TRAM'BUS: un ticket unique pour les moyens de transport à Rabat    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    AGO Wydad AC. Consolidation de la solidité financière    Vidéo: Jamal Sellami, le nouveau coach du RAJA, liste les priorités    Amzazi s'entretient à Paris avec la Directrice générale de l'Unesco    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Energy Globe Award : Une association marocaine s'illustre    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Protection des données à caractère personnel : Les reco' des Centraliens    Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Rêves brisés    L'importance de la diplomatique judiciaire au centre d'un colloque à Dakhla    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Edito : Incontournable    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 10 - 2019

C'est une exposition différente de celle présentée à Paris
«L'exposition «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar» explore un sujet passionnant. Elle réunit des objets étonnants. Près de 300 œuvres anciennes dialoguent les unes avec les autres», ce sont les propos de Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe, en marge de l'ouverture de cette exposition à Rabat. Conçue par l'IMA et revisitée par l'Académie du Royaume, cette exposition qui se déroule jusqu'au 25 janvier met en exergue 13 siècles d'histoire, à travers un voyage dans le temps alliant l'art, l'archéologie, l'architecture et l'ethnographie dont témoignent les œuvres d'art patrimoniales et contemporaines, issues de collections publiques et privées du Maroc, d'Afrique et d'Europe.
Ainsi selon M. Lang, cette exposition est différente de celle présentée à Paris. Elle comprend, selon lui, des éléments nouveaux. «Elle met en lumière des collections exceptionnelles prêtées auprès de plusieurs musées et bibliothèques du Royaume. Ce sont des œuvres rares issues de Rabat, Marrakech, Tanger et autres villes», indique-t-il. En ajoutant que «l'évènement conduit le visiteur à la découverte de la richesse de sociétés pluriséculaires. Elle porte haut l'ambition de lutter contre les idées reçues et d'ouvrir un champ de connaissance encore trop méconnu. Cette ambition rencontre un écho plus éclatant encore au Maroc. Porte du Sahara, lieu de passage entre l'Afrique du Nord et de l'Afrique de l'Ouest, il a tissé des échanges féconds avec l'Afrique subsaharienne et joué un rôle éminent dans la diffusion de l'Islam à travers ces territoires.
Ainsi l'exposition témoigne de ce passé vivant jusqu'à aujourd'hui». Dans le même contexte, le président de l'IMA a fait savoir que l'histoire de l'Afrique a besoin d'une lumière nouvelle, révélant non seulement l'importance de l'écriture et la transmission des savoirs, mais aussi la beauté des monuments de l'islam sur le continent africain. «Cette exposition veut rendre justice à l'Afrique et à l'Islam». Pour sa part, le secrétaire perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a souligné dans son intervention que «les objets d'art présentés le seront dans un espace «éclaté».
Conformément aux Instructions éclairées de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, trois lieux, à savoir le Musée d'art contemporain, Bab Lkbir et la Casbah des Oudaya, feront de la ville de Rabat la cité où toutes les expressions artistiques de l'Islam en Afrique viendront démentir préjugés et stéréotypes, et affirmeront que s'il y a diversité dans l'art musulman en Afrique il n'y a qu'un seul Islam». Tout autour de cette exposition, l'Académie du Royaume du Maroc a initié un cycle de conférences permettant de sensibiliser le grand public aux problématiques culturelles antérieures et actuelles de l'Afrique, doublé de l'organisation d'un séminaire pour chaque conférence faisant participer des doctorants des universités marocaines. Ce cycle s'étale de janvier 2019 à janvier 2020 au rythme d'une conférence par mois et fait intervenir des experts, des historiens, des professeurs et des chercheurs d'horizons divers.
L'Académie du Royaume du Maroc a également pris en charge l'aménagement des salles d'exposition des galeries Bab El Kébir et Bab Rouah. Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées, n'a pas manqué d'exprimer, quant à lui, sa joie et sa fierté en organisant cette exposition dans la capitale des lumières. Il est revenu sur l'afflux remarquable à la première Biennale de Rabat et il a appelé à encourager ces événements culturels car «le Marocain aime la culture».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.