L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    CAN U20 (Février-Mars) : Les arbitres marocains écartés !    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Deuxième hat-trick pour Youssef En-Nesyri    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Les inscriptions des étudiants étrangers au Maroc mises à l'épreuve    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Groupes Urbains de Sécurité
Publié dans Finances news le 05 - 05 - 2005

Les Groupes Urbains de Sécurité ne font pas l’unanimité à Casablanca. Entre ceux qui les «adoptent» et ceux qui les «rejettent», les GUS ont bien du pain sur la planche pour «s’imposer» en tant que force d’intervention qui existe pour le bien des citoyens.
De leur nom GUS, les agents de police de proximité font leur show à Casablanca depuis sept mois. Depuis le 17 octobre 2004, la ville s’est dotée de trois Groupes Urbains de Sécurité; une entité nouvelle qui veut refléter l’image humaine d’une police proche du citoyen.
Mais l’opinion publique ne leur facilite pas les choses. Au lendemain de la prise de leurs fonctions, les GUS, habillés en bleu et se pavanant dans des 4x4 Prado, des fourgons Partner et sur des motos Honda
NX-R 125, ont été affublés du nom de «Croatia» à cause de leurs casquettes aux couleurs blanche et rouge, qui rappelle le drapeau de la Croatie. Drôle de sobriquet !
Des avis partagés
S’ils ont suscité la curiosité des gens, ils se sont vite attiré leur foudre aussi. Et pour cause ! Les Casablancais trouvent les GUS hautains et pas très aimables et ne font que gaspiller le carburant payé par le contribuable. Certains prétendent même que les GUS sont incapables de faire des rondes dans les quartiers à très haut risque.
D’ailleurs, on leur reproche aussi une présence quasipermanente dans les quartiers huppés de la ville au lieu de patrouiller dans les quartiers périphériques qui connaissent une recrudescence de la criminalité. Cependant, c’est un avis qui n’est pas unanime.
Lors d’un accident de la circulation survenu à l’heure de pointe sur le boulevard Massira Khadra à Casablanca, une patrouille de GUS qui passait par là est rapidement intervenue pour que la circulation ne soit pas perturbée. Ils ont également assisté les propriétaires des véhicules accidentés. Les GUS se sont déployés instantanément de manière très organisée et ont rétabli le cours de la circulation.
Ceci dit, s’ils sont présentés comme le fruit d’une profonde réflexion, les GUS semblent encore à la recherche de leur voie. Et là encore, l’avis des Casablancais est très partagé.
Il est vrai que leur présence marque cette logique de prévention et de dissuasion que les GUS prônent. Mais, leur indice d’efficacité relève de leur capacité à communiquer avec les gens en plus d’une disponibilité permanente par rapport aux besoins des populations. Ils doivent être opérationnels, avec une capacité de négociation. Et à ce jour, disons que les GUS n’ont pas encore été mis à rude épreuve.
Concrètement, il est encore tôt pour établir un bilan concernant l’activité des GUS, quoiqu’on avance une baisse de 50 % du taux de criminalité. Toutefois, si l’évaluation du rendement des GUS reste encore précoce au niveau de la baisse des incidents criminels, il est toujours possible d’évaluer, par contre, leur insertion, leur adaptation et leur acceptation au sein de la société marocaine.
Disons qu’il existe une sorte de cohabitation entre les Casablancais
et les GUS. Les premiers sont conscients de l’importance de l’intervention des seconds dans des accidents ou en cas d’agression, les GUS eux, savent que leur raison d’être est de veiller à la sécurité des citoyens.
Finalement, on peut résumer la relation qui existe entre les Casablancais et les GUS en une seule phrase : « Je t’aime, moi non plus ! ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.