Populisme ... non populaire    Communiqué du BP du mardi 20 octobre 2020    Un mouvement de forte protestation    Non à l'indécision    Liquidation de la retraite. Les Parlementaires veulent leur pognon    Généralisation de la couverture sociale : Un méga-chantier !    Quand les zones Bour vont toute l'économie va!    225 Citroën Ami-100% ëlectric dans le réseau Barid Al Maghrib    La nouvelle stratégie agricole au centre des préoccupations    Interview avec Nawfal Bendefa, PDG de REIM Partners Marché des OPCI    Le marché automobile européen repart à la hausse en septembre    Le Zamalek accepte de reporter la rencontre face au Raja    Pyramids FC rejoint la Renaissance de Berkane en finale    Adieu Mohamed Laftouhi    Fès: un individu impliqué dans un réseau de trafic de drogue et de psychotropes    Inédit : Une application anti-violence numérique    Liberté d'une image culturelle à une autre    Cheb Kader lance «Liyem»    Le musée Yves Saint Laurent à Marrakech rouvre ses portes dès ce 21 octobre    L'épopée d'Abdelkrim Khattabi utile à toute époque    Comment la Turquie dame le pion à la France en Afrique    Mitchell Prather : « L'accès au financement reste la priorité des innovateurs et entrepreneurs marocains »    Alerte météo: les villes où il va pleuvoir mercredi et jeudi au Maroc    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Dounia Batma s'exprime après son accouchement (PHOTOS)    La CAF valide le report de la demi-finale « retour » Zamalek/Raja    Les Français ne décolèrent pas contre le New York Times    Le coronavirus s'invite chez Benkirane (PHOTO)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 21 octobre    Finances publiques : Légère atténuation du déficit budgétaire en 2021    Météo : Temps nuageux et pluie dans des régions du Maroc    Champions League : tous les résultats (VIDEOS)    Sahara: le Burkina Faso réaffirme son soutien au plan marocain d'autonomie    Ce que nous vivons: ouvrage collectif autour de la pandémie du Covid-19    Subvention des projets artistiques: Les précisions du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Zamalek-Raja reporté ? [Document]    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    Alerte météo : Fortes rafales de vent mardi dans plusieurs régions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 10 - 2019

C'est une exposition différente de celle présentée à Paris
«L'exposition «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar» explore un sujet passionnant. Elle réunit des objets étonnants. Près de 300 œuvres anciennes dialoguent les unes avec les autres», ce sont les propos de Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe, en marge de l'ouverture de cette exposition à Rabat. Conçue par l'IMA et revisitée par l'Académie du Royaume, cette exposition qui se déroule jusqu'au 25 janvier met en exergue 13 siècles d'histoire, à travers un voyage dans le temps alliant l'art, l'archéologie, l'architecture et l'ethnographie dont témoignent les œuvres d'art patrimoniales et contemporaines, issues de collections publiques et privées du Maroc, d'Afrique et d'Europe.
Ainsi selon M. Lang, cette exposition est différente de celle présentée à Paris. Elle comprend, selon lui, des éléments nouveaux. «Elle met en lumière des collections exceptionnelles prêtées auprès de plusieurs musées et bibliothèques du Royaume. Ce sont des œuvres rares issues de Rabat, Marrakech, Tanger et autres villes», indique-t-il. En ajoutant que «l'évènement conduit le visiteur à la découverte de la richesse de sociétés pluriséculaires. Elle porte haut l'ambition de lutter contre les idées reçues et d'ouvrir un champ de connaissance encore trop méconnu. Cette ambition rencontre un écho plus éclatant encore au Maroc. Porte du Sahara, lieu de passage entre l'Afrique du Nord et de l'Afrique de l'Ouest, il a tissé des échanges féconds avec l'Afrique subsaharienne et joué un rôle éminent dans la diffusion de l'Islam à travers ces territoires.
Ainsi l'exposition témoigne de ce passé vivant jusqu'à aujourd'hui». Dans le même contexte, le président de l'IMA a fait savoir que l'histoire de l'Afrique a besoin d'une lumière nouvelle, révélant non seulement l'importance de l'écriture et la transmission des savoirs, mais aussi la beauté des monuments de l'islam sur le continent africain. «Cette exposition veut rendre justice à l'Afrique et à l'Islam». Pour sa part, le secrétaire perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a souligné dans son intervention que «les objets d'art présentés le seront dans un espace «éclaté».
Conformément aux Instructions éclairées de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, trois lieux, à savoir le Musée d'art contemporain, Bab Lkbir et la Casbah des Oudaya, feront de la ville de Rabat la cité où toutes les expressions artistiques de l'Islam en Afrique viendront démentir préjugés et stéréotypes, et affirmeront que s'il y a diversité dans l'art musulman en Afrique il n'y a qu'un seul Islam». Tout autour de cette exposition, l'Académie du Royaume du Maroc a initié un cycle de conférences permettant de sensibiliser le grand public aux problématiques culturelles antérieures et actuelles de l'Afrique, doublé de l'organisation d'un séminaire pour chaque conférence faisant participer des doctorants des universités marocaines. Ce cycle s'étale de janvier 2019 à janvier 2020 au rythme d'une conférence par mois et fait intervenir des experts, des historiens, des professeurs et des chercheurs d'horizons divers.
L'Académie du Royaume du Maroc a également pris en charge l'aménagement des salles d'exposition des galeries Bab El Kébir et Bab Rouah. Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées, n'a pas manqué d'exprimer, quant à lui, sa joie et sa fierté en organisant cette exposition dans la capitale des lumières. Il est revenu sur l'afflux remarquable à la première Biennale de Rabat et il a appelé à encourager ces événements culturels car «le Marocain aime la culture».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.