équipements modernes de cette nouvelle brigade dont la première promotion vient de finir le même jour sa formation à l'Institut Royal de police de Kénitra.
Les GUS seront opérationnels à partir de janvier 2005. Répartis entre Casablanca, Rabat et Marrakech, ces groupes mobiles représentent la nouvelle frontière de la police nationale engagée résolument sur la voie de la modernisation et de la proximité. C'est un projet qui a nécessité plusieurs mois de préparation, de réflexion et de travail. Une idée du directeur général de la DGSN qui a compris la nécessité d'un tel corps d'élite dans la lutte contre toutes les formes de délinquance urbaine, ce fléau qui ronge le tissu social des grandes villes.
Constitués d'éléments bien entraînés, dotés d'une bonne condition physique et d'une meilleure connaissance du milieu urbain dans lequel ils évoluent, les GUS ont un rôle plus dissuasif que répressif. En quelque sorte, ils sont chargés d'étaler leur force sans avoir à l'utiliser tout en tenant en respect les malfrats de tout acabit.
La menace qui guette le Maroc depuis le 16 mai 2003 a pour nom le terrorisme. Ce phénomène, qui se nourrit à la fois de l'exclusion et d'une vision étriquée de la religion, a besoin pour y faire face d'une police entraînée aux techniques de démantèlement et d'affrontement des bandes intégristes qui pullulent dans les périphéries poussiéreuses des grandes métropoles. Jusqu'ici, on a vu des policiers, sans formation adaptée et moyens adéquats, monter au front comme on va au casse-pipe pour croiser le fer à Settat, Casablanca et Meknès avec des forcenés armés de sabres qu'ils manient à la perfection. Des opérations hasardeuses qui se sont souvent soldées par des blessés, voire des morts dans le camp des forces de l'ordre. Tout porte à croire que les GUS, compte tenu de leurs compétences techniques et physiques, seront appelés dorénavant à monter des actions de neutralisation dans les règles de l'art de cette nouvelle forme de délinquance. Il est encore prématuré de faire le bilan des GUS dont les qualités ne seront appréciées qu'une fois à l'œuvre.
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) planche depuis quelque temps sur un nouvel organigramme de la police censé mieux en organiser le fonctionnement et le rendement dans un esprit de proximité et d'efficacité. Mais il faut veiller à ce que cette vision ambitieuse ne se transforme sur le terrain en une reprise en main centralisatrice qui éloignerait la police du terrain des opérations, dans les quartiers éloignés. En outre, cette réforme pour porter ses fruits ne doit pas exclure la motivation de ceux qui sont chargés de veiller à la sécurité des biens et des personnes. Le gouvernement est appelé à faire un effort pour revoir de fond en comble le statut d'un corps mobilisé pour la quiétude des citoyens et la stabilité du pays mais dont les espoirs ont été plusieurs fois déçus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.