Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Omra : Lancement d'une application pour l'inscription    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Real Madrid: Kroos indisponible deux semaines    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Le Liban, nouveau protectorat français ?    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Casablanca: trois individus soupçonnés d'escroquerie et organisation de l'immigration illégale interpellés    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 08 - 2020

Entretien avec Mohamed Benabdelkader, ministre de la justice
Le champ de la justice n'échappe pas à la révolution numérique. Au Maroc, la crise sanitaire a même ouvert la voie à la digitalisation de la justice et à certains projets qui étaient difficiles à réaliser par le passé. Procès à distance, multiplication des services en ligne, dématérialisation de certaines procédures... l'adaptation de la justice au contexte de la Covid-19 est un impératif. Le ministre de la justice, Mohamed Benabdelkader, répond aux questions d'ALM sur le sujet.
ALM : Les procès à distance sont une nouvelle expérience pour la justice au Maroc. Cette ouverture pourrait-elle constituer dans l'avenir une solution pour désengorger les tribunaux?
Mohamed Benabdelkader : Permettez-moi tout d'abord d'exprimer ma satisfaction, ainsi que celle de tous les protagonistes du système judiciaire de notre pays, de la réussite de l'opération des procès à distance durant cette période de crise sanitaire. En l'absence d'une assise juridique de la justice à distance dans notre arsenal juridique, nous étions dans l'obligation, vu les circonstances exceptionnelles, et après une concertation étroite avec les principaux intervenants dans le processus judiciaire, de recourir aux procès à distance. Ce recours visait à protéger trois droits fondamentaux des citoyens ; d'abord le droit à la vie prévu par l'article 20 de la Constitution, mais aussi le droit à la liberté prévu par l'article 21 dudit texte, et le droit à un jugement rendu dans un délai raisonnable prévu par l'article 120 de notre texte fondamental. Durant ces trois derniers mois, plus de 4400 procès à distance se sont déroulés, 75200 dossiers ont été traités et 88000 détenus ont bénéficié de ces procès de leur propre gré. Mais le chiffre qui illustre le plus la réussite de cette opération est le nombre de personnes qui étaient libérées durant cette période. Ainsi, ce sont 3000 personnes qui ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance.
Au regard de ces résultats, nous avons constitué, avec le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et la Présidence du Ministère public, une commission qui s'est penchée sur l'amendement des textes de loi des procédures civile et pénale pour asseoir juridiquement le recours aux procès à distance. Dans le futur, le recours aux procès à distance visera un double objectif : l'efficacité de la justice et le désengorgement des tribunaux.
Comment notre système judiciaire s'organise pendant cette période de crise pour assurer la continuité de ses services auprès des justiciables ?
L'utilisation des nouvelles technologies a permis d'assurer une continuité de services au sein des tribunaux. Ainsi plusieurs services en ligne et plates-formes d'échange sont mis à la disposition des justiciables et des professionnels de la justice.
C'est le cas du site «mahakim.ma» qui regroupe l'ensemble des services judiciaires et administratifs offerts par les tribunaux, et qui permet également de suivre l'avancement des différents dossiers et requêtes et qui a été très utilisé pendant cette période. Parmi les services offerts, je cite le portail du « Casier Judiciaire », qui permet de demander des extraits du casier judiciaire en ligne sans avoir à se déplacer au tribunal du lieu de naissance. Dans le même sens, le volet Registre de Commerce a connu une croissance des demandes durant cette période. Ce service permet de commander en ligne les différents extraits du registre de commerce à savoir les modèles 7,9, 13 et 14, de payer en ligne les frais de la taxe judiciaire et de recevoir sur son adresse électronique les documents traités et dûment signés électroniquement.
Un autre service relatif au registre de commerce a été très sollicité. Il s'agit du dépôt en ligne des états de synthèse des entreprises. Ces dernières ont été amenées à déposer leurs PV d'assemblée générale et leurs bilans et ce avant la fin du mois de juillet pour la plupart d'entre elles, et avec les conditions d'hygiènes relatives à l'utilisation du papier durant cette période de crise sanitaire, les tribunaux ont opté, à défaut de texte réglementaire le mentionnant, pour le dépôt électronique. Ce portail a permis de désengorger les tribunaux, voire de mieux organiser et gérer cette opération. Une autre plate-forme a connu une augmentation de la demande; il s'agit du portail des avocats. Cet outil permet la saisine par voie électronique de la justice, le dépôt des requêtes, le paiement en ligne des frais de justice et l'échange des mémoires entre avocats et secrétariat du greffe compétent.
Pendant la période du confinement, et vu que les tribunaux étaient fermés pour la plupart des litiges. Seuls ceux déposés par voie électronique étaient traités.
Pourriez-vous nous donner un aperçu sur les moyens techniques et humains mis en place pour réussir cette expérience ?
Pour l'expérience des procès à distance, les salles d'audiences au sein des tribunaux et des salles dédiées au sein des établissements pénitentiaires ont été équipées de matériels informatiques, à savoir d'ordinateurs portables, d'écrans d'affichage et d'autres caméras pour capter toute l'audience. Le système de visioconférence propre au ministère de la justice a été utilisé pour ces procès, un système auquel se connectent les intervenants en utilisant le réseau privé virtuel du ministère de la justice, et qui est hébergé au niveau du Datacenter sur des serveurs dédiés. Les tribunaux sont équipés de connexion internet à haut débit utilisant la fibre optique. La coordination entre les services centraux et les sous directions régionales du ministère et les responsables informatiques au niveau des tribunaux, a permis d'implémenter le système sur tout le royaume, et de le rendre opérationnel en seulement 4 jours.
Quels sont les principaux chantiers à réaliser en matière de dématérialisation pour le ministère de la justice dans les prochains mois ?
Nous venons de mettre en place au ministère de la justice un plan directeur de la transformation digitale du système judiciaire. Ce plan qui a été présenté devant le Comité national de l'environnement des affaires (CNEA), le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a été aussi présenté et adopté lors du conseil du gouvernement du 2 juillet dernier.
Il s'agit d'un plan qui trace la feuille de route du chantier de la transformation digitale dans notre système judiciaire.
Ce plan s'articule sur trois objectifs principaux, à savoir : Un système judiciaire accessible, efficace, simplifié et ouvert ; Un service judiciaire garantissant les droits des justiciables ; Un tribunal intelligent investissant dans l'intelligence artificielle au profit de la sécurité judiciaire.
Notre champ d'action est délimité par quatre espaces d'intervention. Il s'agit de la facilitation d'accès à la justice, la simplification et l'informatisation des procédures, des procès à distance et de la diffusion de l'information juridique et judiciaire. Aussi six programmes et 22 projets ont été fixés. C'est la première fois que notre système judiciaire se dote d'un projet complet de transformation digitale.
A court terme, nous envisageons de généraliser les plates-formes des avocats et des huissiers pour un accès à distance aux tribunaux. Le ministère travaille également pour mettre à niveau le portail dédié aux Adoul afin de s'ouvrir sur d'autres fonctionnalités.
Avec l'utilisation de plus en plus croissante des services en ligne, et dans un but de dématérialisation globale des procédures et pour diversifier les canaux de paiement disponibles, le ministère est en train de mettre en place le paiement multi-canal, ce qui permettra d'effectuer les différents paiements relatifs aux frais de justice à travers différents canaux tels que les guichets de banques, les guichets de proximité ou à travers le paiement mobile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.