Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Doing Business : Le Maroc vise le top 50
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 12 - 2018

Dixième réunion du Comité national de l'environnement des affaires
Après avoir bondi de neuf places durant l'année en cours, le Maroc vise désormais le top 50 dans le classement «Doing Business». C'est en tout cas l'objectif affiché par les officiels à l'occasion de la dixième réunion due Comité national de l'environnement des affaires. Cette dernière a connu la participation notamment du chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, et du ministre de l'économie et des finances, Mohamed Benchaaboun.
L'argentier du Royaume a fait savoir que l'investissement doit être promu à travers le partenariat public-privé et dès 2019, un budget de 12 milliards de dirhams (MMDH) sera alloué à l'investissement dans le cadre de ce partenariat. «En vue d'atteindre le top 50 du classement «Doing Business» à l'horizon 2021, le gouvernement s'attelle à la réduction des délais de paiement, à l'apurement des crédits de la TVA, à la simplification des procédures et à la dématérialisation», a-t-il indiqué.Par ailleurs, il a fait savoir que le crédit de TVA est passé de 40 MMDH à 8 MMDH uniquement et que le gouvernement travaille à l'apurement définitif des soldes de crédit de TVA antérieur à 2018 dès l'année prochaine. S'agissant de l'institutionnalisation de l'Observatoire des délais de paiement, le ministre a relevé que cet organe traitera des délais de paiement de l'Etat en faveur des entreprises ainsi que des paiements entre entreprises qui s'avèrent parfois encore «plus problématiques».
Il a, à cet égard, rappelé que la mise en place, il y a plus d'un mois, de la plate-forme Ajal permet de présenter les doléances relatives aux délais de paiement, signalant que l'Etat a d'ores et déjà procédé au traitement et au règlement de plus de 70% des doléances. De son côté, le chef de gouvernement a salué le leadership régional du Maroc en matière d'amélioration de son environnement des affaires, appelant à davantage de mesures et initiatives «pratiques» et «audacieuses» permettant au Royaume de figurer, à l'horizon 2021, dans le top 50 du classement Doing Business. El Othmani a profité de l'occasion pour passer en revue les différentes réformes réalisées durant les dernières années et qui ont permis, outre l'amélioration du classement du Maroc dans le dernier Doing Business, de simplifier l'action de l'entreprise marocaine, à l'instar de la révision du décret sur les intérêts moratoires et les délais de paiement relatifs aux commandes publiques ou encore l'adoption de la nouvelle loi sur le traitement des difficultés d'entreprises.
Pour réaliser l'objectif d'intégrer le top 50 du classement Doing Business, le numéro un de l'Exécutif a expliqué que le CNEA aspire, au titre de l'année 2019, à développer une vision stratégique pluriannuelle pour l'amélioration de l'environnement des affaires, à travers notamment le renforcement de l'attractivité du Maroc via le suivi des rapports internationaux relatifs à l'investissement et au climat des affaires.
Sur le plan réglementaire, le Comité, qui regroupe en son sein les départements ministériels, les représentants du secteur privé, ainsi que plusieurs partenaires concernés par le développement du secteur privé et l'amélioration de l'environnement des affaires au Maroc, se propose notamment d'adopter le projet de loi relatif aux sûretés mobilières et mettre en place le registre national des nantissements, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.