Edito : Tout va bien !    Médecine : Drôles de carabins !    Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Comité des 24 des Nations unies    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Bouillon de culture    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le CESE donne la parole aux citoyens
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 05 - 2019

Quel modèle de développement pour le Maroc de demain ?
La réflexion autour du nouveau modèle de développement économique et social se poursuit. Ce grand chantier ouvert depuis octobre 2017 porte sur une approche participative permettant de définir les contours de l'avenir économique et social du Royaume. Si les différents opérateurs et partis se sont penchés au lendemain de l'appel royal à élaborer et à partager leurs propres visions du nouveau modèle, le citoyen a également son mot à dire du fait qu'il est le premier maillon de la chaîne à être concerné par cette nouvelle configuration qui ne fera qu'accroître la visibilité de l'économie marocaine aux niveaux national et international et garantir la cohésion sociale à l'échelle territoriale. Dans une démarche de proximité, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) donne la parole aux citoyens pour émettre leurs avis sur le sujet et définir les orientations et contenus.
Pour ce faire, le Conseil a ouvert une plate-forme électronique (http ://bit.ly/nmdsa) où une quinzaine de questions sont posées permettant d'identifier le modèle de développement pour le Maroc de demain, ses caractéristiques et ses ambitions. Les avis recueillis serviront d'éléments de base pour le Conseil notamment pour élaborer, son rapport sur le nouveau modèle de développement. Ce sondage cible un échantillon exhaustif de la population marocaine issue de toutes les catégories sociales et classes socioprofessionnelles. Le CESE commence par interroger les citoyens concernant les atouts sur lesquels le Maroc doit capitaliser. Le répondant doit choisir une réponse parmi les dix proposées.
Citons à cet effet la stabilité, la cohésion sociale, le positionnement du Royaume entre l'Atlantique et la Méditerranée, la culture et traditions, le capital humain, le capital historique, l'ancrage africain, la proximité du Maroc avec l'Europe, ses ressources naturelles et son tissu économique. La deuxième question porte sur les plus importantes réalisations du Maroc au titre de ces deux dernières décennies en proposant comme élément de réponse le rayonnement international du pays, le développement des infrastructures, l'éducation, la santé, la justice, le développement culturel, la protection sociale, l'égalité des genres, le développement économique et la lutte contre la pauvreté.
Les citoyens sont également appelés à émettre leurs avis sur les services publics les plus et moins actifs en statuant autour des secteurs suivant : l'habitat, la sûreté nationale, l'infrastructure, l'enseignement, la fiscalité, la douane, la santé, la justice et les services territoriaux. Une autre question est dédiée aux disparités. L'idée étant de relever dans quel secteur ces écarts sont visibles : les suggestions concernent l'emploi, l'enseignement, la santé, la justice ou encore les revenus, l'accès à l'eau, le milieu rural et urbain et genres.
L'exclusion de la femme du marché du travail est également évoquée dans le sondage. L'objectif est d'identifier les principaux facteurs empêchant les femmes d'aller travailler. Les propositions portent, entre autres, sur la lourdeur des tâches ménagères, le harcèlement, le facteur culturel, le manque de sécurité, le manque d'opportunités de travail, le manque de structures préscolaires pour y laisser les enfants en bas âge.
Les citoyens participant au sondage doivent également partager leurs points de vue sur la compétitivité et d'évaluer sur une échelle de 1 à 5 l'intérêt de recourir aux autorisations administratives pour exercer dans des secteur précis, la pertinence de l'octroi d'incitations fiscales aux entreprises privilégiant l'emploi des femmes, la facilité d'ascension sociale à l'heure actuelle, l'impact du développement technologique ainsi que la légitimité de la spéculation foncière. Le CESE interroge également sur la réforme de l'école publique et sa capacité à capter de nouveau la classe moyenne en son sein. Il en est de même pour le secteur de la santé. Le CESE tend à travers une question portant sur la réforme de la santé publique de mesurer si cette dernière rehausserait la qualité des prestations au même niveau que celles du système privé. Et pour boucler le questionnaire, les répondants devraient en une réponse définir l'objectif principal du nouveau modèle de développement, en l'occurrence la solidarité sociale, la prospérité économique, l'égalité des sexes, le respect de l'environnement, l'égalité des chances ou encore le bien-être des citoyens. Rappelons que le sondage lancé n'est qu'un premier pas dans les nouvelles orientations prônées par le CESE.
Le Conseil dont la présidence a été attribuée récemment à Ahmed Chami mise grand sur la proximité avec les citoyens. Le CESE ambitionne en effet d'être la voix du Marocain, en exprimant ses aspirations. Ceci passe par l'association du citoyen lambda aux sujets d'actualité et aux rapports élaborés par le Conseil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.