Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Constitution: Référendum en Egypte    VIDEO-FAR vs Berkane : Le Hooliganisme fait encore des dégâts    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    #Live, l'offre de la Banque Populaire dédiée aux 18-25 ans    Le Rap à l'honneur à la 18ème édition de Mawazine    Agro It Days 2019. L'agriculture prépare sa transformation digitale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    La terre a tremblé à Taroudant    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    Réunion du Bureau politique du PPS    SIAM 2019 : Les détails des rencontres bilatérales entre le Maroc et les pays africains    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    Khalid Naciri invité mardi prochain du Forum de la MAP    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    «La filière bio est créatrice d'emplois par excellence»    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Le Marrakech Mining Convention se tiendra chaque année    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Nador : La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire au sein d'écoles publiques    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flexibilité du dirham : Les objectifs de la première phase pleinement atteints
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 03 - 2019

Il s'agit d'une réforme qui a suscité un grand débat lors de sa mise en œuvre. La flexibilité du dirham revient sur le devant de la scène médiatique mais cette fois-ci pour dresser le bilan des 15 premiers mois d'implémentation.
Un exercice qui a été initié par la Chambre de commerce britannique pour le Maroc dans le cadre de ces rencontres-débats. Un panel d'experts a été invité à échanger autour de cette thématique à leur tête Hassan Boulaknadel, directeur général de l'Office des changes, ainsi que des représentants des institutions financières, notamment Bank Al-Maghrib. Le débat a porté sur l'historique de cette réforme ainsi que son impact sur le marché financier. L'introduction d'un nouveau régime de changes est le fruit de longs mois, voire des années de réflexion. L'idée étant d'aboutir à terme à un régime de change flottant où le taux de change sera fixé par le marché en fonction de l'offre et de la demande en devises ainsi que les anticipations des opérateurs opérant dans des secteurs économiques fondamentaux. Pour ce faire, plusieurs étapes ont été fixées pour le déploiement de cette réforme qui se veut à la fois graduelle et adaptée. Ce n'est qu'à la mi-janvier 2018 que cette décision est entrée en vigueur.
Un premier bilan positif
Le tableau brossé par le représentant de la banque centrale fait état d'une implémentation réussie. C'est du moins ce que démontre la première phase de cette réforme dont les objectifs ont été pleinement atteints. Un succès à la faveur du contexte favorable qui a marqué le démarrage de ce processus. C'est ce qu'indique Mounir Razki, directeur des opérations monétaires et des changes à Bank Al-Maghrib. Les 15 derniers mois ont été en effet marqués par un niveau de réserve de change adéquat, des équilibres macroéconomiques rétablis et un système bancaire résilient. Ils ont connu par ailleurs l'introduction d'une panoplie de mesures dont l'instauration d'un nouveau mécanisme de formation des prix par le marché dans la limite de la bande de fluctuation et la refonte du cadre des interventions sur le marché de change visant à les réduire progressivement.
«Cette première phase visait à permettre aux opérateurs d'intégrer la notion de flexibilité du taux de change et à assimiler le nouveau cadre opérationnel mis en place sur le marché de change. Les craintes des opérateurs et du public quant à une dépréciation excessive du dirham se sont dissipées, puisque les cours de change de la monnaie nationale évoluent à l'intérieur de la bande de fluctuation fixée sans intervention de la banque centrale», explique M. Razki. Et de préciser que «cette première phase a également permis d'avoir une position de change confortable des banques qui n'ont pas eu recours à Bank Al-Maghrib depuis le 20 mars 2018, ainsi qu'une perception positive par les investisseurs étrangers comme en témoigne la hausse des investissements directs étrangers (IDE)».
Et d'ajouter qu'il s'agit aussi de la mise en place d'une plateforme électronique de négociation de devises permettant la redynamisation du marché interbancaire et l'amélioration de sa qualité, outre l'adaptation du cadre réglementaire à travers le regroupement et la simplification des textes réglementaires. Le nouveau cadre opérationnel mis en place a également contribué à améliorer la liquidité du marché interbancaire. Le volume quotidien moyen a affiché une hausse passant de 204 millions de dirhams en 2017 à 323 millions de dirhams en 2018. Il a par ailleurs dépassé les 500 millions de dirhams depuis le début de l'année en cours.
Des changements transverses opérés
L'entrée en vigueur du nouveau régime de change a engendré des changements transverses, notamment en ce qui concerne les échanges commerciaux. C'est dans ce fait que de nouvelles instructions générales ont été dictées par l'Office des changes permettant ainsi aux opérateurs marocains de bénéficier davantage de cette flexibilité particulièrement en ce qui concerne les opérations à l'international. Trois axes sont définis à ce niveau. Citons en l'occurrence la promotion des exportations, la facilitation des échanges ainsi que la satisfaction des besoins des usagers. Intervenant dans ce sens, Hassan Boulaknadel, directeur général de l'Office des changes, a énuméré leurs multiples apports. M. Boulaknadel a évoqué, à cet effet, la possibilité d'ouverture des comptes à l'étranger pour les exportateurs de services titulaires de marchés à l'étranger dans le cadre des appels d'offres, le relèvement du délai de rapatriement du produit des exportations de services de 60 à 90 jours ainsi que la possibilité pour les banques de financer les cycles d'exploitation des entités à caractère industriel installées dans les zones franches d'exportation au Maroc. A cela s'ajoutent également l'harmonisation des plafonds des règlements anticipation des importations de biens à 200.000 dirhams et la suppression de l'obligation de régler une opération d'importation de biens exclusivement au profit du fournisseur non-résident.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.