Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Rabat: La majorité des cliniques désertées    Les investissements étrangers en baisse de 19,5% à fin février    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Les réserves des centrales syndicales    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Evacuation du plus grand marché de Laâyoune    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Solidarité nationale : le Groupe CAC contribue à hauteur de 50 millions de DH    Coronavirus : 638 cas confirmés dont 37 décès et 26 guérisons ce mercredi à 13h    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Maroc: voici le dernier délai pour renouveler votre assurance auto    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Coronavirus: les deux prochaines semaines seront “douloureuses”, selon Trump    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sofrecom veut créer un écosystème digital au Maroc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 05 - 2016

Entretien avec Jacques Moulin, directeur général de la filiale du Groupe Orange
ALM : Qu'est-ce que cela vous fait de célébrer 50 ans de Sofrecom jeudi dernier à Rabat ?
Jacques Moulin : C'est un moment de fête parce que nous avons la chance de fêter à la fois les 50 ans du Groupe Sofrecom et les 15 ans de Sofrecom service Maroc au Maroc. C'est une chance assez rare dans la vie d'une entreprise, voire celle d'un dirigeant. 50 ans pour le Groupe Sofrecom c'est aussi le moment où on fait le bilan et on capitalise sur son expérience comme on fait de nouveaux projets.
Quel bilan dressez-vous du Groupe?
Quand on regarde le chemin parcouru à travers l'échiquier mondial dans le secteur des télécommunications, on se rend compte que Sofrecom a participé à toutes les révolutions technologiques, techniques mais aussi d'une certaine façon sociétale parce que nous participons à des projets du gouvernement et cela est une vraie fierté. Le second point c'est que nous avions, il y a 15 ans, fait le pari d'installer un site offshore au Maroc. On se rend compte que ce pari était le bon puisque nous avons décidé, pour le compte de clients internes au Groupe Orange mais aussi bientôt pour des clients qui seront en dehors du Groupe Orange, il s'agit de créer un nouveau site qui sera dédié aux métiers du digital, ceux d'avenir et hautement qualifiés, voire qui permettront d'accompagner la transformation. Il est question de révolution numérique qui concerne à la fois les relations entre les administrations et les administrés mais aussi les relations entre une entreprise et ses clients, une entreprise et ses salariés et plus largement les relations dans la vie personnelle de chacun.
Comment envisagez-vous d'exploiter ces réalisations pour votre 3ème site au Maroc, notamment à Casablanca, destiné à créer 400 emplois ?
Nous allons au Maroc utiliser l'ensemble des compétences et le vivier du potentiel qui existe à travers l'université et les écoles marocaines pour créer un écosystème qui va être digital embarquant toutes les capacités d'entrepreneur qui existent au Maroc en ayant le soutien et la force d'innovation aussi du Groupe Orange en mettant en réseau l'ensemble de nos implantations locales Sofrecom puisque nous sommes présents en Argentine, en Tunisie et à Dubai, entre autres.
Quelles sont vos ambitions au Maroc?
Elles se situent sur différents registres. La première concerne la création d'emplois dans le cadre de l'activité nearshore et digitale. Le second aspect concerne le business local, là la balle est dans le camp des entreprises locales. Nous avons d'ores et déjà des clients marocains qui sont des entreprises publiques ou parapubliques. Notre souhait c'est, compte tenu du fait que nous sommes un levier de développement pour le Groupe Orange mais aussi pour un grand nombre d'opérateurs puisque nous sommes le levier de la transformation digitale, de mettre à la disposition des entreprises marocaines, grands groupes ou PME, le savoir-faire que nous avons si développé et sur lequel nous savons capitaliser pour leur permettre d'être dans une expérience client idéale et dans une expérience salariée qui soit au rendez-vous.
Quelles sont vos perspectives pour l'Afrique ?
Pour nous, cela a été l'un des moteurs du choix du Maroc pour la constitution de ce deuxième site au Maroc outre un troisième en Tunisie. Le Maroc est une passerelle entre la France et le continent africain. Le poids économique du Maroc et les partenariats qui existent entre le Maroc et les différents Etats africains sont pour nous une vraie valeur. C'est d'ailleurs à ce sujet que nous avons signé une lettre d'intention avec le ministère des MRE.
Que prévoit cette lettre d'intention signée jeudi avec le ministère de MRE?
Il s'agit de faire appel à des viviers de compétence dont le ministère dispose pour nous accompagner dans des projets sur le continent africain ou européen ou encore sud-asiatique. Et puisque nous sommes en cours de constitution d'équipes en Côte d'Ivoire et Abidjan là aussi il s'agit de faire en sorte que nous puissions accompagner avec les potentiels marocains tous les projets des différents gouvernements ou des différents opérateurs de télécommunications ou autres d'ailleurs.
Respectez-vous une démarche genre dans votre management ?
C'est un crédit à rendre au Maroc. Nous avons au sein de nos équipes à Rabat et ce sera le cas à Casablanca un taux d'accès des femmes aux postes d'ingénieurs et postes à responsabilité qui est très important. Cela fait partie de la politique de responsabilité sociale de l'entreprise mais aussi managériale. Le créneau que nous avons au sein de Sofrecom c'est aussi de permettre aux femmes jeunes diplômées ou celles ayant une expérience dans des entreprises de pouvoir avoir un parcours dans le monde de la technique et de l'IT et avoir des responsabilités. C'est ce que nous avons démontré à Rabat et démontrerons en l'amplifiant à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.