Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Eliminatoires du Mondial Qatar-2022 : Le Maroc dans le groupe I    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Abdellatif Ouahbi, officiellement candidat à la présidence du PAM    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Le défi national !    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    Tanger Med dématérialise la procédure d'exportation des produits agroalimentaires    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    La tempête Gloria fait au moins sept morts en Espagne, quatre disparus    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Les eaux des provinces du Sud officiellement marocaines    Météo : temps froid et chutes de neige ce jeudi 23 janvier    Walid Azaro face à Abderrazak Hamdallah et Nordin Amrabat ce vendredi ?    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Insolite : Perché dans un tonneau    Divers sportifs    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Le coronavirus de Wuhan : Panique sur toute la ligne    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    Poutine dépose ses propositions d'amendements à la Constitution    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'impromptu» entame sa tournée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 02 - 2005

L'avant-première de « L'impromptu de Casablanca » est prévue pour ce mardi, à l'Institut français de Casablanca. Mohamed Nadif, le metteur en scène, y met en relief la face cachée du théâtre.
Mohamed Nadif récidive. Il donnera, demain, à l'Institut français de Casablanca, l'avant-première de la pièce théâtrale «L'impromptu de Casablanca», dont il est, à la fois, l'auteur, le metteur en scène et l'acteur principal. «Le genre de cette pièce théâtrale se situe entre la comédie et la farce. «L'impromptu de Casablanca» parle du théâtre dans le théâtre et relate certains problèmes de ce domaine-là», explique Mohamed Nadif.
Ce dernier y campe le rôle d'un metteur en scène capable de monter une pièce de théâtre en une journée. «J'interprète, en fait, le personnage d'un metteur en scène ridicule qui croit qu'on peut réaliser un spectacle en une après-midi. Chose impossible à faire bien sûr ! » ajoute-t-il. Le casting de « L'impromptu de Casablanca » comprend quatre autres acteurs : Assmaâ El Hadrami, Bouchra Ahrich, Noureddine Zioual et Malek Akhmiss. Pour Assmaâ El Hadrami, elle y joue le rôle d'une comédienne dans ses derniers mois de grossesse, mais voulant, coût que coût, faire carrière dans le théâtre. Dans « L'impromptu de Casablanca », Bouchra Ahrich est l'assistante du metteur en scène qui n'est autre que Mohamed Nadif. Et comme dans la réalité vraie, l'auteur a tenu à confronter le personnage d'un comédien célèbre, joué par Malek Akhmiss, à un autre inconnu au bataillon, interprété par Noureddine Zioual. En langue française, la version originale de cette pièce théâtrale est en dialecte marocain et a été présentée, pour la première, au public marocain en 2000. Mohamed Nadif assure que cette version ne ressemble nullement à l'originale montée par Noureddine Zioual. « C'est une nouvelle vision, une autre approche et un traitement complètement différent par rapport à ce qu'avait fait Noureddine Zioual », explique-t-il. L'équipe de « L'impromptu de Casablanca » entamera à partir de la semaine prochaine une tournée dans les principales villes du Maroc, Agadir, Kénitra, Rabat et Meknès. En parallèle à cette tournée dans les Instituts français, Mohamed Nadif prépare la version arabe de sa pièce et qui sera prête au début du mois de mars prochain.
Dans le sillage de la célèbre pièce théâtrale de Molière, « L'impromptu de Versailles » et celle de Mohamed Kaghat, « L'impromptu de Fès », Mohamed Nadif a estimé qu'il est temps que la ville de Casablanca ait aussi son « Impromptu » à elle. Il affirme toutefois que « L'impromptu de Casablanca », d'une durée de 1h15, n'est pas une reproduction de ces deux pièces-là, et qu'elle s'inscrit plutôt dans une logique de continuité.
Mohamed Nadif n'est pas à sa première mise en scène. Son baptême du feu remonte à l'année 1991 avec « La jarre », une pièce théâtrale de Luigi Pirandello.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.